Dans la région, Vaches the musical pourrait être à l’affiche au cours des deux prochaines années.

Vaches, the musical: un Broadway vachement franco

Forte de sa récolte de quatre prix à l’occasion de la 39e édition de Contact Ontarois, la comédie musicale franco-ontarienne Vaches, the musical peut rêver en grand.

«[À Contact Ontarois] il y avait une énergie vraiment malade dans la salle. On sentait que le spectacle faisait résonner quelque chose. L’ovation était instantanée. C’était spécial comme moment», avoue, ému, l’auteur et membre du groupe d’humour Improtéine, Stéphane Guertin.

La comédie musicale de type Broadway est repartie de Contact Ontarois avec entre autres les Prix coup de foudre Réseau Ontario et Salut !. Des récompenses qui assurent notamment à Vaches, the musical une tournée dans l’ensemble des salles professionnelles du réseau et des écoles des conseils scolaires de l’Ontario pour la saison 2020-2021.

«Je ne m’attendais pas à autant de récompenses. D’ailleurs, c’est une première dans l’histoire de Réseau Ontario qu’un même spectacle remporte les deux Prix coup de foudre», affirme celui qui a été 12 ans à la tête de la direction artistique des Créations In Vivo jusqu’à tout récemment.

Recette parfaite 

L’idée de Vache, the musical a germé pendant plusieurs années dans la tête de Stéphane Guertin et de son acolyte Olivier Nadon qui faisaient des comédies musicales avec Improtéine.

«On a décidé d’inscrire le spectacle dans la plus grande crise humanitaire que l’Ontario français ait connue : la crise du verglas de 1998», raconte Stéphane Guertin.

La production se décrit comme étant «librement inspirée d’une histoire vraie qui se déroule à Casselman». L’histoire raconte comment Jean, un agriculteur, sauvera d’une mort certaine des centaines de vaches.

«La crise a fait ressortir le meilleur et le pire de l’être humain. C’est ce que je trouvais intéressant. On avait là une base dramatique solide même si le spectacle est super comique», explique le coauteur de la pièce.

La comédie musicale, dont la première se tiendra au LabO du 29 avril au 2 mai, compte sur la participation de cinq comédiens : Andréane Bouladier, Constant Bernard, Maxim David, Stéphane Guertin et Geneviève Roberge-Bouchard. La mise en scène est pour sa part signée Dillon Orr et la chorégraphie Geneviève Cholette.

Loin des coûts que peut engendrer une comédie musicale de Broadway, Vache, the musical a été créée «avec les moyens du bord». «Être cinq comédiens pour jouer une trentaine de rôles sur scène, c’est un beau défi», confie Stéphane Guertin.

Un marché risqué 

«Quand je parlais de faire une comédie musicale avec de la musique, de la danse et qui soit de qualité Broadway, ce n’est pas tout le monde qui y croyait ou qui visualisait à quoi ressemblerait un Broadway franco-ontarien», souligne Stéphane Guertin.

Selon l’auteur, peu de comédies musicales sont créées dans des marchés tels que Toronto ou Montréal. Les diffuseurs ne prenant pas, selon lui, le risque, de sortir des sentiers battus.

Alors un événement comme Contact Ontarois ouvre de nouvelles portes aux créateurs de la comédie musicale. «Ç’a permis de justifier le spectacle auprès des diffuseurs et de rencontrer des diffuseurs européens», indique-t-il. Et d’ajouter : « Les diffuseurs belges qui étaient présents ont adoré [la comédie musicale] et ont insisté sur le fait que ça serait un spectacle pour chez eux.»

Vache, the musical a également remporté le prix RADARTS et ROSEQ qui permettra à la troupe de présenter un extrait de leur spectacle respectivement à la Franco-fête, en Acadie, et aux Rencontres d’automne, dans l’Est-du-Québec.

Dans la région, Vaches, the musical pourrait être à l’affiche au cours des deux prochaines années. «Pour l’année prochaine, on peut s’attendre à au moins une cinquantaine de représentations en Ontario.

Et au nombre de diffuseurs intéressés on peut espérer à ce que ça continue durant la saison 2021-2022», mentionne Stéphane Guertin précisant toutefois qu’aucune entente n’a encore été signée.