Geneviève Roberge Bouchard et Alain Barbeau, du duo Geneviève et Alain
Geneviève Roberge Bouchard et Alain Barbeau, du duo Geneviève et Alain

Spectacle en webdiffusion: «Ce fut toute une expérience», dit Geneviève Roberge Bouchard

Pour les artistes, l’expérience de la webdiffusion en direct fut aussi une réussite et, du coup, une belle découverte.

« On a eu la chance de faire plusieurs spectacles en webdiffusion depuis quelques semaines, d’expliquer Alain Barbeau, du duo Geneviève et Alain. On a participé à des live en plein air avec les Sessions de balcon et en différé aux Mardis classiques. Mais, avec le StudiOdyssée, ce fut quelque chose de complètement différent. »

« Il y avait beaucoup de fébrilité avant le spectacle en raison de l’ampleur du projet et de la salle dans laquelle on jouait, ajoute Geneviève Roberge Bouchard, Pour cette première, on sentait bien que tout le monde vivait une certaine pression. Ce fut toute une expérience. »

Écran géant

Tout au long de leur prestation qui était diffusée en direct, les artistes ont pu interagir avec les internautes puisqu’un écran géant installé au balcon leur permettait de lire les commentaires de leurs fans et ainsi de leur répondre directement.

« Cet écran nous permet d’offrir un contact entre l’artiste et son public puisque, faut-il le rappeler, il n’y a aucun spectateur dans la salle, explique Pascale Gougeon, directrice de la programmation de la Maison de la culture de Gatineau. Avec un grand écran bien placé dans la salle, les artistes sur scène pourront tout voir de ce qui se passe sur les réseaux sociaux et ils pourront réagir quand ils le voudront. Ils n’auront pas à regarder sur une tablette ou un téléphone installé près d’eux. Je crois que ça va leur simplifier la tâche. »

À LIRE AUSSI: Une scène et pas de public [PHOTOS et VIDÉO]

Pour les artistes, le concept fut très apprécié.

« C’était génial. Les commentaires des gens nous étaient relayés grâce à cet écran, ajoute Alain Barbeau. La plupart du temps, dans les live que nous avons fait, on devait regarder notre téléphone pour tout lire mais ici, il y a une personne qui nous transmet les commentaires les plus pertinents. »

Jouer devant une salle vide est déstabilisant pour les artistes sur scène. 

La présence de cet écran permet de maintenir le contact avec le public qui suit la prestation à distance.

« C’est toujours surprenant de ne rien entendre après une chanson, confie Geneviève. Sans les applaudissements, il y a un grand vide. Alors, cet écran où l’on pouvait lire les commentaires des gens et surtout leur répondre directement, ça amène une toute nouvelle dimension dans le spectacle web. Je dirais même que c’est encore plus direct comme interaction parce que la plupart du temps, ces commentaires-là, on les recevait après le spectacle, lorsque nous allions à la rencontre des gens. »

Le duo Geneviève et Alain a joué devant un écran géant, qui leur permettait d'interagir à distance avec les spectateurs au cours du spectacle.

10 soirées

Le StudiOdyssée a prévu neuf soirées musicales et une soirée d’humour. Cette programmation met principalement en vedette des artistes de Gatineau et elle est gratuite.

« Notre intention est clairement de faire de la place à nos artistes régionaux dans cette programmation, ajoute Mme Gougeon. On veut vraiment que ce soit l’été des artistes de Gatineau. Et avec la webdiffusion, on a la chance de les faire rayonner en dehors de nos frontières. »

Il y a donc 10 soirées à l’affiche du StudiOdyssée qui seront offertes sur la page Facebook ou le site web de la Maison de la culture. 

Le duo Geneviève et Alain, mercredi, et Ari Cui Cui jeudi, ont parti le bal.

Le 15 juillet, on présentera les Soirées Juste pour rire qui mettent en vedette des humoristes du Québec. Le jeudi 16 juillet, c’est King Melrose qui sera à l’affiche. Les Chipies (23 juillet), Mia Kelly (29 juillet), Irish Bastards (30 juillet), A Leverage for Mountains (5 août), Stéphanie St-Jean (6 août) et Phil G. Smith (13 août) complètent cette programmation.

Là pour rester

Selon Mme Gougeon, le StudiOdyssée aura une vie après la pandémie.

« Je crois que la webdiffusion pourrait faire partie de nos programmations, même après la pandémie, avoue-t-elle. Ça serait une belle façon de compléter nos programmations en salle. »

Ce genre de programmation hybride permettrait, toujours selon Mme Gougeon, d’ouvrir les portes de la Maison de la culture à plusieurs artistes de l’Outaouais. 

Et cette opportunité pourrait même aboutir à des projets plus larges, offrant à des organismes d’offrir un événement webdiffusé. 

« Lorsqu’on a lancé la programmation du StudiOdyssée, nous voulions offrir un moyen à nos artistes de se faire voir et entendre, d’expliquer Pascale Gougeon. On s’est alors associé avec des gens qui s’y connaissent en webdiffusion afin d’avoir une qualité de son et d’image irréprochable afin de mettre en valeur nos artistes. »

Mais cette aventure semble vouloir étendre son accessibilité.

« Nous avons décidé d’offrir les installations du StudiOdyssée à des organismes ou des artistes qui voudraient produire un événement, confirme Mme Gougeon. Il suffit de communiquer avec nous pour en connaître tous les détails. »