Céline Bonnier

Une programmation 2019-2020 métissée au Centre national des arts

Le Centre national des arts (CNA) dévoile ce samedi matin l’ensemble de sa programmation pour la saison 2019-2020, en ce qui a trait son orchestre (l’OCNA), le théâtre*, la danse ainsi que sa série CNA Présente. Au CNA, les arts de la scène ont eu le même réflexe : s’enrichir via de multiples collaborations avec les créateurs autochtones.

(*Le dévoilement du contenu théâtral ne concerne que le Théâtre français et son homologue anglais. Les productions du nouveau Théâtre autochtone seront annoncées au printemps, pour ne pas nuire au dévoilement de sa toute première saison.)

Que l’immense Robert Charlebois foule cette saison les planches de la salle Southam semble presque anecdotique. L’OCNA entend rendre hommage aux Autochtones, cette année. Les femmes, en particulier, sont sous les feux des projecteurs.

Robert Charlebois

De nombreux spectacles proposés par le CNA cette saison – et ce, toutes disciplines confondues – affichent un métissage marqué avec les artistes et créateurs autochtones. Rien de surprenant à cela, à l’heure où le CNA s’apprête à lancer, au printemps prochain, la toute première saison du Théâtre autochtone du CNA, nouvelle entité mise en place depuis 2017.

La série CNA Présente, dédiée aux musiciens canadiens, offre sa scène à la chanteuse et activiste autochtone Buffy Ste-Marie. Cette dernière revisitera, dans la foulée de la parution de sa biographie, une carrière jalonnée de berceuses folk autant que de protest songs grondantes.

Buffy Ste-Marie

Cette 9e saison de CNA présente invite également le ténor lyrique d’origine malécite Jeremy Dutcher, récipiendaire du prix Polaris 2018, qui a trouvé une façon originale de ressusciter sur scène la voix de ses ancêtres.

La saison de danse sera lancée le 26 septembre, avec Mînowin, des danseurs de Damelahamid ; cette compagnie autochtone de Colombie-Britannique « célébrera la diversité » des Premières Nations en explorant le répertoire des danses masquées.

Le CNA laisse entrevoir des collaborations avec la dramaturge, réalisatrice et scénariste métisse Marie Clements, ainsi qu’avec les chanteuses Susan Aglukark et Tanya Tagaq.

OCNA

Sous la baguette du chef (et directeur musical du CNA) Alexander Shelley, l’OCNA offrira des concerts consacrés à deux femmes : la pianiste vénézuélienne Gabriela Montero et la compositrice Clara Schumann.

Alexander Shelley et l’OCNA

L’orchestre propose par ailleurs de métisser musique symphonique, film d’animation, marionnettes et bruitage en direct, avec ce Pierre et le loup à Hollywood revisité les 26 et 27 juin 2020. Cette production signée par la compagnie new-yorkaise Giants are Small convoquera non seulement Prokofiev, mais aussi d’autres compositeurs « géants » (Mahler, Wagner, etc.).

Théâtre français

La chanteuse Patti Smith sera quant à elle au centre de la pièce de théâtre Parce que la nuit (du 16 au 19 octobre), coécrite et mise en scène par la directrice artistique du Théâtre français (TF), Brigitte Haentjens. On y plongera, en compagnie de Céline Bonnier, dans l’Amérique des 70’s : un « tourbillon de guitares électriques, de poésie, de contre-culture et de romantisme ».

Sous l’égide de Mme Haentjens, le TF continuera de s’ancrer dans une « prise de parole » à la fois intime et politique, au fil d’une saison ponctuée de neuf pièces (ou 14, en incluant le volet jeunesse).

Dramaturgiquement parlant, le TF osera tous les métissages, ou du moins toutes les « rencontres » : avec Mozart et la danse contemporaine (Requiem pour L., des Ballets C de la B, présenté du 20 au 22 mai) ; avec les préjugés (Bonne retraite, Jocelyne, un texte de Fabien Cloutier, à l’affiche du 2 au 5 octobre) ; avec le théâtre documentaire (J’aime Hydro, du 6 au 8 novembre).

Plusieurs créations et collaborations avec le milieu théâtral de la région sont aussi au programme, en s’appuyant sur l’expertise de Kevin Orr (et La Vieille 17) ; de Magalie Lemèle (et le Théâtre de l’île) et du Salon du livre.

DANSE

En danse, le CNA propose pas moins de 17 spectacles faisant résonner pas moins de « 27 voix chorégraphiques », réunies autour du thème La vie en mouvement.

Le Royal Winnipeg Ballet du Canada fera découvrir un nouveau ballet, Le Magicien d’Oz, destiné « aux aficionados autant qu’aux néophytes », et offert en exclusivité à Ottawa (du 23 au 25 janvier).

«Le Magicien d’Oz»

Après 33 ans d’absence sur ses planches du CNA, la troupe du Nederlands Dans Theater fait son grand retour dans la capitale fédérale, dans un programme triple qui inclut The Statement de Crystal Pite (17 et 18 mars 2020).

Autres événements notables jaillissant de cette programmation : le Roméo et Juliette du Ballet national du Canada, version Alexeï Ratmanski (du 2 au 4 avril 2020) et les Mille Batailles, un duo « furieux » et « athlétique » entre Louise Lecavalier et son partenaire antagoniste Robert Abuto (15 et 16 janvier 2020).

Musique francophone

Quelques rares francophones ont réussi à se frayer un chemin sur les planches de CNA Prsente. Outre Robert Charlebois, mentionnons Caroline Savoie, Lou-Adrianne Cassidy et Louis-Philippe Robillard.

Les abonnés peuvent renouveler leurs séries complètes dès samedi 16 mars. Les forfaits d’abonnement « à la carte » seront disponibles le 24 avril ; les nouveaux abonnements, à compter du 24 mai ; les billets à l’unité seront mis en vente le 20 juin. 

Renseignements : cna-nac.ca