Émilie Bierre

«Jenny»: une adolescente aux prises avec une leucémie

MONTRÉAL — Personne ne mérite la maladie, les jeunes encore moins. C’est l’an dernier que «Jenny» (Émilie Bierre), maintenant 14 ans et 9/12, passionnée de danse, a compris que quelque chose n’allait plus: ses jambes ne pouvaient plus suivre son rythme. On lui a découvert une leucémie.

Bravement, elle a subi des traitements qui rendent plus malade que la maladie elle-même, mais, soutenue par son père (Patrice Godin) et son frère, Filou (William Coallier), et ses précieux amis dont Charles (Henri Richer-Picard), Jenny arrive à passer au travers des mauvais jours et même à redevenir une fille bien de son âge quand tout va pour le mieux. Mais on ne peut empêcher un papa de s’inquiéter du bien-être de sa fille lorsque la moindre infection ou fièvre peut faire basculer tout l’acquis d’un seul coup.

Ces 20 épisodes de 13 minutes, présentés deux à la fois, les mercredis, 18h30 et 18h45, débutent donc le 10 avril. Bien que la série s’adresse aux jeunes, tout parent sera intéressé de voir comment cette famille arrive à se bâtir une vie malgré l’angoisse du cancer. En rediffusion le jeudi, 14h et 21h.

Avoir son pire ennemi pour voisin

Il y a 25 ans survenait le génocide rwandais, résultant de la colère des Hutus qui refusaient de réintégrer les Tutsis exilés à cause de la guerre civile ayant débuté en 1990. En fait, les témoignages de quelques survivants se confiant à Alain Stanké font plutôt état d’un véritable massacre sans nom.

Le général Roméo Dallaire, qui avait pourtant alerté la communauté nationale du danger imminent, n’a pu empêcher l’hécatombe. Aujourd’hui, il demeure submergé par une infinie tristesse. Et il faut entendre Albert raconter à travers ses larmes comment, alors qu’il n’avait que 7 ans, sa mère, une Hutu, a livré le père de ses enfants, son frère, et ses petits garçons à la mort. Seul Albert est parvenu à y échapper. Il y a aussi Léo Kalinda, journaliste à Radio-Canada, qui parle de la tuerie de sa famille que deux de ses s?urs, de même que son neveu, le chanteur Corneille, ont pu éviter.

Il y a aussi Pacifique, jeune père de famille, qui explique que les Tutsis ont refusé de se venger: ils ont choisi le pardon. Et cette abnégation va jusqu’à côtoyer ceux qui auront tué les êtres qui leur sont les plus chers, au point d’accepter de vivre dans le même voisinage. À «Doc humanité / Rwanda, après le sang, l’espoir», ce samedi, 22h30, à Radio-Canada.

Si tu parles, je te tue

À TV5, huit personnes racontent en détail comment ils sont devenus des «Enfants abusés», et aux mains de qui. Un frère, un ami de la famille, un directeur d’école, un prêtre. On ne s’habitue pas à entendre toutes ces horreurs, d’autant plus qu’il s’agit d’agressions qui ont débuté, pour plusieurs, en très bas âge. Il y aurait 3,5 millions de ces victimes en France. Le mercredi 10 avril, 20h.

Explora rediffuse, ce samedi 20h, «L’Histoire du corps humain», documentaire de deux heures qui récapitule les étapes de la vie d’Adam, 90 ans, en même temps qu’il explore l’intérieur de son corps pour connaître l’effet du temps et des événements sur ses organes. Grâce à des techniques de pointe, on voit en 120 minutes l’évolution d’un corps sur 90 ans.

«Partons, la mer est belle?», chanson folklorique datant de 1800 et d’auteur inconnu, aurait bien pu remplacer le titre de l’émission du lundi 8 avril, 19h30, à TVA, «Arrive en campagne», puisque cette fois, Stefano Faita amène la famille Blais-Gauthier à l’île Grosse Boule, dans l’archipel de Sept-Îles, pour y pêcher des moules, des pétoncles et récolter des algues. Une occasion d’en connaître davantage sur la vie des moules, la réaction des pétoncles face aux intrus et le goût des algues.

À RADIO-CANADA: Aux «Enfants de la télé», on parle cuisine avec Ricardo Larrivée, Marie-Josée et Claudette Taillefer, s?ur Angèle et Daniel Vézina, ce samedi, 19h. Suivra, à 20h, «Faire ?uvre utile». Plusieurs se souviendront du camion-citerne, conduit par Gilbert Prince, 59 ans, qui a explosé accidentellement sur la Métropolitaine, en août 2016. Pour l’épouse et la fille aînée de la victime, ce fut une épreuve indescriptible dont la douleur fut allégée grâce à une chanson de Fred Pellerin et une pièce de théâtre de Robert Lepage. Véronique Cloutier et Louis Morissette révèlent différentes facettes de leur vie de couple, de parents, d’artistes et de philanthropes dans la série «Les Morissette et moi», le lundi 8 avril, 19h30.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Morgan Freeman poursuit l’exploration de «National Geographic - Notre histoire». Le lundi 8 avril, 20h, sous le thème «Nous et eux», il observe que ce qui divise peut aussi rassembler; le mardi 9 avril, avec «La puissance du nous», l’acteur constate combien internet a modifié le fonctionnement de la démocratie. Enfin, le mercredi 10 avril, dans «L’esprit rebelle», notre observateur comprend à quel point il faut du courage, du dévouement, du travail et de l’espoir pour espérer changer le monde.

À TV5: Parmi la multitude d’artistes à participer aux «Années Bonheur», ce samedi, 20h15, on entendra Jean-Marie Bigard, Eddy Mitchell, Gérard Lenorman, Serge Lama, Bénabar, Catherine Ringer, Enzo Enzo, Dany Brillant et quelques autres.

À ARTV: Pour les sept prochaines semaines, le vendredi, 21h, débutant le 12 avril, Léane Labrèche-Dor et Martin Proulx nous convient à la taverne Normandie, à Montréal, pour une session de «Karaoké» à laquelle participent Debbie Lynch-White, Benoît McGinnis et Jocelyn Lebeau.

À CANAL VIE: On parle de «TDAH: réussir autrement» avec des enfants, parents, experts, intervenants et artistes dont Mélanie Maynard, Rosalie Bonenfant et Jean-François Breau, pour comprendre le parcours scolaire d’enfants qui vivent avec un TDAH et pour qui les écoles proposent des moyens facilitant leurs apprentissages. Le lundi 8 avril, 20h.

À CANAL D: Le lundi 8 avril, 21h, on part «À la recherche?» de la vie après la mort. Zach Quinto rencontre un Texan qui dit avoir eu cette expérience de mort imminente. Puis, un ingénieur qui a perdu sa fille a mis au point un appareil qui permet, dit-il, de capter les voix de disparus. Puis, il est question de cryonie (congélation des corps ou des têtes) et de l’éventualité de vivre au-delà de 125 ans.