Dans Fugueuse 2, le Damien de Jean-François Ruel tentera de refaire sa vie, en famille, après un séjour en prison.
Dans Fugueuse 2, le Damien de Jean-François Ruel tentera de refaire sa vie, en famille, après un séjour en prison.

Fugueuse: le retour de Damien

En 2018, Jean-François Ruel s’est fait connaître du grand public sous les traits du détestable Damien dans la série Fugueuse. De retour pour une deuxième saison, son personnage de rappeur proxénète lui permettra de pousser son jeu encore plus loin.

De ce qu’on a pu voir et entendre, le Damien en question portera non seulement les cheveux plus longs, mais il tentera aussi de refaire sa vie.

«On le retrouve à sa sortie de prison. Il a un enfant, il est en couple avec Joannie qu’on avait vue dans la première saison. Son environnement a beaucoup changé et il essaie de bien faire avec plein de bonne volonté. Il a bon coeur, mais il se retrouve dans des conditions tellement impossibles. Damien n’a pas les bons outils dans la vie pour naviguer là-dedans. Je pense qu’on va comprendre ses choix et comment il réfléchit. Je lisais le texte et je me disais qu’être pris comme lui, je ferais peut-être la même affaire...», raconte son interprète.

Même si ce que Damien a fait dans la première mouture est impardonnable, précise Jean-François Ruel, on comprend à quel point «c’est dur de se remettre sur la bonne voie».

Le Granbyen d’origine a d’ailleurs accueilli le retour de Damien comme une occasion en or de replonger dans le rôle et d’élargir la palette de son jeu. «Quand j’ai reçu le texte, j’étais vraiment content de voir où ça s’en allait. Je ne l’aurais pas imaginé ailleurs. Et ça m’a permis d’explorer d’autres avenues», affirme celui dont le personnage avait été sacré « méchant de l’année » au gala des Zapettes d’or 2018.

«Dans la saison 1, il était intimidant, dominant. Cette fois, il est rarement en situation de domination. Il est frustré, pris au piège et il lui arrive des affaires abracadabrantes.»

Échéancier serré

Jean-François Ruel confie n’avoir vu que les deux premiers épisodes en visionnement de presse cette semaine. Le reste, il le découvrira probablement en même temps que tout le monde. La raison est simple, dit-il : le montage n’est pas encore terminé.

En fait, le projet a dû faire face à un échéancier serré. «J’ai reçu les textes à la mi-août et le tournage s’est déroulé de la fin août à la fin novembre. Ça leur laissait le mois de décembre pour faire le montage», explique-t-il.

L’ancien membre du groupe Dead Obies avait également reçu une commande de chanson dont la version finale a été envoyée à la production au cours des derniers jours! «On était dans le jus!»

Le titre de la pièce n’est pas encore connu, mais celle-ci devrait arriver assez tôt dans la saison, laisse entendre celui qui avait popularisé la chanson Désirée durant Fugueuse 1. Aura-t-elle autant de succès? C’est à voir. «On est dans la suite. La nouveauté et l’impact du premier projet seront-ils présents? Il y a moins d’effet de surprise que la première fois, mais j’ai hâte de voir la réaction des gens. Je pense qu’on a livré du bon matériel.»

Cette nouvelle chanson n’arrivera pas comme un cheveu sur la soupe. Elle fera partie du récit, précise-t-il. «En sortant de prison, Damien a des opportunités de faire de la musique. Il veut poursuivre là-dedans, parce que c’est sa passion et sa façon à lui de s’en sortir. Mais ses conditions de libération viennent en conflit avec la musique. Durant le tournage, je sentais que Damien était sorti de prison, mais qu’il était encore prisonnier de son passé.»

Nécessaire

Traiter de prostitution chez les jeunes filles était bien sûr nécessaire. Le faire à travers une série a permis d’allumer les consciences, croit-il. «Les gens ont eu accès à un monde qu’ils n’imaginaient pas du tout. Ça a changé la perspective de ces filles, qui sont passées de criminelles à victimes. On a eu énormément de commentaires. Des gens utilisent la série pour éduquer les jeunes... C’est une bonne chose.»

La nouvelle situation de Damien porte aussi à la réflexion, fait remarquer Jean-François.

«On approche d’une façon très réaliste la réhabilitation d’un gars qui sort de prison, particulièrement dans le milieu du rap. Est-ce qu’on croit à sa réhabilitation? Est-ce qu’on le laisse faire de la musique? A-t-il le droit d’avoir du succès auprès des ados? Est-ce qu’on l’enferme à vie? C’est intéressant la lumière que cela apporte sur certaines notions. Comme dans la première saison, rien n’est jamais tout à fait noir ou tout à fait blanc. Il y a beaucoup de zones grises.»

Vers d’autres rôles?

Maintenant artiste indépendant, Jean-François Ruel admet que sa présence dans Fugueuse ne lui a pas encore permis d’obtenir d’autres rôles au petit ou au grand écran.

«Je pense que dans l’oeil du public et de l’industrie, j’étais un rappeur qui jouait un rappeur. Pour eux, je n’étais pas un acteur et j’allais retourner dans mon domaine. Mais l’auteure Michelle Allen m’a fait remarquer que cette deuxième saison allait permettre de mieux montrer mon jeu. J’ai confiance que ça va venir», lance-t-il en rêvant à voix haute de cinéma et de théâtre.

Reste que Jean-François Ruel, qu’on a d’abord connu comme Yes McCan, ne mettra jamais une croix sur la musique. «Ça me manque. J’ai le goût de faire des shows et des projets. On va essayer de mener à bien un projet avec Hubert Lenoir. J’ai aussi des collaborations et je monte en ce moment un gros projet de style multimédia», termine l’artiste en assurant qu’on le verra sur scène en 2020.

Fugueuse est diffusé le lundi à 21h à TVA