Pierre Antoine Lafon Simard

Zones théâtrales : Pierre Antoine Lafon Simard, metteur en scène de M.I.L.F.

Récemment nommé à la direction du Théâtre du Trillium, Pierre Antoine Lafon Simard revient dans sa ville d'origine après avoir étudié à Québec et Montréal où il a été adjoint à la programmation artistique de l'Usine C ces trois dernières années. M.I.L.F., est sa deuxième mise en scène en tandem avec l'auteure et interprète Marjolaine Beauchamp, une autre enfant de la région. Leur première rencontre remonte à 2011, grâce à Taram. Pierre Antoine Lafon Simard chapeaute aussi à Zones un laboratoire de recherche en création numérique. L'entrevue se prolongera avec sa complice dans le cahier des arts, samedi.
Qui est le personnage principal du spectacle ?
M.I.L.F. invite le public à réfléchir sur la maternité en faisant fi de tous les réflexes qu'on pourrait avoir sur le sujet. La pièce aborde le thème par la sexualité et la pornographie. Nous espérons ainsi renouveler le dialogue sur les figures de mères. Le personnage principal serait donc ces mères dont nous parlons et que nous représentons sans hiérarchie entre elles. 
Vos influences ?
J'ai été marqué par ma rencontre avec le théâtre post-dramatique allemand qui donnait priorité au texte et apportait une vraie brisure par rapport à ce que je connaissais. Au Québec, je citerais Gilles Maheu que j'ai côtoyé. La danse contemporaine m'inspire beaucoup aussi, dans la permissivité scénique qu'elle offre et que le théâtre ici tarde à adopter. Pour ce spectacle, nous reprenons les codes du film pornographique en utilisant ses éclairages et sa photographie.
Qu'attendez-vous des Zones ?
Je dirais que ce sont plutôt les Zones qui attendent beaucoup de moi [rires] ! Cette année, l'événement a embauché un nouveau directeur [Gilles Poulin-Denis], c'est un vent de fraîcheur. Parallèlement à M.I.L.F., j'organise avec le Trillium un chantier qui offre un espace de réflexion sur les nouvelles technologies, au service de l'art pur.
Les défis ?
Nous avons des idées, du financement, des artistes invités en qui nous croyons, comme la chorégraphe Dana Michel qui vient de remporter le Lion d'argent à la Biennale de Venise. Nous la présenterons en novembre; elle ne s'est jamais produite à Ottawa, sa ville d'origine. Il faut maintenant que le public embarque, c'est le plus gros défi !  
Activité à ne pas manquer ?
Le party de clôture, au Bistro de la Nouvelle Scène, le 16 septembre. Dès 21h30, le groupe FET.NAT offrira un concert, j'ai hâte d'y être.
Pour y aller
Quand?
11 et 12 septembre, 21 h
Où?
La Nouvelle Scène 
Renseignements?
zonestheatrales.ca ou 1 866 850 ARTS x620