Dans «District 31», Jeff Boudreault interprète le journaliste Jean Brière.

Jeff Boudreault: «District 31», un cadeau

GRANBY — Jeff Boudreault, c’est Jean Brière, le journaliste égocentrique et ratoureux de «District 31», toujours à la recherche d’une primeur. «Mais c’est aussi un gars teinté d’humanité, précise son interprète. C’est un personnage le fun à faire. Une semaine, les gens m’aiment, la semaine d’après, ils me détestent», ajoute le comédien pour qui il est important de jouer le plus vrai possible. «Je ne force rien.»

Ce rôle est arrivé en 2016 comme un cadeau. On le lui a offert sans audition, la veille de l’annonce de l’émission! Il a donc découvert District 31 en même temps que le public québécois, mais de l’intérieur. Et il avoue que la quotidienne­ a changé son... quotidien. 

«Brière est un personnage satellite, alors ça me donne un très bel horaire, même si la charge de textes est imposante», relève-t-il. 

Ce qui a surtout changé, c’est le regard que posent les téléspectateurs sur lui, désormais. En 22 ans de carrière au cinéma et à la télévision, Jeff Boudreault n’a jamais été autant reconnu. «C’est fou! L’auditoire de District 31 est tellement large. Ça va vraiment de 7 à 77 ans. Et il y a plus d’hommes.»

L’impact de l’émission de Luc Dionne est, selon ses dires, extraordinaire. «On n’avait pas vu venir ça. La réponse du public dépasse toutes les attentes. Pourquoi? Parce que dans District 31, on est toujours dans l’action, ça bouge sans cesse. Il y a un crochet avant les pauses et à la fin de chaque épisode... Les gens sont curieux de la suite. C’est du pur divertissement.»

Bouchée par bouchée

Jeff Boudreault fait partie du noyau central de la série de fiction, mais il sait bien que l’intrigue peut prendre n’importe quelle direction. Comme à l’époque où il tournait dans Virginie, il prend connaissance des péripéties de son Jean Brière au fur et à mesure, bouchée par bouchée. Pourtant, il affirme que cette instabilité ne l’angoisse pas outre mesure.

«Si un personnage disparaît de l’histoire, il ne faut pas en faire une affaire personnelle. Mais Luc Dionne ne croit pas beaucoup à la disparition de ses personnages principaux...» prend-il soin d’ajouter.

Le tournage de la présente saison se termine à la fin du mois. Cela lui laissera le temps de renouer avec la pièce La folle odyssée de Jacques-Cartier, qu’il a coécrite et dans laquelle il a joué dans les années 2000. Il passera donc l’été en spectacle­ à Chambly.

«Et j’attends des nouvelles pour la saison 3 de la série La dérape