La pornographie génère 97 milliards $ par an et représente donc l’industrie culturelle qui rapporte de plus d’argent au monde.

Diriger une entreprise de pornographie en 2018

MONTRÉAL — De tout temps, la pornographie compte un grand nombre d’adeptes et avec l’implantation d’internet, la quantité de sites pour adultes avertis a connu un essor considérable. À quoi ressemble la porno de nos jours?

À 32 ans, Ariel évolue dans ce milieu depuis une douzaine d’années, sauf que ces dernières années, avec Max, son conjoint et photographe attitré, elle est devenue entrepreneure indépendante, en ce sens qu’elle ne fait partie d’aucun autre site spécialisé. Selon les normes que la jeune femme s’impose, les images, les propos, tout contribue au bon goût et au raffinement. À ceux et celles qui y voient un rôle de femme-objet, la jeune entrepreneure objectera que c’est elle qui choisit d’afficher cette image. De plus, en tant que productrice, la gestion de son site comporte une importante somme de travail.

La pornographie génère 97 milliards $ par an et représente donc l’industrie culturelle qui rapporte de plus d’argent au monde. Tout de même étrange que malgré tant de consommateurs de pornographie, on continue de qualifier de trouble et d’hypocrite le regard que l’ensemble de la société pose sur cette industrie. À «Banc public», le jeudi 14 juin, 19h30.

Un début d’été à saveur acadienne à Radio-Canada

Rares sont les occasions de diriger notre regard du côté de l’Atlantique, mais une sympathique comédie, «À la valdrague», écrite par Patricia Léger, propose d’aborder l’été, accompagné d’un vent du large rafraîchissant, dès ce samedi, 18h30.

Cette comédie de situation qui résulte de la complicité des créateurs, techniciens et producteurs nous promet huit épisodes de 30 minutes amusants et colorés, racontant les déboires de Rita Melanson (interprétée par l’auteure elle-même) qui, de retour à Saint-Prospère après une longue absence, veut ramener son village au goût du jour. Elle achète donc l’église et le presbytère avec l’idée d’en faire une attraction touristique, histoire de revitaliser ce coin de pays en déclin (à la valdrague).

Aux personnages interprétés par les acteurs acadiens Marcel-Romain Thériault (Lomer), Raphaël Butler (Ferraille), Marie-Jo Thério (Yolande) et Claire Normand (Gilberte) s’ajoutent les Québécois, sans doute les futurs touristes, Valérie Blais, Manuel Tadros, Guy Jodoin, Joey Scarpellino et d’autres.

Cheerleading: beaucoup d’appelées...

Nombreuses sont les jeunes filles qui souhaiteraient faire partie d’une troupe de «Cheerleading», qui se produit lors de parties de football. Mais n’est pas meneuse de claque qui veut. Les participantes sont en fait des athlètes aux dispositions mentales et physiques particulières, capables de se qualifier lors de championnats provinciaux et internationaux. À ARTV, on suit des athlètes de l’école Flyers All-Starz de Montréal durant huit épisodes débutant le mardi 12 juin, 19h et 19h30.

Invitée à la Maison des Arts Desjardins de Drummondville, Brigitte Boisjoli devait choisir l’artiste qui ferait la première partie de son spectacle. Elle en a rencontré trois, Allyson Pétrin, Jean-Philippe Gauthier et Andy St-Louis, tous dans la jeune vingtaine, se destinant à faire carrière en musique. Nous assistons donc avec Brigitte aux auditions des trois auteurs-compositeurs-interprètes, au choix de l’artiste et à la préparation de la soirée. «Unis par le chant», le jeudi 14 juin, 22h, à Unis TV.

L’été, saison des vacances, a inspiré de nombreux auteurs et chanteurs. D’ailleurs, il y a toujours un air de vacances qui marque l’été de chaque année. À «La vie secrète des chansons», on se rappelle des chansons qui ont connu leur heure de gloire comme «Les jolies colonies de vacances» de Pierre Perret, «La Madrague» de Brigitte Bardot, «La Banane» de Philippe Katerine, «Il fait trop beau pour travailler» des Parisiennes, «L’été indien» de Joe Dassin et d’autres. À TV5, ce samedi, 19h.

À RADIO-CANADA: Jean-François Mercier sera-t-il toujours d’accord avec des propos qu’il a tenus dans le passé? Véronique Cloutier sonde sa mémoire à «Rétroviseur», le lundi 11 juin, 19h30. Le jeudi 14 juin, 00h35, retour sur «Bon Cop, Bad Cop» avec Patrick Huard et Colm Feore, réalisé en 2006 par Érik Canuel. Deux policiers que tout oppose doivent former une équipe pour résoudre un crime.

À TÉLÉ-QUÉBEC: «Il y aura du sang» met en vedette Daniel Day-Lewis, Paul Dano et Kevin J. O’Connor dans une Californie du début du siècle dernier, alors qu’un prospecteur de pétrole immoral doit se mesurer à un imposteur fourbe en lien avec une communauté de fanatiques religieux, ce dimanche, 21h30.

À ARTV: Ce samedi, 21h et 22h, débute la saison 2 de «Notre vie»: 18 épisodes de 60 minutes qui s’ouvrent sur Kevin (Justin Hartley), Kate (Chrissy Metz) et Randall (Sterling K. Brown) réunis pour leur 37e anniversaire et tous sur le point d’apporter des changements dans leur vie.

À TV5: Pourquoi certaines personnes aiment les petits pois alors que d’autres les détestent? Le goût comporte de ces mystères que des scientifiques tentent de comprendre, sans toutefois encore arriver à décortiquer tout à fait le lien entre nos milliers de papilles et notre cerveau, lieu mythique s’il en est un. «Nos 5 sens», le mardi 12 juin, 19h.

À EXPLORA: Le mardi 12 juin, 22h, on entreprend l’autopsie du Boeing 777, âgé de 16 ans et ayant des dizaines de milliers d’heures de vol à son actif. Donc, on procède à son démantèlement afin de vérifier chaque pièce et s’assurer que tout est en ordre avant de le reconstruire en entier, à «Dans les entrailles du Boeing 777».

À UNIS TV: À la suite d’une catastrophe, une soeur et un frère, gardés à l’écart de la ville, sont à nouveau confrontés au malheur les obligeant finalement à s’ouvrir au monde. Mais, étant étrangers à la communauté à cause de leur longue exclusion, comment parviendront-ils à surmonter cette difficulté? «La petite fille qui aimait trop les allumettes», ce samedi, 21h, avec Marine Johnson, Antoine L’Écuyer et Jean-François Casabonne.