David Hamon, directeur technique de Royal Pyrotechnie

Un ciel peuplé de superhéros aux Grands feux

Maintenant que l’Espagne, les États-Unis, l’Allemagne et la Chine – les quatre concurrents des Grands feux du Casino du Lac-Leamy – ont rivalisé à coups de bombes colorées pour tenter de remporter le trophée Zeus, place à la Grande finale qui fera apparaître samedi soir des superhéros dans le ciel.

Batman, Superman, Spiderman, Ironman et tous leurs amis seront du grand spectacle de clôture des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy, puisque l’équipe-hôtesse Royal Pyrotechnie a choisi de les mettre en lumière – ou plutôt en feux d’artifice.

Le spectacle de plus de 23 minutes a été conçu par Yanick Roy et Éric Frechette, coprésidents de Royal Pyrotechnie et passera en revue les superhéros de l’univers Marvel, DC et des dessins animés.

« C’est fantastique de travailler sur ce thème. Les trames sonores sont excellentes, tout le monde va les reconnaître », lance Yanick Roy, président-concepteur de Royal Pyrotechnie.

« Et l’avantage des musiques de film c’est de véhiculer toutes sortes de sentiments », ajoute pour sa part David Hamon, directeur technique de Royal Pyrotechnie.

Après le passage des quatre équipes concurrentes, la barre est haute pour épater les spectateurs qui seront installés sur les berges du Musée canadien de l’histoire. Mais Royal Pyrotechnie est confiante de satisfaire les attentes du public.

« Ça va probablement être un des spectacles de pyrotechnie les plus techniques et un des plus variés en termes de pièces, d’effets, de mouvements, parce que nous sommes à la maison. On peut se permettre des choses que les autres n’osent pas forcément tenter, ou ignorent qu’on peut faire sur une barge », souligne David Hamon.

La compagnie qui connaît les moindres détails de son terrain de jeu s’essayera à quelques nouveautés. « On va devrait faire apparaître le sigle de Batman dans le ciel », confie M. Hamon.

Et l’imitation du célèbre faisceau lumineux qui illumine Gotham City sera plus que visible dans le ciel au-dessus de la rivière des Outaouais, puisqu’il mesurera 20 pi de haut et 30 pi de longueur.

Si les Américains se sont taillé une réputation en matière de synchronisation, l’équipe-hôtesse estime n’avoir rien à leur envier. « On a l’avantage de connaître nos produits et de maîtriser les systèmes de tirs. La synchronisation, c’est une des forces de Royal Pyrotechnie. Ce n’est pas pour rien qu’elle a gagné autant de concours », rappelle M. Hamon.

POUR Y ALLER

Quand ? Samedi 18 août à 21 h 15

Où ? Musée canadien de l’histoire

Renseignements : feux.qc.ca