Édith Cochrane et Guylaine Tremblay présentent le Gala Quebec Cinema 2018, ce dimanche, 20h, a Radio-Canada.

Gala Québec Cinéma: la soirée hommage des stars

MONTRÉAL — Le cinéma fascine une grande partie de la population. Sans doute parce qu’on y découvre des personnages qui nous ressemblent ou à qui nous aimerions ressembler, ou encore, qui nous procurent des émotions époustouflantes nous propulsant bien loin de nos préoccupations quotidiennes. Bref, nous aimons le cinéma.

On célèbre donc «la fine fleur» de la cuvée 2018, au Gala Québec Cinéma, animé par Édith Cochrane et Guylaine Tremblay, ce dimanche, 19h30, en direct du studio 42 de la Maison de Radio-Canada. Parmi les douze trophées qui seront distribués, on attend toujours avec impatience de voir quelles seront les «Meilleures interprétations masculine et féminine/Premier rôle». Cette année, les projecteurs sont dirigés sur Christian Bégin (Le problème d’infiltration), Jesse Camacho (We’re Still Together), Patrick Huard (Bon Cop Bad Cop 2), Joey Klein (We’re Still Together) et Jean-Simon Leduc (Chien de garde), alors que chez les femmes, Charlotte Aubin (Isla Blanca), Mélissa Désormeaux-Poulin (Le Trip à trois), Denise Filiatrault (C’est le coeur qui meurt en dernier), Maude Guérin (Chien de garde) et Élise Guilbault (Pour vivre ici) sont en lice.

Rappelons que l’Iris Hommage 2018 sera remis au cinéaste André Forcier pour l’ensemble de son oeuvre comprenant une quinzaine de films, dont Coteau rouge, racontant la vie d’une famille excentrique, présenté à Radio-Canada tout récemment, et Embrasse-moi comme tu m’aimes, basé sur les relations équivoques entre un frère et une soeur.

Quand beaucoup d’argent devient un boulet

Coloration des cheveux, soins de la peau, maquillage et produits pour hommes, la marque L’Oréal est connue à travers le monde. Fondée au début du siècle dernier, la marque a vu sa popularité croître constamment depuis tout ce temps.

Si Liliane Bettencourt est devenue la femme la plus riche du monde, c’est grâce à son père, Eugène Schueller, excellent chimiste de formation et bourreau de travail, qui s’est intéressé aux produits pour soins capillaires. Étant entouré de gens compétents ayant le sens du marketing, il a vu son entreprise devenir gigantesque. On parle de 25 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Quand Liliane est décédée en septembre 2017, elle laissait à François-Marie Banier, écrivain photographe et ami de la dame, quelques centaines de millions d’euros. Françoise, la fille de Liliane, a contesté ce legs, car elle craint qu’on ait abusé de la faiblesse de sa mère.

Les deux femmes étant en froid, Françoise, qui n’a aucun goût pour l’argent, a reçu cet «affront» comme une gifle, choquée du geste de sa mère. Un jour, on a demandé à Liliane Bettencourt où s’arrête le pouvoir de l’argent? Elle a répondu qu’il s’arrête là où commence le goût de la vie. À RDI, Fortunes et infortunes des Bettencourt, les lundi et mardi 4 et 5 juin, 20h.

François Morency, en 1976

Le spectacle débute avec un petit film montrant François Morency, 10 ans, sermonné par son père qui craint que fiston devienne un homme qui, à la mi-quarantaine, ne sache que raconter des jokes. En fait, c’est exactement ce que souhaitait l’humoriste. Donc ce dimanche, 21h (et le dimanche 10 juin, 21h15), à TVA, il nous entretient de tout ce qui le préoccupe dans la vie: la guerre des chiffres, la peur du dentiste, les vendeurs, la confiance et sa hâte d’atteindre l’âge vénérable de 85 ans pour se permettre n’importe quoi.

Le sujet préoccupe: Que mangera-t-on demain? D’ici une trentaine d’années, la planète sera peuplée de près de 10 milliards d’humains. Comment parviendra-t-on à produire suffisamment de viande pour tout le monde alors que plus d’animaux entraînent une augmentation de pollution due aux pesticides et aux déjections animales, sans parler du transport des aliments. Les scientifiques commencent à envisager la production de viande en laboratoire de même que la possibilité de garnir les assiettes d’algues et d’insectes. Est-ce que ce sera suffisant? Est-ce qu’il y a une limite à la croissance sur cette planète? À Explora, le mercredi 6 juin, 21h.

Ce samedi, 19h, à TV5, on s’offre un peu de mélancolie avec les amours tourmentées à La vie secrète des chansons. Les plus grands chagrins d’amour sont, pour bien des chanteurs et compositeurs, sources d’inspiration qui deviennent des tubes. On en constate certains exemples avec Cali (Elle m’a dit), Claude François (Comme d’habitude), Joe Dassin (Salut les amoureux!), Serge Lama (Je suis malade), Jacques Brel (Ne me quitte pas) et Céline Dion (Pour que tu m’aimes encore).

À RADIO-CANADA: Ce samedi, 19h, L’homme qu’on n’attendait pas, c’est Jean Chrétien, «le p’tit gars de Shawinigan», qui a fait son chemin jusqu’au siège de premier ministre du Canada. En deux parties, il raconte les faits marquants de sa carrière de quarante années. S’ajoutent les témoignages de son frère Michel, son épouse, Aline, ainsi que le son de cloche le concernant de nombreux collègues tels que Marc Lalonde, Jean Charest, Sheila Copps, John Manley, Stéphane Dion et quelques autres. À suivre le samedi suivant, 9 juin, 19h. Ce dimanche, 19h30, juste avant le Gala Cinéma Québec, nous retrouvons Herby Moreau et Claudine Prévost sur le Tapis rouge (23h30 à ARTV), alors qu’ils accueillent les invités au gala. Le couple sera également présent à L’Après-gala, vers 22h35 (ARTV), pour recueillir les commentaires des lauréats.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Trois films marquants à signaler: L’Âge des ténèbres de Denys Arcand, avec Marc Labrèche et Diane Kruger, sur la vie sans saveur d’un homme dans la quarantaine, ce samedi, 21h; L’Exorciste de William Friedkin, avec Linda Blair, Max von Sydow et Ellen Burstyn, sur une adolescente possédée du diable, ce dimanche, 21h; et Le coup de grâce de David O. Russell avec Mark Wahlberg, Christian Bale et Amy Adams, sur l’histoire vraie de Micky Ward, un boxeur entouré d’un entraîneur, adepte du crack, et d’une mère aussi piètre gérante, le jeudi 7 juin, 21h. À noter qu’on déconseille ce film aux jeunes enfants. Dans le cadre de Point doc, on se penche sur la fabrication d’une Tesla-Model S dans une méga-usine révolutionnaire. Mais on ignore encore si ce nouveau modèle sera bien reçu sur le marché, le mardi 5 juin, 20h. Et le mercredi 6 juin, 20h, on s’inquiète du sort qu’on réservera à la Porsche 911, qu’on a revampée au goût du jour.

À ARTV: Soirée du tonnerre le lundi 4 juin. D’abord, à 21h, U2: Live in London, accompagné d’un orchestre et d’une chorale, offre des extraits de l’album Songs of Experience, en plus d’entrevues avec Adam, Larry, Bono et The Edge. Puis, à 22h, Sting, l’électron libre suit. Entrevue, archives et témoignages tracent le portrait de ce chanteur hors norme.

À TV5: Le mercredi 6 juin, 22h, le journaliste Hugo Meunier nous entraîne En centre de désintoxication durant 21 jours. Il s’improvise dans un rôle de surveillant afin de s’approcher des résidents pour connaître leurs états d’âme.