Le documentaire «La Bombe» sera présenté à Télé-Québec le mercredi 21 novembre, à 20h.

Documentaire: un ex-néo-nazi craint un déploiement de violence extrême

MONTRÉAL — À partir de l’école secondaire, Maxime Fiset, aujourd’hui âgé de 30 ans, a vécu une période radicale. Il faisait partie des «skin heads», et affichait déjà des positions très marquées comme nationaliste convaincu. Il admirait Adolf Hitler au point de lui avoir consacré un exposé en secondaire 5.

Puis, aux conflits avec les Anglais du Québec s’ajoutent les événements du 11 septembre 2001, et le nationalisme de Maxime a pris des allures d’un racisme croissant à mesure qu’il devenait adulte. Dans le documentaire La Bombe, présenté à Télé-Québec, le mercredi 21 novembre, 20h, il avouera s’être rendu au bord du gouffre, motivé et prêt à tuer s’il le fallait pour protéger le Québec de l’envahissement. Mais tant d’intolérance, de racisme et d’islamophobie lui font prendre conscience du danger de verser dans l’extrême violence, qu’il voit venir en douce.

Il a réajusté son tir et consacre dorénavant son énergie à désamorcer la bombe de la radicalisation menant à la violence. Suivra à 21h, une discussion aux Francs-tireurs, afin de comprendre ce qui anime les «radicaux violents» dans le but de trouver un moyen de prévenir ces actions.

Le plus cruel parmi les sadiques

Aribert Heim, bel homme, grand, nouvellement médecin, a amorcé sa carrière dans le camp de concentration de Mauthausen où il a pu laisser libre cours à toutes sortes d’expériences sans qu’il ait à rendre compte de ses réalisations.

On l’a surnommé Docteur la mort pour avoir opéré 300 prisonniers, opérations dont l’issue était souvent fatale. Il avait aussi l’habitude d’injecter de l’essence directement dans le coeur provoquant ainsi la mort des personnes dans d’atroces souffrances. Il a torturé des gens en chronométrant le temps que l’un ou l’autre mettait à mourir, ou encore, en opérant sans anesthésie. Et pourtant, malgré un tableau impressionnant d’atrocités, il a échappé à la justice toute sa vie. Il a même, utilisant son véritable nom, épousé une femme riche et fondé une famille à Baden Baden. Mais un jour, il a senti que l’étau se resserrait.

Il a alors quitté femme et enfants et est disparu, se déplaçant souvent pour brouiller les pistes. En Europe, en Suisse, en Espagne, au Chili, on l’a cherché partout sans succès. C’est en Égypte qu’il a fini ses jours, sans jamais revoir ses enfants et dans de terribles souffrances, emporté par le cancer. Il aura survécu 30 ans, caché de sorte qu’on n’a jamais retrouvé son corps. «Aribert Heim, médecin du camp Mauthausen», le lundi 19 novembre, 21h, à TV5.

Sous l’emprise d’un personnage fictif

Morgan et Anissa, 12 ans, sont adeptes du jeu Slenderman, un personnage imposant, sans visage, dont l’enjeu est de faire partie de ses émissaires, titre qui se mérite à la suite d’une épreuve. Les petites filles auraient compris qu’il leur fallait tuer Bella, la meilleure amie de Morgan. Comme dominées par la volonté du croque-mitaine transmise sans paroles, les fillettes ont voulu exécuter les ordres. L’une d’elles lui a asséné 19 coups de couteau. À Investigation, le lundi 19 novembre, 22h, Prenez garde au Slenderman, un documentaire de 2 heures, raconte ce fait survenu en 2014, à Waukesha, dans le Wisconsin.

Les mercredi et jeudi 21 et 22 novembre, 20h, il sera question de produits de luxe à RDI. D’abord, mercredi, La guerre du No 5 raconte la saga du parfum le plus célèbre du monde impliquant Coco Chanel, qui oeuvra pour évincer les frères Wertheimer, en s’alliant à l’occupant nazi. Et le lendemain, on nous invite à fureter dans les coulisses de l’empire Louis Vuitton: les secrets d’un génie du luxe, dont on connaît le fameux sac à mains le plus vendu dans le monde.

Le père Noël en est à la 68e édition de son défilé, rue Sainte-Catherine, ce dimanche, 17h, à TVA. Cette année, Fredo le magicien se joint à l’événement. Alors que les chars allégoriques défileront, commentés par Anouk Meunier, Patrice Bélanger et Théo, sur la rue, Fredo, lui, se joindra à la foule pour recueillir les commentaires des enfants et les surprendre par quelques tours de magie lors du Défilé du Père Noël destination Centre-ville.

À TVA: Alors qu’il est confortablement installé à Londres, Lord Greystoke, alias Tarzan, mène une vie heureuse et sans histoire avec Jane, son épouse. Mais voilà qu’il reçoit une invitation à retourner au Congo, qu’il avait quitté dix ans plus tôt. Ce retour aux sources ne manquera pas de provoquer une série d’aventures. La légende de Tarzan, avec Alexander Skarsgard, Margot Robbie et Christoph Waltz, ce samedi, 21h. Sonia Benezra, Benoît Brière et Pierre-Yves Lord sont les invités de La vraie vie, ce dimanche, 21h03. Et le mercredi 21 novembre, 21h, au tour de l’humoriste Alexandre Barrette d’occuper la scène pour dévoiler quelques-unes de ses imperfections dans le spectacle Imparfait, qu’il aura présenté en tournée à près de 200 reprises.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Le maître oppose un vétéran (Joaquin Phoenix) de la Deuxième Guerre mondiale, alcoolique et violent, à un leader (Philip Seymour Hoffman) d’un mouvement spirituel, dans un duel d’acteurs qui a valu une nomination au titre de meilleur acteur à Phoenix et une nomination comme meilleur acteur dans un second rôle à Hoffman, au gala des Oscars, en 2012. Le vendredi 23 novembre, 23h30.

À EXPLORA: Ce dimanche, de midi à 18h, on saura ce qu’il advient des objets tels que photocopieuses, bouteilles de plastique, voitures, fils électrique, téléviseurs, bouteilles de vin, et autres, qu’on envoie au recyclage. On réussit à réutiliser certains matériaux et à en faire des produits complètement différents à Recyclage extrême.

À TV5: Francis Cabrel, un chanteur très discret, préfère le bonheur tranquille à créer ses chansons plutôt que d’exploser dans des spectacles à grand déploiement. Il raconte l’artiste qu’il est devenu, couronné par 20 millions d’albums vendus, qui n’altèrent en rien sa personnalité douce et sereine. Ce samedi, 20h15.