Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le spectacle <em>Boom X</em> de Rick Miller
Le spectacle <em>Boom X</em> de Rick Miller

Un Carrefour international de théâtre «multiforme» pour renouer avec le public

Geneviève Bouchard
Geneviève Bouchard
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Après une année de pause forcée par la pandémie, le 21e Carrefour international de théâtre nous reviendra dès le 27 mai en formule «multiforme», alliant des spectacles en présentiel en salles et à l’extérieur, si les consignes sanitaires le permettent, et des propositions virtuelles venues de l’étranger.

Lui aussi remanié à cause des circonstances actuelles, le très couru parcours théâtral Où tu vas quand tu dors en marchant…? retrouvera les berges de la rivière Saint-Charles le 24 juin.

Directrice artistique du Carrefour international de théâtre, Marie Gignac décrit l’organisation de ce festival comme de la «haute voltige» dans un contexte très incertain. Les salles — La Bordée et Le Diamant — pourront-elles accueillir des spectateurs dans un mois? «On annonce, mais on peut juste se croiser les doigts», observe la femme de théâtre.

«Chaque spectacle a sa spécificité au niveau de la diffusion, ajoute-t-elle. C’est une tentative de réponse à être ensemble. On a beaucoup besoin de ça, les artistes et le public. Ce n’est pas le Carrefour comme on l’a connu. Mais on essaie de s’en rapprocher le plus qu’on peut, le plus qu’il nous est autorisé de le faire.»

Ensemble est justement le titre du spectacle d’ouverture. Imaginé par Maxime Beauregard-Martin, François Bernier et Hubert Lemire, celui-ci nous conviera dans une «une introspection à la fois solitaire et collective» en revenant sur le confinement du printemps 2020.

De Toronto, Rick Miller offrira Boom X, une célébration musicale de la génération X. «C’est 25 années de rock, de progressif, de disco, de punk», résume Marie Gignac.

Mani Soleymanlou dans <em>Zéro</em>

Habitué du festival, Mani Soleymanlou nous revient avec Zéro, une pièce ancrée dans son histoire familiale dans laquelle il explore de manière «brillante, drôle et touchante» les raisons qui ont poussé son père à quitter l’Iran.

Imaginé et mis en scène par François-Étienne Paré, L’usine de théâtre potentiel invitera les improvisateurs de la LNI sur les planches dans un spectacle où le public choisira en direct les éléments dramaturgiques et scénographiques de la représentation.

Décrit comme «un envoûtant poème visuel et sonore», Aalaapi amènera momentanément le public dans le Grand Nord.

Diffusée tout récemment en formule cinématographique, la nouvelle mouture du spectacle Les dix commandements du chorégraphe Harold Rhéaume nous arrivera en personne au Monastère des Augustines.

En virtuel

Dans un contexte de confinement, Marie Gignac raconte avoir cherché pendant un moment pour ajouter un volet virtuel au Carrefour international de théâtre. Elle nous proposera trois spectacles à visionner sur le Web, venus de l’Angleterre, de la Colombie et de la Suisse.

«Ce sont des découvertes faites dans mes explorations dans d’autres festivals qui se sont revirés sur un 10 ¢ et qui ont fait des événements en linge, explique-t-elle. Bon, j’ai vu beaucoup d’affaires plates. Mais j’ai trouvé ces trois petites perles dont je suis bien fière et qui sont parfaitement bien adaptées à de la diffusion en ligne.»

Où tu vas quand tu dors en marchant…?

Activité phare du Carrefour international de théâtre, le populaire spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant…? s’installera comme en 2019 aux abords de la rivière Saint-Charles. 

Les cinq tableaux signés par Martin Bureau, Vano Hotton, Les incomplètes, Maxime Beauregard-Martin, Maryse Lapierre, Karine Ledoyen et Ludovic Fouquet seront toutefois un peu revus. 

Le contexte sanitaire y est bien sûr pour beaucoup : le parcours, comme nous l’avons connu, faisait courir les foules à une époque où le concept de distanciation physique ne faisait pas partie de nos vies. Avec de nouvelles constructions, les lieux ont aussi un peu changé depuis deux ans.

Le parcours demeure lui-même en construction, précise Marie Gignac. «Ça va rester au bord de la rivière Saint-Charles, mais ça va être plus aéré», note-t-elle. Décalée dans le temps — la première aura lieu le 24 juin plutôt qu’en mai — la proposition sera de nouveau accessible gratuitement.

Quatre autres rencontres auront lieu à l’extérieur pendant le Carrefour. On parle ici d’installations itinérantes et de discussions en tête-à-tête avec un créateur.  

Détails et programmation complète au carrefourtheatre.qc.ca