Actualités

« Robert Lepage n’a rien compris »

Porte-parole du Festival de contes et légendes Atalukan de Mashteuiatsh, Natasha Kanapé Fontaine admet avoir créé son discours identitaire en lien avec la controverse entourant la pièce de théâtre Kanata. Présente lors de la rencontre du 19 juillet entre Robert Lepage et les membres signataires de la lettre d’opinion déplorant le processus créatif de la pièce, elle se dit blessée par la réaction de l’homme de théâtre.

Le Quotidien a profité du passage de l’artiste pluridisciplinaire dans la région pour lui demander son avis sur l’annulation de la pièce Kanata. D’abord prudente en la matière, avec ce qu’elle perçoit comme de l’obstination, de la part de Robert Lepage et de sa collègue française Ariane Mnouchkine, à ne pas vouloir inclure d’acteurs autochtones parmi la distribution de 34 comédiens, elle s’est ensuite lancée.

Petite-Nation

Organiser la diffusion de spectacles

Dans la foulée de la fermeture au début juillet du Pub Le St-André, un comité spécial chapeauté par la MRC de Papineau se penchera sur la question de la diffusion de spectacles dans la Petite-Nation.

Le groupe de travail composé d’élus, de la directrice générale et de l’agente de développement culturel de la MRC de Papineau ainsi que de diffuseurs tiendra une première rencontre la semaine prochaine, confirme le préfet de la MRC de Papineau, Benoît Lauzon, qui siège sur le comité.

Spectacles et théâtre

Une belle place sera faite aux artistes locaux au Festival acadien de Caraquet

CARAQUET — La ville de Caraquet, au Nouveau-Brunswick, recevra des milliers de festivaliers au cours des prochains jours. Elle vivra au rythme des nombreuses activités qui seront proposées dans le cadre du 56e Festival acadien de Caraquet, qui se poursuivra jusqu’au 15 août.

La présentation du spectacle «Ode à l’Acadie-les Retrouvailles» sera l’un des moments forts de ce festival. Lors des trois représentations de ce spectacle réunissant sept artistes, on soulignera la fierté acadienne en misant sur un grand répertoire de chansons de l’Acadie.

Les organisateurs ont aussi élaboré un nouveau concept de spectacles cette année. En se procurant la «passe-chapiteau», le public pourra apprécier 14 spectacles en six soirs. L’un d’eux, prévu le mardi 14 août, réunira Lisa LeBlanc et Les Hôtesses d’Hilaire.

La directrice générale du festival, Geneviève Lanteigne, a souligné que la programmation de cette année, qui ratisse large, témoignait d’une très forte présence d’artistes acadiens. Elle a cependant ajouté que de par sa mission, ce festival restait ouvert sur la francophonie canadienne et internationale.

Des activités familiales sont aussi offertes. Des spectacles de musique et de marionnettes sont prévus, en plus de jeux participatifs pour les enfants et leurs parents.

Plus de 50 000 personnes sont attendues durant les 13 jours de festivités. Comme d’habitude, le point culminant sera le Grand Tintamarre du 15 août, pour lequel on s’attend à retrouver de 12 000 à 14 000 personnes dans la rue, un spectacle impressionnant dans une petite ville qui compte seulement 4200 habitants.

Mme Lanteigne assure que ce festival attire beaucoup de gens de l’extérieur. Elle observe que c’est souvent l’occasion pour les gens originaires de la région de retrouver des membres de leur famille pour célébrer. Selon elle, il y a aussi plusieurs touristes qui viennent du Québec et de la France. On compte même une clientèle anglophone qui vient ainsi s’immerger dans la culture francophone.

Spectacles et théâtre

Voyage dans le temps au cœur du « Petit Chicago »

« Trois pistes à suivre : le Petit Chicago, Al Capone et mon assassinat », lance le détective Surveyer en lever de rideau de la première représentation des Revenants du Petit Chicago.

Une trentaine de personnes se sont déplacées au Centre culturel Jacques-Auger afin d’assister à la grande première de cette pièce présentée par le Théâtre Dérives urbaines mercredi soir. Tous les billets ont été vendus.