Les Foo Fighters ont offert un spectacle à couper le souffle aux amateurs de rock au Bluesfest.

Un pluvier, des Foo et pas de nuages au Bluesfest

Après 10 jours de musique, l’édition 2018 du Bluesfest d’Ottawa aura été un succès, autant par l’offre des spectacles proposés que par la convivialité du site. Un site rendu plus accueillant sans doute en raison de la disparition d’une scène importante.

Une météo quasiment parfaite et quelques bons coups des programmateurs auront également contribué à regrouper plus de 300 000 personnes sur les plaines LeBreton cette année.

Commençons par le festival lui-même et sa programmation. Sur la scène principale — on reviendra sur la disparition de sa jumelle plus loin —, Bryan Adams a lancé le bal de belle façon lors de la première journée du festival. Le lendemain, la nostalgie du prog-rock a pris toute la place avec Jethro Tull. Mais c’est le samedi que le festival s’est vraiment envolé avec la pop-star canadienne Shawn Mendes. Le lendemain, la première partie du Bluesfest a pris fin avec une soirée country avec la star américaine Brett Eldredge.

La nostalgie du prog-rock a pris toute la place avec Ian Anderson et Jethro Tull.

Après la traditionnelle pause du lundi, une énorme déferlante a frappé les plaines LeBreton lorsque les Foo Fighters ont véritablement enflammé le site avec un spectacle inoubliable de trois heures, à guichets fermés, devant plus de 30 000 spectateurs. 

Dave Matthews Band a su maintenir la cadence imposée par les Foo Fighters lors du spectacle principal du mercredi soir. Les Canadiens de Blue Rodeo ont bien tenté de garder le rythme jeudi soir, mais on peut dire que la programmation a eu un coup de fatigue ce soir-là. Ce n’était que partie remise puisque Beck était attendu le lendemain. Sans dire que les attentes étaient élevées envers le Californien, on peut affirmer qu’on espérait une grande prestation de sa part. Et ce fut le cas. Plusieurs festivaliers ont d’ailleurs qualifié le spectacle de Beck au Bluesfest de la meilleure livraison du festival, ce qui a été contesté par plusieurs fans des Foo Fighters, par contre.

Slim Jxmmy du groupe Rae Sremmurd s'est payé un bain de foule au Bluesfest.

Le dernier week-end avait aussi une offre musicale éclectique avec la soirée hip-hop du samedi et celle du hard rock le dimanche.

Jessie Reyez et Rae Sremmurd en rafale samedi soir ont plu aux milliers d’ados qui ont envahi les plaines. Quant à Three Days Grace et Rise Against, ils ont électrisé la scène principale pour mettre fin au festival sur des riffs de hard rock bien sentis.

Le site

Ralentis par le nid d’un pluvier kildir en plein cœur du site, les organisateurs ont dû retarder de plusieurs jours le montage de la scène principale et des nombreuses loges qui la bordent. Après avoir « contourné » le problème, les techniciens se sont rapidement remis au travail pour terminer le montage à temps pour le spectacle de Bryan Adams.

Dave Matthews Band a su maintenir la cadence imposée par les Foo Fighters lors du spectacle principal du mercredi soir.

L’accès au site fut particulièrement difficile la première journée, mais elle était fluide dès la deuxième soirée. Les bénévoles ont dû s’ajuster et après un départ chaotique, ils avaient pris leurs aises dès le deuxième jour, étant bien présents un peu partout sur les Plaines. 

Par contre, plusieurs personnes ne semblaient pas avoir pris connaissance des consignes concernant les sacs à dos ou autres items interdits après les tourniquets. Toute l’information à ce sujet était pourtant bien indiquée sur le site web du festival.

Le retrait d’une scène sur le site principal a souvent brisé le momentum des soirées. Les festivaliers étaient habitués de passer d’une scène à l’autre. Dès qu’un spectacle se terminait, un autre débutait sur la scène opposée. 

La scène principale a été installée à l’ouest du site, alors que sa jumelle, la scène Claridge Homes, a été déplacée derrière la scène City. Parlant de la scène Claridge Homes, le chapiteau sous laquelle elle se trouvait comportait certains désavantages, hormis une protection contre la pluie et les rayons du soleil. Plusieurs personnes ont dû se contenter de l’écran géant placé à l’extérieur du chapiteau. Un net inconvénient comparativement aux années passées. Selon le président Mark Monahan, ce changement est dû principalement à une augmentation des mesures de sécurité, devant ainsi élargir l’entrée au site.

Les autres scènes, soit la Black Sheep et le Théâtre Hanson (à l’intérieur du musée) sont demeurées inchangées.

La vedette de la pop, Shawn Mendes

Parlez-vous français ?

Quant à l’autre solitude, le français était bien affiché, mais pratiquement pas parlé sur le site. 

Au cours de nos cinq visites au festival, nous n’avons rencontré qu’une bénévole qui parlait un français approximatif. 

C’est déplorable, et ce qui est d’autant plus frustrant, c’est qu’on semble s’en foutre complètement, du moins, chez les bénévoles.