V deviendra Noovo le 31 août

Télé

V deviendra Noovo le 31 août

Richard Therrien
Richard Therrien
Le Soleil
BLOGUE / C'est fait: comme je vous l'annonçais il y a deux semaines, V changera officiellement de nom pour Noovo le 31 août prochain.

Ainsi, le réseau généraliste devenu propriété de Bell Média adopte l'appellation de sa plateforme numérique. L'entreprise parle d'«une marque authentique, ouverte sur le monde et rassembleuse qui appelle au renouveau», déjà très populaire auprès des 18-34 ans, son public cible. On adopte un nouveau logo sur fond bleu, une couleur familière à l'entreprise.

Depuis plusieurs jours, Bell Média diffusait une campagne publicitaire pour titiller la curiosité du public avec quelques-unes de ses têtes d'affiche, dont Julie Snyder et Jay Du Temple. Avec trois «O» géants au centre de cette campagne, il était simple de conclure que V devenait Noovo.

La nouvelle programmation de Noovo entrera en ondes le 14 septembre prochain. Outre les retours de La semaine des 4 Julie et d'Occupation double, on annonce quelques nouveautés, dont Ce soir on char et Le prochain stand-up. Noovo prépare le grand retour de l'information et des grandes fictions québécoises à cette antenne.

Un an après avoir fait l'acquisition de TQS en 2008, Remstar avait changé le nom pour V, une marque qui aura duré 11 ans.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.

Rémy Girard et Salomé Corbo dans une quotidienne pour les 8-10 ans

Télé

Rémy Girard et Salomé Corbo dans une quotidienne pour les 8-10 ans

La Presse Canadienne
LES MUTANTS - Cette nouvelle fiction jeunesse a été pensée pour les jeunes de 8 à 10 ans et leur famille. C'est l'histoire de deux enfants parachutés chez leur grand-père - l'impeccable Rémy Girard – , mais c'est aussi une histoire d'amitié entre Léo le citadin aux troubles anxieux, Zoé l'hyperactive qui a un trouble de l'attention, et Marcus, atteint du syndrome d'Asperger. En parallèle, une mystérieuse histoire de disparition anime la quête des personnages. Cette quotidienne démarre le 24 août, du lundi au vendredi à 18h30 sur les ondes de Télé-Québec.

SOUVENIRS OLYMPIQUES Il y a 10 ans, la patineuse Joannie Rochette apprenait que sa mère, qui l'accompagnait aux Jeux de Vancouver, venait de mourir d'une crise cardiaque durant la nuit. Elle partage alors un enseignement maternel qui sera déterminant pour la suite de l'histoire : les décisions sont des actes que l'on pose afin de ne pas avoir à vivre avec des regrets plus tard. Elle décide donc qu'elle va patiner. À quelques heures d'avis, elle change son programme pour une musique plus appropriée, enfile ses patins et gagne la médaille de bronze. Revivez l'un des souvenirs olympiques les plus puissants, le samedi 22 août à 21h30 à RDI.

Elizabeth Debicki sera la princesse Diana dans <em>The Crown</em>

Télé

Elizabeth Debicki sera la princesse Diana dans The Crown

Associated Press
NEW YORK — La série télévisée The Crown a trouvé sa princesse Diana.

Elizabeth Debicki a été choisie pour tenir le rôle de Lady Di dans les saisons cinq et six de The Crown, a annoncé Netflix.

L’actrice se joindra à une nouvelle distribution pour la série, qui inclut Imelda Staunton dans la peau de la reine Élisabeth, Lesley Manville dans le rôle de la princesse Margaret et Jonathan Pryce dans celui du prince Philip. Imelda Staunton succède à Olivia Colman et Claire Foy dans le rôle de la reine.

Emma Corrin interprète Diana dans la quatrième saison de la série, qui n’a pas encore été diffusée. Mais Elizabeth Debicki reprendra le rôle pour les chapitres les plus dramatiques de la vie de la princesse. Les saisons cinq et six seront sans doute les dernières saisons de la série. La date de mise en onde de la saison quatre n’a pas encore été annoncée.

Elizabeth Debicki, une actrice australienne de 29 ans, est considérée comme une étoile montante depuis sa prestation dans Widows (Veuves), de Steve McQueen. On la verra aussi dans le thriller de Christopher Nolan Tenet,

Elle a également joué dans Gatsby le magnifique, The Burnt Orange Heresy et Les gardiens de la galaxie Vol. 2.

Un documentaire pour les 30 ans de TVC22

Médias

Un documentaire pour les 30 ans de TVC22

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
La télévision communautaire de Clarence-Rockland, TVC22, célèbre ses 30 ans avec la parution d’un documentaire portant sur l’histoire de la chaîne.

Le documentaire se veut une façon de mettre en lumière le mandat et l’importance d’une télévision communautaire, soit celui d’offrir un outil et un service de communication gratuit à la population de Clarence-Rockland, et les défis rencontrés quotidiennement.

«Ça parle aussi des archives», précise la directrice générale de TVC22, Stéphanie Simard. «On a eu à cristalliser plus de 30 ans d’archives cette année. C’est neuf mois de travail. On donne aux gens qui veulent visionner ce documentaire-là quelques aperçus de nos archives qu’on est capables de retrouver.»

Louis-Philippe Brulé à la barre d'une émission d'affaires publiques le midi

Radio

Louis-Philippe Brulé à la barre d'une émission d'affaires publiques le midi

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Louis-Philippe Brulé animera un magazine d’actualité sur les ondes du 104.7 FM à la fin du mois. L'émission occupera la case horaire du midi, qu'occupait auparavant Solide comme le Roch.

En plus de s’occuper de cette émission de 60 minutes baptisée LP le midi, l’animateur conservera le micro de L’Outaouais maintenant, son émission du retour, a précisé la station de radio.

«Émission d’affaires publiques» présentée de 12h à 13h, LP le midi entrera en ondes à compter du lundi 31 août, a précisé le directeur général des programmes et de l’information au 104.7 FM, Bob Rioux. 

Pour cette émission quotidienne, M. Brulé sera «épaulé par l’équipe à la salle des nouvelles», précise Bob Rioux. Olivier Charbonneau agira notamment comme journaliste à la recherche pour l’ensemble des émissions d’information du 104,7 Outaouais, poursuit-il.

Dans un courriel adressé à l’ensemble des employés, M. Rioux a tenu à «remercier sincèrement Louis-Philippe d’avoir accepté d’animer une heure additionnelle d’émission au quotidien». M. Brulé est présentement en vacances.

Selon le directeur, «il sera important, à la rentrée, de continuer de tenir la population de l’Outaouais informée sur cette crise sans précédent, autant sur le plan social que sur le plan économique». Pour ce faire, le 104.7 pourra aussi compter sur l’émission matinale de Michel Langevin (en ondes de 5h30 à 10h) et sur L’Outaouais maintenant (de 15h à 17h), toutes deux de retour dès le 17 août, expose M. Rioux.

«Louis-Philippe a beaucoup d’expérience et il comprend parfaitement que le créneau de l’heure du midi doit demeurer local», a précisé au Droit Bob Rioux, convaincu que l'animateur s'acquittera de son double mandat avec brio.

Le nouvel horaire de la matinale locale de Michel Langevin qui se terminait à 9h30 avant la COVID-19, mais qui a été étendue jusqu'à 10h depuis la pandémie, conservera cette demi-heure supplémentaire.

La grille horaire sera légèrement remaniée, avec l'arrivée d'un nouveau magazine réseau, quant à lui diffusé de 10h à midi. Ce «magazine provincial d’actualités» sera animé par Jérome Landry et Jonathan Trudeau.

Associé au réseau Quebecor (QUB radio; La Joute; le Journal de Montréal), l'analyste politique Jonathan Trudeau a annoncé qu'il quittait le groupe plus tôt cet été. Vieux routier de la radio à Québec, Jérôme Landry a perdu le micro qu'il tenait à ÉNERGIE Québec, lorsque la station a entrepris un virage plus musical.  

Il y sera abondamment question de politique provinciale, mais Bob Rioux promet que les deux animateurs n'hésiteront pas à s'emparer d'enjeux régionaux, lorsqu'ils auront une portée plus large. «Il y a moyen, chez Cogeco, d’avoir des participations locales, même s'il s'agit d'une émission réseau», dit-il.

Roch Cholette

Bob Rioux répète aussi que la disparition de Roch Cholette des ondes est une décision d'affaires liée aux difficultés financières qui affectent tous les médias. Cogeco Média a pris la décision de retirer l’émission des ondes pour permettre à l’entreprise de «rationaliser ses coûts d’opération» à Gatineau, rappelle-t-il. La dernière émission de Solide comme le Roch a eu lieu le 19 juin dernier. Quelques heures plus tard, la station a avisé M. Cholette qu’elle ne renouvellerait pas son contrat.

Quoi regarder du 1er au 7 août

Télévision

Quoi regarder du 1er au 7 août

La Presse Canadienne
L'APPARTEMENT - Cette téléréalité qui fonce au coeur de la vie de cinq colocs d'à peine 20 ans voit neuf nouveaux épisodes mis en ligne.

L'appartement suit cinq jeunes issus de différentes régions du Québec qui se sont installés à Montréal, en colocation, avec la tête remplie de rêves. Sarah-Maude, de Magog, veut devenir mannequin, Shadlyne, de Saint-Jean-sur-Richelieu, veut une place dans le monde des médias, Thomas, d'Edmunston, veut percer dans le monde de l'humour, Loïc, de Granby, croit s'intéresser au monde des affaires, alors que Pierre-Alexandre, de Lévis, veut changer d'identité et devenir une femme. Après six mois dans la grande ville, chacun tente férocement de trouver sa place autant dans sa vie personnelle que professionnelle. Certaines tensions naissent au sein des colocs qui affirment de plus en plus leur personnalité. Pour les abonnés du Club Illico.

Maude Morissette lance sa provocante websérie avec des marionnettes 

Websérie

Maude Morissette lance sa provocante websérie avec des marionnettes 

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Les premiers épisodes de La Dump, une websérie «politiquement incorrecte» signée par l’humoriste Maude Morissette, seront disponibles au début août.

La Dump mettra en vedette des marionnettes, en adoptant un ton provocateur qui lorgne du côté des Feebles de Peter Jackson et de la série d’animation Robot Chicken de Seth Green, connues pour se ficher de la rectitude politique. Elle s’adresse à un public de plus de 18 ans. 

On y découvrira le personnage de Barbe, «fils illégitime de Donald Trump» qui, «depuis son expulsion des États-Unis pour désordre public», vit dans les égouts en compagnie de sa blonde, Belle, et de leurs «enfants multi-ethniques adoptés». 

Chaque épisode traitera d’un sujet d’actualité. Maude Morissette, réalisatrice, productrice, auteure et comédienne de la série, décrit La Dump comme une «comédie engagée» et une «critique sociale de la culture populaire québécoise ».

Plusieurs personnalités connues de la colonie artistique québécoise ont prêté leurs voix aux personnages, dont Yves P Pelletier, Louis T, Olivier Martineau et Christine Morency. 

On pourra aussi y reconnaître les voix de Laurent Paquin, Bruno Pelletier, Marie-Lyne Joncas, Eve Côté, Korine Côté et PL Cloutier, invités à y faire des caméos.

Les premiers épisodes, accessibles dès le 3 août sur le site consacré à la série, traiteront d’adoption, de racisme, de contrôle des armes à feu et d’éducation. Les épisodes suivants aborderont des enjeux liés à la communauté LGBTQ+ (10 août), la chirurgie esthétique, les personnes âgées et la liberté d’expression (17 août), l’environnement, la santé mentale et la société «Big Brother» (31 août).

Une bande-annonce est disponible ici.

François Morency prépare la 3e saison de <em>Discussions avec mes parents</em>

Télévision

François Morency prépare la 3e saison de Discussions avec mes parents

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La populaire émission Discussions avec mes parents sera de retour à l’antenne d’Ici Télé, cet automne.

Le public pourra retrouver l’humoriste François Morency, sa famille, leurs amis ainsi que quelques nouveaux personnages au fil de 13 nouveaux épisodes, a promis Radio-Canada mardi 14 juillet. 

Le tournage de la saison 3 débutera le mercredi 15 juillet, précise le diffuseur.

Au cours de cette troisième saison, le clan Morency s’apprête à «expérimenter la télé-réalité, faire des essais cliniques de médicaments, avoir des démêlés avec une balayeuse intelligente et pratiquer des exercices d’incendie», entre autres «situations abracadabrantes, parfois gênantes, mais toujours amusantes», mentionne ICI Télé par voie de communiqué.

S'occuper pendant le confinement

Pandémie et confinement oblige, les parents de François Morency – Jean-Pierre et Rollande – vont aussi devoir «rivaliser d’ingéniosité» pour occuper leurs temps libres.

On pourra les observer en train de se débattre avec un casque de réalité virtuelle et découvrir aux joies de la baladodiffusion, indiquer la chaîne. Cherchant à se divertir, ils tenteront aussi le survivalisme, mettront sur pied une entreprise d’autocollants et tenteront leur chance avec un programme d’hébergement d’étudiants.

De son côté, François Morency poursuivra «sa quête de la femme de rêve», alors qu’«une riche femme d’affaires viendra le séduire et le confronter», lit-on. 

On retrouvera également son frère Raynald, qui partagera  ses fantasmes conjugaux, et sa sœur Judith, qui songe «finalement» à devenir maman.

Parmi les nouveaux personnages qui s’ajoutent à l’équation, l’humoriste  annonce l’arrivée du «Monsieur bizarre du quartier», et celle du «fameux Conrad Ménard, l’ennemi juré de Jean-Pierre». Cette troisième saison se terminera avec une émission spéciale Jour de l’An.

Les textes de cette 3e saison sont cosignés par François Morency, Benoit Pelletier, Pierre Prince et Caroline Allard.

La seconde saison de Discussions avec mes parents, qui a «atteint des sommets de popularité et de cotes d’écoute» souligne ICI Télé, est présentement en nomination pour trois prix Gémeaux liés aux catégories «comédie».

<em>Albert N: </em>une «grande première» virtuelle pour le Théâtre Tremplin

Radio-théâtre

Albert N: une «grande première» virtuelle pour le Théâtre Tremplin

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Plutôt que d’annuler sa prochaine grosse production, Albert N, le Théâtre Tremplin a choisi d’en modifier le format, pour la proposer «sous forme de radio-théâtre».

«Après plusieurs mois de travail pour effectuer une transition vers un format numérique, l’équipe est heureuse de vous présenter Albert N, sous forme de radio-théâtre avec accompagnement visuel», a indiqué la compagnie vendredi.

Cette «grande première» pour la troupe d’Ottawa se déroulera sur la page Facebook du Théâtre Tremplin, le 21 août (à 19h30), «en même temps que le lancement de la Fierté dans la Capitale».

Le visionnement sera gratuit. «Les contributions volontaires sont acceptées», précise le Théâtre Tremplin, heureux «de partager notre art virtuel» avec le public. Les contributions peuvent se faire via la plateforme de dons aménagée dans le site Internet de la compagnie.

Albert N. est l’adaptation théâtrale – signée Hedwige Herbiet – d’une nouvelle de l’auteur irlandais George Moore. La pièce a pour décor un hôtel dans le Dublin des années 1860. Son garçon d’hôtel, Albert Nobbs, employé irréprochable, a pourtant un lourd secret: il est une femme. 

Échos contemporains différents

À l’heure où il se demande s’il devrait se conformer aux normes sociales, Albert, qui a toujours vécu dans la marge, «en vient à se questionner sur ses choix et ses désirs profonds, tout en naviguant une identité non définie», résume le Théâtre Tremplin.

Ce radio-théâtre sera vocalement défendu par Amaranta Quintara (Albert), Charlotte L'Orage, Jean-Nicolas Masson et Audrey Gagnon, entre autres. Le directeur artistique du Tremplin, Lionel Lehouiller, assure la mise en voix.

«L’œuvre s’intéresse au déséquilibre homme / femme, à la question des privilèges et des limites poussées à l’extrême pour les atteindre», analyse le créateur. 

Si à l’époque de sa publication, en 1918, la nouvelle de Moore dénonçait les inégalité entre les hommes et les femmes, le texte résonne «pour d’autres raisons», aujourd’hui, estime-t-il.

Un jeune gatinois fait 1500 km à vélo pour... récolter des rêves

Baladodiffusion

Un jeune gatinois fait 1500 km à vélo pour... récolter des rêves

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Le jeune comédien d’origine gatinoise Marc-Antoine Morin a trouvé une étonnante façon d’occuper son cerveau – et ses mollets – en cette période peu propice aux représentations théâtrales.

Il pédale.

Il pédale tous les jours depuis le 24 juin, quand il a quitté Montréal à vélo. 

Et il pédalera ainsi jusqu’à Percé, où il compte aboutir le 15 juillet. Un périple de quelque 1500 km, destiné à... récolter des rêves, en chemin.

Pas les siens, les rêves, mais ceux des personnes croisées en chemin. Des rêves individuels, certes, mais des rêves «collectifs». «Des rêves à habiter», et non pas égoïstes, précise le cueilleur, dont la démarche s’inscrit dans le cadre d’un projet baptisé Or je rêve.

Dans sa «quête», Marc-Antoine Morin tend pas son micro à de parfaits inconnus croisés en chemin. Ces rêves glanés ça et là – rêves à «partager, stimuler, coudre et tisser sur le territoire» – viendront alimenter une série balado qu’on pourra entendre en août. 

En attendant la mise en onde de ce dreamcatcher numérique, ses conversations font d’ores et déjà l’objet de capsules vidéo, qui permettent de suivre son périple sur Facebook, presque en temps réel. 

Des vidéos dans lesquelles l’intention documentaire baigne dans un ton poétique et des considérations plus philosophiques.

Prix Gémeaux: plusieurs Francos au sein des finalistes

Télévision

Prix Gémeaux: plusieurs Francos au sein des finalistes

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La société de production ottavienne Slalom a récolté trois nominations dans la course aux prix Gémeaux, dont les finalistes ont été dévoilés mardi 7 juillet.

Sa série La vie compliquée de Léa Olivier – coproduite avec la boîte montréalaise Encore Télévision mais presqu’entièrement tournée à Ottawa – brille dans la catégorie Meilleure émission ou série jeunesse de fiction: 12 ans et moins.

Mehdi et Val, série jeunesse que Slalom a coproduite avec Fair-Play, permet au comédien Pierre Simpson d’être finaliste en tant que meilleur rôle de soutien masculin (catégorie jeunesse).

Grâce à Le grand duel et à La contre-attaque, liés à l'émission Mehdi et Val, Slalom court aussi la chance de remporter un prix dans la catégorie Meilleure composante numérique pour une émission ou série jeunesse. En cas de victoire, la productrice franco-ontarienne Marie-Pierre Gariépy devrait partager ce trophée avec Version 10, qui l’a coproduit.

La revue de fin d’année Flippons 2019, produite par Groupe Média TFO (et réalisée à Ottawa),  pourrait permettre à sa productrice, Fabienne L’Abbé, de remporter le Gémeaux de la meilleure émission jeunesse de divertissement.

Autre production de TFO, ONFR+ est finaliste dans trois catégories liées aux médias numériques. ONFR+ Nomade est en lice à titre de Meilleure émission ou série originale – format magazine. Son animateur, Étienne Fortin-Gauthier, est également parmi les finalistes, tandis qu’ONFR+ Immigration Francophone en Ontario obtient une place en finale dans la branche Affaires publiques et Sport.

Dans la catégorie des médias numériques toujours, la série policière Eaux turbulentes, tournée dans la région de Sudbury mais coproduite par Les Productions Bliktv (situées à Ottawa) et KOTV, est finaliste à titre de Meilleure composante numérique pour une émission ou série de fiction. Elle met en vedette plusieurs acteurs Franco ontariens, dont Roch Castonguay et Geneviève Langlois, et intègre des vidéos d’enquêtes tournées avec des détectives de la police d’Ottawa.

Carte Blanche Films, elle aussi basée à Ottawa, a obtenu une nomination pour Les Vlogues de Newton, grâce au comédien torontois Nick Van Burek. Ce dernier se retrouve finaliste dans la catégorie Meilleure interprétation masculine pour une émission jeunesse (médias numériques). 

Le Franco-Ontarien Patrick Groulx a une chance de remporter le prix de la Meilleure animation d’une téléréalité, lui qui animait Maître du chantier pour une deuxième saison.

Grâce à son rôle dans Toute la vie, la comédienne Hélène Bourgeois-Leclerc – qui a grandi à Gatineau – se retrouve finaliste dans la course du Meilleur premier rôle féminin dans une série dramatique. Le comédien Vincent Leclerc, qui a aussi grandi dans la région, est encore une fois en lice pour le Meilleur premier rôle masculin dans une série dramatique pour son rôle de Séraphin dans Les pays d'en haut.

L’animatrice d’Enquête, la journaliste Marie-Maude Denis – une Franco de Sudbury qui a grandi à Ottawa – est finaliste dans la catégorie Meilleure animation - affaires publiques. Son émission est aussi finaliste dans la catégorie «meilleure série ou spéciale d’affaires publiques», et Enquête récolte au passage une troisième nomination, pour  l’un de ses reportages.

Parlement: l’expérience en réalité virtuelle, initiative numérique permettant les visites virtuelles de l’édifice du parlement, se distingue quant à elle dans la catégorie Meilleure expérience interactive. Elle est chapeautée par la Bibliothèque du Parlement et l’Office national du film du Canada.

La liste complète des finalistes est accessible ici.

À lire aussi:
Prix Gémeaux: C’est comme ça que je t’aime décroche 15 nominations

Prix Gémeaux : <em>C’est comme ça que je t’aime</em> décroche 15 nominations

Arts et spectacles

Prix Gémeaux : C’est comme ça que je t’aime décroche 15 nominations

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
C’est comme ça que je t’aime a remporté la palme des nominations aux prochains prix Gémeaux. La série de fiction écrite par François Létourneau pour les Productions Casablanca cumule 15 nominations, dont celle de la meilleure série dramatique, et celle du meilleur premier rôle féminin, dévolu à Marilyn Castonguay.

Les finalistes du 35e gala des prix Gémeaux ont été dévoilés mardi 7 juillet, lors d’une cérémonie sans flafla coanimée par Véronique Cloutier et Arnaud Soly et retransmise en direct sur Facebook – ce qui constituait une première, évidemment liée à la pandémie de COVID-19.

Les autres grands «gagnants» de cette ronde préliminaire sont les émissions Fragile, finaliste dans treize catégories; et le Bye Bye 2019, qui rafle onze nominations, sur un pied d’égalité avec District 31, La faille et Léo. 

Juste derrière eux se situe Nomades, cité dans huit catégories de finalistes.

Viennent ensuite De Garde 24/7, L'âge adulte, Pour toujours plus un jour et Toute la vie, qui ont chacune obtenu sept nominations. 

180 jours, Alix et les Merveilleux, Cochon Dingue, Faits divers, L'Académie, L'heure bleue, Lâcher prise, Les pays d'en haut, M'entends-tu?,  Mammouth 2019 et Projet 2000 se distinguent au fil de six nominations. 

100 Génies, 14 mille millions de choses à savoir, Boomerang, Cerebrum, Écrivain public, Infoman 2019, L'Échappée, L'Effet secondaire, La vraie nature, Le 41e Gala de l'ADISQ, Mon fils, Trop, Une autre histoire et Y'a du monde à messe s'en tirent honorablement, avec cinq nominations chacune.

Pas moins de 225 nouveaux visages se retrouvent parmi les nommés de cette année, a noté l'animatrice. Au total, 292 productions se retrouvent nommées, dont 80 conçues pour les médias numériques.

Le «bon moment»

«C’est un bon moment pour célébrer notre télé. Ces derniers mois on a vraiment eu besoin de la télé et des médias numériques», a commenté Véronique Cloutier. Malgré la COVID, ç'a été «une année exceptionnelle», sur le plan télévisuel, a-t-elle fait valoir.

Le prochain gala était appelé à être une grande soirée d'anniversaire: «Ça devait être une grosse fête... ce ne sera pas le cas.» Mais on va «miser sur la créativité» et «trouver de belles façons de célébrer notre télé», a rassuré l’animatrice, en promettant «beaucoup de sourires».

«On va trouver une manière originale», voire «déjantée», de présenter ces célébrations, a enchéri Arnaud Soly.

Véronique Cloutier ne pouvait donner aucun détail sur la forme que prendra ce gala – qui commence à peine à être monté, a-t-elle souligné – sinon pour dire qu’il sera enregistré au Studio 42 de Radio-Canada, car celui-ci permet de respecter toutes les normes sanitaires en vigueur.

«Véro» animera le gala de remise des 35e prix Gémeaux dimanche 20 septembre, tandis qu’Arnaud Soly animera, juste avant elle, le gala de l’Avant-première. 

Le gala de soirée sera rediffusé en direct sur ICI TÉLÉ dès 20h. Celui animé par Arnaud Soly sera retransmis sur ICI ARTV dès 14h30 . Les festivités démarreront  toutefois dès le 17 septembre, avec la Soirée des artisans et du documentaire, qu’animera Chantal Lamarre, et qui  sera retransmise sur la page Facebook des prix Gémeaux à 19h.

Seules 21 catégories ont été dévoilées, mardi. La liste complète des finalistes est accessible ici.

Le Festival du nouveau cinéma de Montréal aura lieu en ligne et en salle

Cinéma

Le Festival du nouveau cinéma de Montréal aura lieu en ligne et en salle

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La 49e édition Festival du nouveau cinéma de Montréal (FNC), prévue du 7 au 18 octobre 2020, prendra une forme hybride, avec une diffusion en ligne complétée par une offre en salle.

Le FNC sera ainsi le «tout premier festival de cinéma montréalais à réintégrer la salle de cinéma», se réjouissent d’ailleurs ses organisateurs.

La programmation complète ne sera dévoilée qu’à la fin septembre, mais certains films seront «exceptionnellement» accessibles en ligne sur la plateforme Festival Scope, cette année, ont précisé mardi les administrateur du festival, dans un communiqué.

«Ce passage en ligne permettra de rejoindre de nouveaux publics au-delà des limitations géographiques, ce qui s’arrime à merveille avec la mission première du FNC : rendre plus accessible le cinéma d’auteur national et international», stipule le festival.

«La situation actuelle devient ainsi une opportunité supplémentaire d’explorer de nouvelles avenues technologiques et innovantes», ajoute le document.

En ce qui concerne la diffusion en salle, le FNC estime que «l’expérience collective de la découverte d’une œuvre sur grand écran étant unique et précieuse». Aussi, le festival montréalais se réjouit de réussir à offrir «de grandes projections physiques dans une salle majestueuse», tout en respectant les mesures de distanciation sociale et les protocoles sanitaires.

«Dans ce contexte de crise où l’industrie du cinéma est très durement touchée», le FNC se dit par ailleurs «soucieux de maintenir un rôle actif » en diffusant les œuvres et en soutenant les créateurs québécois et canadiens. 

Reconnu pour «l’audace et la qualité de sa programmation», le FNC se targue d’être le «plus important festival de cinéma international généraliste au Québec et le plus ancien au Canada».

Josélito Michaud anime une série balado pour penser l'après COVID

Balado

Josélito Michaud anime une série balado pour penser l'après COVID

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Josélito Michaud est à la barre d’une nouvelle baladodiffusion intitulée Et après…?, dans laquelle des personnalités invitées envisagent un monde post-COVID, en se «questionnant sur l’avenir».

Au micro de l’animateur, artistes, politiciens et personnalités faisant l’actualité – dix femmes et dix hommes – réfléchissent, essayant de comprendre à quoi ressemblera le monde d’après la pandémie, résume QUB radio, diffuseur de ce podcast qui démarre ce mardi 7 juillet.  

Les deux premiers épisodes de Et après...? sont en ligne.

Dans l’épisode 1, on peut entendre le musicien Daniel Bélanger s’interroger sur les vertus de la distanciation sociale. Et si c’était aussi une manière de reconnaître l’autre en lui témoignant certains égards ? soulève l’émission. Et si la crise actuelle était une opportunité à saisir pour faire de nos rituels de petits bonheurs simples?

Le deuxième épisode donne la parole à Kim Thuy. L’auteure a profité de la période de confinement pour oser le changement: «changer et approfondir» ses relations avec son entourage; «changer et rénover notre société, du sous-sol au grenier».

Les épisodes de la semaine prochaine seront consacrés à l’ex-première ministre du Québec Pauline Marois et au chef et auteur Ricardo Larrivée (14 juillet). 

Les émissions suivantes seront  pour Josélito Michaud l’occasion de converser avec l’ex-maire de Montréal, Denis Coderre, l’auteure  Nicole Bordeleau, la scénariste Danielle Trottier, le musicien touche-à-tout Grégory Charles, la scénariste Michèle Allen et le Dr Jean-Francois Chicoine. 

 Ensemble, ils se questionneront sur les conséquences à court et long terme de la pandémie dans nos vies et sur les leçons à en tirer. Fidèle à ses habitudes, Josélito Michaud cherchera à mettre ses invités en valeur, posant ses questions «avec bienveillance et intelligence», souligne QUB.

La chaîne évangélique américaine GOD TV retirée des ondes en Israël

Télévision

La chaîne évangélique américaine GOD TV retirée des ondes en Israël

Agence France-Presse
JÉRUSALEM — Le gendarme israélien de la radiodiffusion a annoncé dimanche avoir retiré sa licence à la chaîne évangélique américaine GOD TV en l’accusant de chercher à promouvoir un «contenu chrétien» auprès d’un auditoire juif dans un pays où le prosélytisme est strictement réglementé.

Le groupe américain GOD TV diffuse des contenus chrétiens sur le Web et sur le câble à travers le monde, incluant depuis peu des contenus en hébreu retransmis sur la chaîne Chélanou («La nôtre») accessible via le câblodistributeur HOT en Israël.

ICI Ottawa-Gatineau fête les 65 ans de CBOFT

Télévision

ICI Ottawa-Gatineau fête les 65 ans de CBOFT

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
ICI Ottawa-Gatineau souligne ce 24 juin les 65 ans de la chaîne qui allait lui donner naissance, CBOFT Ottawa.

Inaugurée le 24 juin 1955, jour de Saint-Jean-Baptiste, CBOFT Ottawa devient la première chaîne hors Québec du réseau français de la télévision de Radio-Canada. 

Longtemps été désignée sous le nom de « canal 9 », avant de devenir ICI Ottawa-Gatineau, la station n’a jamais « cessé de diversifier sa production régionale», tout en cherchant  à se «positionner comme une référence» en matière d’information régionale francophone.

La naissance de CBOFT Ottawa est entrée en opération seulement trois ans après l’avènement de la télévision canadienne, souligne le diffuseur public dans un communiqué.

«CBOFT rejoint au départ environ 200 000 francophones dans un rayon allant de Ottawa-Hull jusqu’à Papineauville à l’est, Kemptville au sud, Arnprior à l’ouest et Kazabazua au nord», rappelle-t-il, dans la page web qu'il consacre au sujet.

Les francophones d’Ottawa-Gatineau devaient «auparavant se contenter de la chaîne CBOT, au canal 4, qui diffusait une programmation bilingue» et qui est redevenue par la suite exclusivement anglophone. 

Ici Radio-Canada souligne cet anniversaire en partageant sur ses réseaux sociaux des documents d’archives photographiques retraçant l’inauguration de son édifice à Westboro en 1955, ainsi qu’une vidéo de «la plus vieille émission de CBOFT Ottawa retrouvée » dans ses voûtes.

Emma Watson, nouvelle administratrice du groupe de luxe Kering

Arts et spectacles

Emma Watson, nouvelle administratrice du groupe de luxe Kering

Agence France-Presse
PARIS – Trois nouveaux administrateurs, dont l’actrice britannique Emma Watson, ont font leur entrée au sein du groupe français de luxe Kering, à l’issue du vote des actionnaires réunis en assemblée générale mardi.

Emma Watson, 30 ans, interprète d’Hermione Granger dans la célèbre saga Harry Potter, «est l’une des actrices les plus populaires et l’une des militantes les plus célèbres au monde», souligne le groupe de François-Henri Pinault (qui détient les marques Gucci, Yves Saint Laurent ou encore Bottega Veneta) dans son document envoyé aux actionnaires.

Mettant en avant le «militantisme» d’Emma Watson pour promouvoir la place des femmes dans la société ou dans le monde du cinéma, Kering souligne également qu’elle est «pionnière dans l’action en faveur de la mode éthique».

Le groupe de luxe avait également proposé aux actionnaires l’arrivée au conseil d’administration de Tidjane Thiam, 57 ans, qui avait démissionné de son poste au Credit Suisse en février dernier à la suite d’un scandale d’espionnage interne d’anciens cadres de la banque, dont il a toutefois affirmé n’avoir eu aucune connaissance.

La dernière administratrice proposée était la Chinoise Jean Liu, 42 ans, présidente de la plateforme mobile de transports Didi Chuxing. La Chine, pays crucial pour Kering en termes de ventes, se verra ainsi représentée pour la première fois au sein du conseil d’administration du groupe, a souligné Sophie L’Hélias, administratrice référente.

Diversité des opinions

M. Pinault a salué «les connaissances et compétences respectives» des nouveaux administrateurs, «la multiplicité de leurs parcours et de leurs points de vue» qui «seront des apports inestimables aux réflexions du conseil d’administration». «L’intelligence collective issue de la diversité des opinions et la richesse apportée par des expériences différentes sont cruciales pour l’avenir de notre organisation», selon lui.

Les actionnaires du groupe ont approuvé cette nouvelle composition du conseil d’administration.

Le groupe Kering employait plus de 38 000 salariés dans le monde entier à fin 2019. Son chiffre d’affaires s’est établi à 15,9 milliards d’euros l’an dernier, pour un résultat net de 2,3 milliards d’euros.

Le Festival international d’animation d’Ottawa passe en mode virtuel

Arts

Le Festival international d’animation d’Ottawa passe en mode virtuel

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La 44e édition du Festival international d’animation d’Ottawa aura bel et bien lieu, mais en ligne.

Les organisateurs du festival d’animation ont décidé d’adapter leur formule à la réalité de la pandémie, en proposant des visionnements ainsi que des panels de discussions en ligne.

«Au début, nous voulions reproduire l’événement sur Internet, en le recopiant le plus possible», mais en poussant ses réflexions, l’équipe du festival  a jugé plus opportun de «reprendre les choses que le public préfère du FIAO» en les adaptant aux réalités de «l’expérience à domicile», a soutenu  la directrice des opérations Kelly Neallm.

«C’est une occasion de faire preuve de créativité, d’essayer de nouvelles affaires», estime-t-elle, dans un communiqué envoyé mardi 16 juin.

Les organisateurs sont présentement à l’étape de chercher «la meilleure plate-forme» possible dans l’optique de présenter des films tout en garantissant la sécurité des transactions financières, et tout en permettant aussi les échanges sociaux et l’interactivité, explique-t-elle. 

Kelly Neall présume que sa clientèle connectée sera encore plus «internationale» que dans le passé.

L’édition 2020 proposera des ateliers et des discussions d’artistes live. Elle offrira aux écoles et aux recruteurs la possibilité de se «rencontrer virtuellement»

L’initiative InGenius Jr, destinée  aux famille, sera maintenue, tout comme le NightOwl party. Le volet destiné aux professionnels (et non au grand public) – la Animation Conference – se déroulera également en ligne.

Cette édition virtuelle s’étendra du 23 septembre au 4 octobre.

Les activités s’étireront sur un délai un plus long que la période de cinq jours traditionnellement dévolue au festival. Et ce, de façon à ce que les gens puissent aménager leur horaire de travail, explique Mme Neall.


Quelque événements en chair et en os ?

L’organisation n’exclut pas complètement, à l’heure actuelle, la possibilité de maintenir «un nombre restreint de projections» dans des lieux d’Ottawa, en imposant des mesures adaptées à la distanciation sociale sanitaire.  

La clientèle habituelle du festival est composée à 80% de gens de l’extérieur de la région, dont d’importants groupes d’étudiants en animation venus des État-Unis. Les organisateurs ont estimé que le transport et l’accueil de ces festivaliers «constituait  trop de risques, à bien des égards» 

Le festival annonce qu’il dévoilera sa programmation ainsi que davantage d’information sur les modalités d’accès au cours de l’été.

Sugar Sammy offre une vidéo de ses meilleurs moments d’impro en spectacle

Arts et spectacles

Sugar Sammy offre une vidéo de ses meilleurs moments d’impro en spectacle

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Sugar Sammy mettra en ligne mercredi une nouvelle vidéo, intitulée Les moments d’impro : le Québec contre la France.

La vidéo présentera «les meilleurs moments d’improvisation» de spectacles donnés au Québec et en France. L’humoriste aime s’adresser directement au public présent à ses spectacles: ces impros concernent des échanges qui se sont déroulés au Québec «avec des spectateurs français», et vice-versa; les moments d’improvisation captés en France sont liés à des interactions avec des spectateurs québécois.

La vidéo sera affichée sur son compte Facebook le 17 juin à 21 h (HAE).

En mars dernier, dans le contexte de la pandémie et du confinement, Sugar Sammy avait mis en ligne sur Facebook l’intégralité de son spectacle bilingue You’re Gonna Rire afin d’aider à «oublier l’anxiété collective en ces temps


 Un incroyable talent... nouvelle formule

Par ailleurs, Sugar Sammy a révélé qu’il animera une nouvelle émission pour la télé française. «La France a un incroyable talent : La Bataille du jury» sera en ondes sur la chaîne française M6 dès le 23 juin        

Le concept est dérivé de l’émission de téléréalité La France a un incroyable talent, que l’humoriste coanime depuis trois ans en compagnie de Marianne James, Éric Antoine et Hélène Ségara. 

Cette fois, les quatre juges formeront des équipes rivales, composées de concurrents sélectionnés parmi les artistes qui étaient venus participer à l’édition française de la franchise télévisée Got Talent dans le passé. 

La France a un incroyable talent reprendra l’antenne pour une 15e saison cet automne. Sugar Sammy  y participera pour la troisième fois. La série télévisée attire en moyenne 3,5 millions de téléspectateurs par épisode.

Une vidéo promo pour cette nouvelle émission est disponible ici.

La deuxième saison de La France a un incroyable talent : La Bataille du jury est déjà confirmée. L’humoriste a annoncé qu’il y participera également.

La cérémonie des Oscars repoussée de deux mois à cause de la pandémie

Cinéma

La cérémonie des Oscars repoussée de deux mois à cause de la pandémie

Laurent BANGUET
Agence France-Presse
LOS ANGELES — La prochaine cérémonie des Oscars a été repoussée de deux mois à cause de la pandémie de coronavirus et est désormais programmée le 25 avril par l’Académie des arts et sciences du cinéma qui remet les prestigieuses récompenses.

La 93e édition des Oscars devait initialement se tenir le 28 février, mais la crise sanitaire a provoqué la fermeture des cinémas et bouleversé le calendrier des productions hollywoodiennes.

L’Académie a donc également étendu lundi la période de sortie des films éligibles aux Oscars, qui passe du 31 décembre 2020 au 28 février 2021. Elle espère ainsi «donner aux cinéastes la souplesse nécessaire pour terminer et sortir leurs films sans être pénalisés», expliquent ses responsables dans un communiqué.

L’Académie avait déjà récemment assoupli son règlement pour permettre exceptionnellement aux œuvres sorties directement sur les plateformes de vidéo à la demande de concourir.

La plupart des salles de cinéma américaines restent fermées et de nombreux tournages sont à l’arrêt à Los Angeles ou ailleurs dans le monde, avec en toile de fond la crainte d’une résurgence de l’épidémie de COVID-19.

Le délai accordé par l’Académie pourra permettre à certaines productions d’être prêtes à temps pour concourir l’an prochain.

Il nourrit aussi l’espoir que la cérémonie des Oscars pourra se dérouler devant son parterre de vedettes habituel plutôt que de se transformer en une remise des prix «virtuelle», moins glamour.

«Nous évoluons en terrain inconnu cette année et nous continuerons à travailler avec nos partenaires de l’Académie pour garantir que le spectacle de l’an prochain soit sûr», souligne de son côté Karey Burke, présidente d’ABC qui diffuse cette soirée phare de Hollywood.

Le report annoncé lundi répond notamment aux inquiétudes de nombreux professionnels du cinéma qui estiment que les films sortis en 2020 seraient trop peu nombreux pour permettre une sélection solide.

Luther King et Reagan

Les Oscars ont déjà été reportés par le passé, comme en 1938 après des inondations à Los Angeles, après l’assassinat de Martin Luther King en 1968 et la tentative d’assassinat commise contre le président Reagan en 1981. Mais jamais la cérémonie n’avait été décalée de plus d’une semaine.

Les Oscars constituent l’apothéose d’une saison des prix cinématographiques qui s’ouvrent d’ordinaire en janvier avec les Golden Globes.

Juste après l’annonce de l’Académie, les organisateurs des Bafta, récompenses du cinéma britannique décernées généralement peu de temps avant les Oscars, décidaient de reporter leur cérémonie au 11 avril.

Ce changement «prend en compte l’impact de la pandémie et permet une période d’éligibilité étendue», expliquent les Bafta dans un communiqué transmis à l’AFP.

L’inauguration du musée des Oscars, déjà repoussée à plusieurs reprises et dont la construction est en voie d’achèvement à Los Angeles, a également été reportée par l’Académie. Le site, qui devait être présenté au public le 14 décembre prochain, ouvrira finalement ses portes le 30 avril 2021, dans la foulée de la 93e édition des Oscars.

«Depuis plus d’un siècle, les films ont joué un rôle important pour nous réconforter, nous inspirer et nous divertir pendant les périodes les plus sombres. Cela a été certainement le cas cette année», résume l’Académie dans son communiqué.

«Ces Oscars et l’ouverture de notre nouveau musée marqueront un moment historique», lance-t-elle.

De son côté, les Emmy Awards, équivalent des Oscars pour la télévision américaine, sont toujours programmés pour le mois de septembre, même si des discussions sont en cours sur le format qu’adoptera la cérémonie.

Les organisateurs ont annoncé lundi que les prix techniques, habituellement remis la semaine qui précèdent la cérémonie principale, donneraient lieu cette année à un «événement virtuel».

Martin Grenier: «C’est juste pour le <em>fun</em>»

Radio

Martin Grenier: «C’est juste pour le fun»

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Après plus de 30 ans derrière un micro, Martin Grenier n’avait pas envie fermer les livres. Il voulait aller au bout de sa passion.

C’est sur le web que l’animateur voulait expérimenter une nouvelle avenue et force est d’admettre qu’il est en train de remporter son pari.

Joe Exotic perd son zoo aux mains de son ennemie jurée

Arts

Joe Exotic perd son zoo aux mains de son ennemie jurée

AFP
Agence France-Presse
NEW YORK — Le personnage principal de la série documentaire à succès de Netflix Au royaume des fauves (Tiger King: Murder, Mayhem and Madness, en version originale) a été contraint par la justice de transférer la propriété de son fameux zoo à son ennemie jurée, qu’il avait voulu faire assassiner, épilogue d’une saga qui a passionné des millions de téléspectateurs.

Personnage haut en couleur qui a beaucoup fait pour la popularité de la série, Joe Exotic, de son vrai nom Joe Maldonado-Passage, a été condamné en janvier à 22 années de prison pour tentative de meurtre et se trouve actuellement en détention.

Il s’en était pris à Carole Baskin, défenseure de la cause animale et critique de ses méthodes, notamment la reproduction à outrance des félins, la possibilité pour les visiteurs de les caresser, ainsi que des mauvais traitements ayant entraîné la mort de plusieurs animaux.

Dans une décision rendue lundi après quatre années de procédure, un juge fédéral d’Oklahoma City a ordonné le transfert de propriété du terrain de six hectares environ sur lequel se trouve le zoo, situé au sud d’Oklahoma City.

La société Greater Wynnewood Development Group, anciennement contrôlée par Joe Exotic, devra libérer les lieux, «y compris l’évacuation de tous les animaux du zoo», a ordonné le juge Scott Palk dans une décision consultée par l’AFP.

Bien que celui qui était jusqu’ici son propriétaire, Joe Exotic, soit en prison, le zoo avait continué à fonctionner et venait de rouvrir ses portes début mai après plusieurs semaines de fermeture pour cause de confinement.

Demande de grâce

L’ancien partenaire économique de Joe Exotic, Jeff Lowe, avait officiellement racheté la société GWDG, mais le magistrat fédéral n’en a pas moins décidé du transfert de la propriété du lieu.

Documentaire en sept épisodes, Tiger King a été un des programmes les plus regardés de l’histoire de Netflix. La plateforme a annoncé, fin avril, qu’en un mois, 64 millions d’abonnés avaient vu tout ou partie de la série.

Joe Exotic, âgé de 57 ans, a fait une demande officielle de grâce à Donald Trump début mai.

Un Gatinois a réalisé le plus récent vidéoclip de Katy Perry

Arts

Un Gatinois a réalisé le plus récent vidéoclip de Katy Perry

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
La chanteuse américaine a lancé le 17 mai dernier l’extrait Daisies, qu’elle a interprété lors de la finale de l’émission American Idol. Sa chanson était alors accompagnée d’un vidéoclip réalisé par la Newyorkaise Liza Voloshin.

Mais un deuxième vidéoclip est apparu le 26 mai. Celui-ci, tourné en animation, est le travail du studio Vallée Duhamel, fondé à Montréal par le Gatinois Julien Vallée et sa partenaire Ève Duhamel. 

Et il est tout ce qu'il y a de plus officiel, souligne le réalisateur.

L'équipe de Katie Perry nous a approchés au tout début de la pandémie, parce qu'ils voulaient produire un film d'animation pour l'extrait; ils se disaient qu'ils ne seraient peut-être pas capables de tourner des images live», retrace Julien Vallée, en entrevue avec Le Droit. 

«Finalement, elle a eu l’autorisation de tourner quelques images pendant le confinement, alors elle en a profité pour faire un vidéo avec Liza Voloshin, qui est une de ses grandes amies. Elles ont tourné dehors, dans la nature, entourées de daisies [marguerites], en respectant les règles sanitaires. Et ils continuent de diffuser cette video tournée façon guerrilla, parce qu'il n'y a rien qui vend mieux que son visage à elle. Mais le clip officiel, au départ, c'est nous.»

La garde rapprochée de Katy Perry a demandé au studio d'ajouter les paroles de la chanson au bas de la chanson, pour en faire le lyrics vidéo officiel: «comme ça, ils ont deux vidéo, et ils font d’une pierre deux coup!» lance le Gatinois, absolument pas amer ni  jaloux.

«Travail colossal»

«On a eu cinq semaines pour tout faire, alors que ce travail aurait dû en prendre dix ou onze, en temps normal. c'était assez colossal!» se réjouit Julien Vallée.

Son film est composé de 32 scènes. «À chaque tranche de 24h, il fallait leur présenter une scène complète, si on voulait respecter le deadline.» Le studio montréalais a été engagé en tant que réalisateur. À ce titre, il était responsable de «l'idéation, de l'aspect créatif et d'établir le style visuel»

Le duo a dû composer avec le décalage horaire, en travaillant avec un studio d'animation basé à Buenos Aires, en Argentine, et deux studios de productions, quant à eux établis à Los Angeles et Amsterdam.

Première mondiale de <em>Motto</em>, un site web-livre interactif qui emprunte vos vidéos

Arts

Première mondiale de Motto, un site web-livre interactif qui emprunte vos vidéos

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
L’ONF lance ce 28 mai, en «première mondiale» Motto, un site web interactif conçu pour les appareils mobiles – et seulement pour eux.

Motto, projet interactif bilingue qui «emprunte aux codes de la littérature, du cinéma et du jeu vidéo», est signé par le réalisateur Vincent Morisset, à huit mains avec Édouard Lanctôt-Benoit, l’auteur Sean Michaels, et la traductrice Caroline Robert et. On y accède gratuitement, via motto.io.

Le site sollicite une participation active de la part du «lecteur», qui aura l’occasion de contribuer à «la trame émotive» du récit. Mais Motto se veut un peu «à contre-courant des tendances actuelles» du web et des «courtes expériences» qui y sont proposées, fait valoir l’ONF, en parlant ici de «slow web».

Le projet se présente comme un «livre interactif», dont le récit est composé de milliers de courtes vidéos. Mi-histoire de fantôme, mi-chasse au trésor, Motto relate «l’histoire millénaire d’un sympathique esprit nommé Septembre». Un récit en six chapitres «intègre des images captées sur le vif par les participants». Ceux-ci «contribuent à l’histoire tout en la découvrant» résume l’ONF.

En partant «à la découverte de Motto, l’utilisateur entre –  «à son rythme» – dans un univers ludique de création de sens, explique l’ONF. «On lui demande de contribuer à l’expérience : une chasse au trésor jalonnée de petites vidéos conçues par les participants et dont chaque étape propose une tâche facile à exécuter.»

Une «technique de montage intelligent» permet aux algoritmes du site d’utiliser les images de l’utilisateur et de les «substituer aux rêveries et aux souvenirs du narrateur».

Quiconque découvre Motto ajoute progressivement son énergie et son apport à celles des personnes en ayant déjà fait l’expérience. Il ajoute ses «fragments intimes» à cette  «mémoire collective», poursuit l’Office national du film.

Pour cela, il lui suffit de filmer – au moyen de son téléphone – des vidéos... lesquelles «resurgiront» à l’improviste, peut-être même en «l’étonnant ou en l’émouvant». Bref, Motto l’élève au rang de protagoniste et de cocréateur», estime l’ONF. Et cela «de façon anonyme — un parti pris important», précise l’organisme. 

Le Parlement canadien s’ouvre aux visites... virtuelles

Arts

Le Parlement canadien s’ouvre aux visites... virtuelles

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Bien que le Parlement canadien soit fermé aux visiteurs pour encore plusieurs années, en raison de rénovations prolongées, on peut désormais visiter l’édifice en réalité virtuelle, via Internet.

Lancé en ligne dans la nuit de mardi à mercredi, le projet L’expérience Parlement (ou Experience Parliament, dans sa version anglaise) permet de visiter à distance ce qui constitue l’un des grands symboles de la démocratie canadienne. 

La Bibliothèque du Parlement a fait appel à l’Office national du film (ONF) afin de «créer une expérience virtuelle magique».

Conçue et développée par le studio montréalais Dpt, sous l'égide du studio interactif de l’ONF, cette visite virtuelle «raconte» l’histoire de l’édifice. Elle s’appuie sur «une approche artistique», tout en utilisant des technologies novatrices d’immersion.

D’une durée de 15 minutes, Parlement : l’expérience virtuelle est l’œuvre d’Émilie F. Grenier, David Drury et Stéphane Poirier.

L’ONF donne l’accès gratuit au film <em>Sur la corde raide</em>, sur l’invasion de l’Irak

Arts

L’ONF donne l’accès gratuit au film Sur la corde raide, sur l’invasion de l’Irak

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
L’Office National du film (ONF) a rendu gratuit l’accès en ligne au film documentaire Sur la corde raide, de Claude Guilmain.

Sorti en  2019, ce film réalisé par le Franco-Ontarien Claude Guilmain (AmericanDream.ca) se penche sur le bras de fer diplomatique entre le Canada et les États-Unis, qu’a provoqué, en 2003, la décision américaine d’envahir l’Irak – invasion à laquelle le Canada a refusé de participer.

Le film est accessible sur le site de l'ONF.

Sa bande annonce se trouve sur viméo, ici.

Offert gratuitement sur ONF.ca depuis le 18 mai, le documentaire donne la parole à Jean Chrétien, alors Premier ministre du Canada, et ses principaux conseillers politiques, ainsi qu’à des diplomates de haut rang (dont l’ex-ambassadeur Paul Heinbecker), des analystes militaires, des universitaires et des journalistes.

Remontant la chronologie des événements, le film met en lumière «ce qui s’est joué en coulisses avec le voisin du Sud».

«L’interventionnisme sur la scène internationale» des États-Unis vient «servir des intérêts économiques et géostratégiques», fait valoir le documentariste, pour qui «cette décision historique aurait pu être lourde de conséquences pour le Canada, et plusieurs acteurs de l’époque et analystes montrent le terrible prix à payer lorsque la diplomatie échoue à régler les conflits à travers le monde».

«En s’opposant au principe de la guerre préventive élaboré à Washington et aux ambitions du complexe militaro-industriel soutenues par le Pentagone, le Canada prend ses distances dans un contexte international tendu», expose Claude Guilmain. 

Par son refus de participer à l’invasion, Ottawa court alors le risque d’une «rupture diplomatique et de représailles économiques», souligne-t-il. «Mais en choisissant la voie de la raison et de la responsabilité politique, le pays réaffirme son indépendance», argue le cinéaste.

«Conserver en quarantaine » : Ingenium documentera la pandémie

Arts

«Conserver en quarantaine » : Ingenium documentera la pandémie

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Ingenium a lancé le 12 mai une nouvelle initiative de documentation baptisée Conserver en quarantaine. Celle-ci est destinée à «documenter en temps réel» – avec une perspective canadienne – cet «événement historique» qu’est la pandémie de COVID.

Conçue pour «recueillir des histoires et des expériences de partout au pays, reflétant notre réalité actuelle», Conserver en temps de quarantaine générera ainsi de la documentation destinée aux futurs professionnels des musées, explique Réseau Ingenium.

Conserver en temps de quarantaine cherchera notamment à observer comment notre relation avec les sciences et la technologie a changé en raison de la pandémie», stipule Ingenium.

 «Dépendance croissante sur les plateformes numériques de réunions ou regain d’intérêt pour les technologies domestiques».... l’impact de la crise sanitaire mondiale n’est pas ressentie de la même façon par tout le monde, suggère l’organisme. 

«Grâce à la production participative sur les médias sociaux», Conserver en temps de quarantaine «posera des questions, rassemblera des histoires et invitera les Canadiens à partager ce que signifie la vie en temps de COVID-19», lit-on. 

La campagne s’accompagne du mot-clic #ConserverEnQuarantaine.


Imaginer l’avenir

Ingenium – Musées des sciences et de l’innovation du Canada est le nom de l’entité qui regroupe les trois grands musées fédéraux d’Ottawa consacrés aux sciences: le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada et le Musée des sciences et de la technologie du Canada. Le portail numérique d’Ingenium propose du contenu organisé sur les sciences, la technologie et l’innovation.

« Durant cette période [de confinement sanitaire] sans précédent, on demande aux conservateurs, qui s’occupent généralement du passé, de tenter d’imaginer ce qui sera important à l’avenir», explique la directrice de la Conservation d’ Ingenium, Anna Adamek.

Selon elle, l’équipe de conservateurs d’Ingenium sera, grâce à ce nouvel outil, «mieux équipée pour réfléchir à la façon dont les sciences et la technologie ont changé au fil du temps, et quelles répercussions les innovations développées en réaction à la COVID-19 auront sur notre avenir».

Cette initiative voit le jour à une semaine de la Journée Internationale des musées, célébrée le 18 mai à travers la planète.

#célébronsNOUS: des vedettes de la télé animent un quizz live sur Facebook

Arts

#célébronsNOUS: des vedettes de la télé animent un quizz live sur Facebook

Yves Bergeras
Yves Bergeras
Le Droit
Les comédiennes Sarah-Jeanne Labrosse et Debbie Lynch-White, le duo d’animation Bianca Gervais et Sébastien Diaz (Format Familial) ainsi que Jean-Sébastien Girard, coanimateur de La Soirée est encore jeune, se relaieront chaque mardi, à partir du 19 mai, pour animer un jeu-questionnaire sur Facebook

Durant 4 semaines, ces personnalité animeront ces jeux trivia en direct, de 19 h 30 à 20 h 30, sur la page Facebook de NOUS | MADE. Chacun des quizz s’articulera autour d’un thème lié à la télé ou au cinéma d’ici. Ces soirées se présentent «sans prétention ni compétition».

L’Initiative débute ce 19 mai, en compagnie de Sarah-Jeanne Labrosse. Ses questions tourneront autour d’œuvres ayant «marqué notre enfance» ou diverti les générations de spectateurs plus récentes. 

Bianca Gervais etSébastien Diaz prendront le relais le 26 mai, en tandem, en articulant leur questionnaire sur «les duos célèbres du petit et du grand écran». 

Amoureux autoproclamé de tout ce qui est vintage, Jean-Sébastien Girard proposera la thématique « nostalgie », le 2 juin. 

Le 9 juin, Debbie Lynch-White, interprète de La Bolduc au grand écran et sur les planches, «s’amusera avec la musique dans les films et les séries populaires, entre deux turlutes».


«Prix de présence»

Chacun des animateurs œuvrera depuis le confort de son foyer, confinement oblige. Ils pimenteront les choses par un peu de mise en scène, et ponctueront les questions d’«anecdotes amusantes»,  indique NOUS | MADE, par voie de communiqué.

En guise de « prix de présence», lit-on, les animateurs dévoileront sur quelles plateformes numériques se trouvent certaines des productions mises de l’avant dans leur quiz.

Le jeu vise l’interactivité. Les participants sont donc conviés à interagir en direct avec l’invité de la semaine, en plus d’inscrire leurs réponses en commentaires. Les joueurs sont aussi cordialement invités à «former des équipes avec leurs amis et leur famille». Aucune inscription préalable n’est requise.

« Avec cette nouvelle initiative aussi festive qu’interactive, NOUS souhaite célébrer les artistes d’ici, dépoussiérer de vieux classiques, briser l’isolement et surtout jazzer les soirées de confinement», explique le vice-président des communications et de la promotion au Fonds des médias du Canada (FMC), Mathieu Chantelois, responsable de la campagne NOUS.

La campagne NOUS | MADE est le fruit de la collaboration entre le FMC, Téléfilm Canada, et une trentaine d’autres partenaires de l’industrie canadienne de l’audiovisuel.

L’initiative cherche à «souligner le travail des créateurs du domaine du cinéma, de la télévision, des jeux vidéo et du divertissement numérique», en  braquant les projecteurs sur «les réussites et les accomplissements» des artisans du Canada.

Renseignements: nous-made.ca

Le coronavirus interrompt la série animée la plus longue du monde

Arts et spectacles

Le coronavirus interrompt la série animée la plus longue du monde

Agence France-Presse
TOKYO — Le coronavirus a interrompu la production de la série animée à la plus grande longévité du monde, un moment culte des dimanches au Japon, obligeant pour la première fois depuis des décennies à rediffuser de vieux épisodes.

Sazae-san, porté pour la première fois sur le petit écran en 1969, raconte la vie de Mme Sazae, une femme au foyer japonaise joviale, mais distraite, qui vit avec ses parents, son mari, son fils, son frère et sa sœur.