Dans la pièce «Jack», de Marie-Pierre Proulx, les comédiens Jean Marc Dalpé et France Huot (et la metteure en scène Magali Lemèle) redéfinissent le road-movie théâtral.

Zones Théâtrales: la zone de tous les possibles

Pour sa 8e édition, Zones Théâtrales — qui se tiendra du 9 au 14 septembre — s’arrimera au nouveau Théâtre autochtone du Centre National des Arts (CNA), en collaboration duquel seront présentées les pièces «Mokatek et l’étoile disparue» et «Là où le sang se mêle».

Le festival proposera huit productions provenant de partout au Canada, sélectionnées par Gilles Poulin-Denis, qui conserve son rôle de directeur artistique de la biennale théâtrale.

Sa programmation, dévoilée mercredi, se veut « éclatée », et propre à refléter « la diversité des démarches artistiques », des visions et des interprétations. Elle comprend également trois œuvres « en chantier » et cinq mises en lecture de textes inédits (la zone LABO), ainsi que la traditionnelle série de rencontres qui ciblent les professionnels du milieu (la zone PRO), puisque les Zones se veulent un espace de « rencontres » entre les artisans du milieu, qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Les Zones s’ouvriront avec Jack, une production mettant en vedette Jean Marc Dalpé et France Huot — dans une mise en scène de la Gatinoise Magali Lemèle. Cette pièce est un « roadtrip identitaire » créé par le Théâtre du Nouvel-Ontario — que le CNA présentera les 9 et 10 septembre (Studio Azrieli).

Parmi les temps forts annoncés, mentionnons Les limites du bruit possible, « une expérience sans mots sur la résilience humaine et le deuil ». Cette pièce « muette » signée par le Satellite Théâtre (de Moncton), est une coproduction internationale qui repose sur la collaboration de Pulpulus Mordicus (de Québec), le Cirque-Théâtre des Bouts du Monde (de Lille, en France) et le Grafted Cede (à Londres). Une plume de chez nous, Lisa L’Heureux, a participé à l’aventure : elle est créditée à titre de dramaturg. La distribution est conséquente : neuf comédiens. On pourra apprécier la pièce les 9 et 10 septembre à la Nouvelle Scène.

Les amateurs de théâtre ne voudront pas rater La fille du facteur. qui marque le retour de L’Unithéâtre (d’Edmonton) aux Zones, a souligné M. Denis-Poulin. Cette création albertaine (propose une immersion dans un « impressionnant univers multimédia ». On y « interroge la distance et la séparation, tant physique qu’émotive », sur un ton qui emprunte à la poésie spoken word. À découvrir les 10 et 11 septembre, à la Salle académique de l’Université d’Ottawa.

Créations locales

Les créations locales ne font pas pâle figure, dans cette 8e édition des Zones.

La pièce «Néon Boréal» est une série de quatre épisodes de «balado-théâtre»

Josianne T. Lavoie et Louis-Philippe Roy proposeront les quatre épisodes de Néon Boréal. De leurs conversations croisées entre Barrow (en Alaska) et Las Vegas, où les deux auteurs se racontaient leurs périples respectifs dans deux antipodes étatsuniens, le metteur en scène gatinois Pierre Antoine Lafon Simard a tiré quatre spectacles d’une heure, qui se présentent sous une forme inusitée : une série de « balado théâtre ». Cette présentation du Théâtre du Trilium a connu un indéniable succès à Montréal. On pourra voir les trois premiers épisodes en rafale le 11 septembre au LabO de l’Université d’Ottawa. Le quatrième et dernier épisode y sera présenté le 12. La balado « pure » suivra, grâce au concours de l’équipe de Transistor; mise en ligne bientôt, elle apportera une autre dimension au spectacle, promet M. Lafon Simard.

Accueillant à bras ouverts leurs nouveaux complices du Théâtre autochtone du CNA, les Zones permettront à Dave Jenniss de planter dans le Salon du CNA la tente de Mokatek et l’étoile disparue. Ce conte autochtone où s’entremêlent chant, marionnettes et théâtre d’objet sera présenté les 13 et 14 septembre. On le doit à la compagnie ottavienne Vox Théâtre.

«Mokatek et l’étoile disparue»

Là où le sang se mêle est la traduction française d’une pièce de Kevin Loring, le directeur artistique du seul Théâtre autochtone au monde. Ce drame familial sert de creuset où bouillonnent le passé, la vérité et la mémoire de tout un peuple. Il sera à l’affiche pour trois représentations, les 13 et 14 septembre.

Les Zones accueilleront aussi Overlap, « un spectacle coup de poing et une lettre d’amour-haine à la ville de Moncton », souligne Gilles Poulin-Denis. Portée par cinq jeunes, la pièce est signée par la militante acadienne Céleste Godin. À voir les 12 et 13 septembre à la Cour des Arts.

M. Poulin-Denis cosigne quant à lui là mise en scène de Le Soulier, une « comédie bipolaire » qui prouvera que « l’empathie frappe plus fort que la maladie ». On s’installe au chevet des comédiens les 13 et 14 septembre à La Nouvelle Scène.

Les curieux qui iront profiter de la Zone LABO pourront découvrir en primeur trois projets « en chantier ».

À surveiller : Jeff Koons, de Dillon Orr, pièce dans laquelle les comédiens portent des casques de réalité virtuelle, et le public a accès à leur monde virtuel (nourri de l’imaginaire de Jeff Koons) grâce à des écrans géants); et Oh ! Canada, pièce de Danielle Le Saux-Farmer et Nicolas Gendron qui joue sur les stéréotypes de la dualité linguistique, et s’inscrit dans le cadre d’un forum sur les langues officielles..

Renseignements : zonestheatrales.com