Si la simplicité involontaire est le lot de bien des artistes, Florence Payette et Louis-Philippe Dupuy ont décidé qu'elle serait moins pénible au bord d’un lac dans les Laurentides.

Chandail de Loup: choisir la simplicité

Si la simplicité involontaire est le lot de bien des artistes, Florence Payette et Louis-Philippe Dupuy ont décidé qu'elle serait moins pénible au bord d’un lac dans les Laurentides. Ça leur a même permis de vivre de leur art, un exploit dans le monde vertigineux des droits musicaux à l’ère du numérique.

C’est le fait d’avoir un enfant qui les a poussés à se questionner sur la façon dont ils voulaient vivre leur vie. Seulement, ils ont pris le chemin inverse de la plupart des nouveaux parents; ils ont pris un grand risque. Ainsi, ils ont laissé leur emploi de jour à Montréal et sont partis vivre de leur musique à Val-David. Et le risque a payé: on peut entendre la musique de leur groupe Chandail de Loup à la radio (assez pour leur rapporter des sous), et ils se sont habilement transformés en artistes-entrepreneurs, «produisant leur produit», pour paraphraser Louis-Philippe!

Tout cela est le fruit d’un travail acharné, les sources de revenu en cette ère du numérique étant en transformation quasi quotidienne, mais c’est un travail qu’ils n’échangeraient pour rien au monde. 

Ils nous interprètent ici une de leurs chansons, Sul bord.

Voyez la capsule ici.