Normand D’Amour incarnera Robert Dion, l’entraîneur colérique d’une équipe de hockey junior élite. Marie-Chantal Perron joue quant à elle le rôle de l’épouse du coach.

Go go go! Une autre série sur le hockey

CHRONIQUE / Quoi, une série sur le hockey qui n’est pas Lance et compte? Attendez-vous à un changement radical avec Demain des hommes, nouvelle série de fiction sur de jeunes espoirs du hockey de 16 à 20 ans. Déjà, on passe de Réjean Tremblay à Guillaume Vigneault, plus connu pour ses romans, qui baignent dans un tout autre univers.

L’œuvre de 10 épisodes d’une heure sera offerte au printemps sur l’Extra d’ICI Tou.tv, avant d’apparaître à la télé. L’équipe de Melenny, qui est notamment derrière Les Boys, tourne depuis trois jours sur la Rive sud de Montréal, mais l’histoire est campée dans la ville fictive de Montferrand. Comme Jos Montferrand, de la chanson de Gilles Vigneault, le père de l’auteur. Une ville qu’on pourrait comparer à l’importance de Saguenay, avec son propre quotidien, ses stations de radio.

Après avoir travaillé ensemble pour le film Tout est parfait, Guillaume Vigneault et le réalisateur Yves Christian Fournier (Blue Moon) se retrouvent pour cette série. Le duo s’était perdu de vue, mais une rencontre dans un bar a ravivé leur désir de travailler ensemble. Fournier a aussitôt embarqué dans l’histoire de Vigneault et l’intériorité de ses personnages.

Les Draveurs de Montferrand font partie de la Ligue de hockey junior élite, aussi fictive. On aurait bien voulu emprunter le nom de la vraie Ligue de hockey junior majeur du Québec, mais on a reçu un refus de l’organisation, qui ne souhaitait pas donner cette image. Demain des hommes n’est pas une série à la Walt Disney, prévient son réalisateur. Oui, les joueurs boiront de l’alcool, comme dans la vraie vie. Et bien sûr, certains joueurs défieront le couvre-feu et courront les filles. «Si tout le monde se couche à 11h, c’est plate!» lance Guillaume Vigneault, qui trouve qu’on ne voyait pas assez de hockey dans nos fictions.

Juliette Gosselin et Antoine Pilon font également partie de la distribution de Demain des hommes.

Beaucoup de jeunes visages dans cette série, pour camper les hockeyeurs, dont Pier-Gabriel Lajoie, aussi mannequin, vu dans 30 vies puis au cinéma dans Gerontophilia, Samuel Gauthier, Alexandre Bourgeois, Trevor Momesso et Karl Walcott. Antoine Pilon jouera Jean-Sébastien, papa à 20 ans, et Juliette Gosselin, sa petite amie, alors que Joey Scarpellino sera le vaniteux Zach, vedette de l’équipe repêchée par les Blues de St-Louis.

Normand D’Amour incarnera Robert Dion, l’entraîneur colérique de l’équipe, aux méthodes anciennes. Son adjoint, Stéphane Meunier, joué par Émile Proulx-Cloutier, est beaucoup plus moderne dans son approche. La distribution promet, avec des noms comme Marie-Chantal Perron dans le rôle de l’épouse du «coach», Sophie Nélisse, Marianne Fortier, Alexis Martin, Catherine De Léan, Pascale Desrochers, et même l’animateur et commentateur sportif Jean-Charles Lajoie, qui décrira les matchs.

Les 10 premiers épisodes se déroulent sur la première moitié d’une saison de hockey. Le réalisateur souhaite donner un «feeling très réaliste» de la glace lors des matchs. Tous les épisodes seront disponibles en bloc sur l’Extra, un service payant.

LES SÉRIES D’ARCHAMBAULT DIFFUSÉES TEL QUE PRÉVU

Pas de question de priver les téléspectateurs des séries Les pays d’en haut et Cheval-serpent cet hiver. Bien qu’elle considère graves les allégations concernant le réalisateur Sylvain Archambault, Radio-Canada choisit de maintenir la diffusion de ces séries à son antenne. Les éliminer de sa grille-horaire «équivaudrait à pénaliser nos auditoires et des dizaines d’artistes et artisans», peut-on lire dans un communiqué. Le tournage de ces deux séries est complété. La Presse révélait mercredi matin les témoignages d’une vingtaine de personnes, alléguant des comportements répréhensibles à caractère sexuel de la part de Sylvain Archambault, qui réalise aussi Mensonges, actuellement en tournage. Dans le cas de cette série, qui doit être diffusée sur Addik dans la prochaine année, Groupe TVA n’a pas pris encore de décision. «Nous avons d’ailleurs communiqué avec la responsable de la production très tôt ce matin pour lui demander de nous informer des actions qu’elle compte prendre suite au dévoilement de ces témoignages», a indiqué Véronique Mercier, aux communications.