Le réalisateur américain Spike Lee, fan historique des Knicks, a annoncé mardi qu’il cesserait d’aller les voir jouer cette saison au Madison Square Garden, conséquence d’un incident survenu la veille avec des membres de sécurité de la salle new-yorkaise.

Spike Lee n’ira plus voir jouer les Knicks cette saison après une altercation

LOS ANGELES - Le réalisateur américain Spike Lee, fan historique des Knicks, a annoncé mardi qu’il cesserait d’aller les voir jouer cette saison au Madison Square Garden, conséquence d’un incident survenu la veille avec des membres de sécurité de la salle new-yorkaise.

Supporter inconditionnel des Knicks, Lee, qui possède un siège «courtside» (au bord du parquet) au MSG, s’est vu refuser son accès pour ne pas avoir emprunté l’entrée des VIP, mais celle réservée aux médias et aux employés comme il en «a l’habitude depuis 28 ans», a-t-il affirmé à ESPN.

«Le gars de la sécurité m’attendait comme si j’avais volé un truc chez (le grand magasin) Macy’s. Il voulait que je sorte, pour +re-rentrer+ ensuite. Mais c’était impossible, ils avaient déjà scanné mon billet. Donc, j’ai dit que je ne bougerais pas», a-t-il raconté.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, montrent en effet Lee, très énervé, criant: «Personne ne me l’a dit! Personne ne me l’a dit! Allez-vous me traiter comme Charles Oakley?», en référence à l’ancien joueur des Knicks, qui avait été arrêté par la police en 2017 après une altercation avec les services de sécurité du MSG.

«Je reviendrai la saison prochaine, mais pour celle-ci c’est terminé, fini», a assuré le futur président du Jury du festival de Cannes, âgé de 62 ans.

Les choses sont néanmoins rentrées dans l’ordre, puisque le réalisateur-scénariste a pu assister à la victoire surprise de son équipe fétiche contre Houston (125-123). Il a même échangé quelques mots avec le propriétaire James Dolan.

«L’idée que Spike Lee soit une victime parce que nous lui avons demandé à plusieurs reprises de ne pas utiliser l’entrée de nos employés et d’utiliser une entrée VIP dédiée - utilisée par toutes les autres célébrités - est risible», ont répondu les Knicks dans un communiqué, agrémenté notamment d’une photo d’une poignée de mains avec Dolan, qu’il a pourtant nié avoir commise.

«C’est décevant que Spike crée cette fausse controverse. Il est le bienvenu au Garden à tout moment, via l’entrée VIP ou générale, mais pas via l’entrée réservée à nos employés, ce que Jim et lui ont convenu hier soir en se serrant la main».

Amusé, l’ancienne star d’Indiana Reggie Miller, qui a plus d’une fois été le bourreau des Knicks et chambré Spike Lee aux première loges, a réagi sur Twitter, l’invitant à devenir un fan des Pacers.