Martin Vanasse, Jean-Denis Scott et David Thibodeau promettent une revue de l’année corrosive, du 12 au 16 décembre.

Une #Autopsie pour mourir de rire

Ils ont débuté à deux représentations, puis sont passés à trois. Galvanisés par un succès toujours croissant, les auteurs du spectacle humoristique #Autopsie investissent le Théâtre de l’Île pour cinq représentations.

Cinq soirées à hacher menu l’actualité de l’année. C’est le principe : les manchettes les plus croustillantes des mois passés se font griller sans ménagement. Les derniers soirs affichent déjà complet, mais il reste encore quelques places les 12 et 13 décembre pour savourer leur humour décapant. Prochaine étape ? « À nous Guertin ! » rétorque David Thibodeau. Du tac-au-tac, évidemment.

S’il y a bien un secteur qui ne connaît pas la crise, c’est celui du rire. Les talents ne manquent pas — sur YouTube, sur scène, à la radio comme à la télé. Jean-Denis Scott, David Thibodeau et Martin Vanasse s’inscrivent dans une catégorie à part, celle de « radio-canadiens » impatients, la fin de l’année venue, de jouer « aux trois petits baveux » en adaptant le concept du Bye Bye à la région. Leur recette incisive transposée aux références locales fait mouche : les personnalités publiques conviées à les rejoindre ne se font plus prier pour participer à l’élaboration du spectacle. On sait déjà que le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, « qui a beaucoup d’autodérision » paraît-il, a accepté de se prêter au jeu des brocardés. Pour les autres convives ayant marqué l’actualité, la surprise reste entière.

Et comme cette année le spectacle ne sera pas diffusé sur les ondes du radio-télédiffuseur public, le trio en profitera pour dézinguer l’info comme il l’entend. « En sachant que l’on passait à la radio, nous nous sommes censurés, reconnaît Jean-Denis Scott. Cette année, on rebâtit un tout nouveau show ! » Plus irrévérencieux et corrosif, promet-on. Plus scénographique aussi.   

La directrice du théâtre Sylvie Dufour, qui signe aussi la mise en scène d’#Autopsie, a libéré le plateau des décors d’autres productions à l’affiche. Pour cette édition 2017, le recours à la vidéo prend de l’ampleur — deux écrans latéraux ont été ajoutés — et l’on retrouvera de nouveau les intermèdes musicaux, autres supports parodiques appréciés de l’équipe.

L’année électorale 2017 offre un cru millésimé aux trois auteurs, heureux de pouvoir tourner la page de l’élection de « real Donald Trump », lequel avait monopolisé les sketches, l’an dernier. En matière de politique municipale, ces journalistes/chroniqueurs/réalisateurs de profession s’efforceront de garder un certain équilibre dans leur approche, tout en essayant de refléter l’opinion publique.   

« Nous visons davantage le rire que le commentaire social », résume Jean-Denis Scott à l’évocation des Zapartistes. Le sourire narquois aux lèvres, le trio allume tous azimuts et ne se prive pas en entrevue. À la fois noir, deuxième degré et ironique, leur style n’a rien de consensuel. Parmi les blagues glanées tout au long de l’année — « on y pense dès février », précise Martin Vanasse — seules la moitié passent l’approbation finale. 

Une manière unique d’unir actualité et humour. Comme pour (ré) concilier leur travail journalistique, le jour, et le rôle d’humoriste qu’ils s’accordent désormais cinq soirs en décembre. Pour notre plus grand plaisir.  


POUR Y ALLER

Quand ? Du 12 au 16 décembre

Où ? Théâtre de l’Île 

Renseignements : gatineau.ca ; 819 243-8000