L’humoriste Simon Gouache sera de passage à la salle Odyssée de Gatineau du 4 au 6 juillet.

Simon Gouache: rien que pour le plaisir

« À quoi ça sert, un humoriste ? » Simon Gouache a beau s’être posé mille et une questions, celle-ci n’avait jamais fait partie de son répertoire. Du moins, jusqu’à ce que le succès inattendu de son premier spectacle solo lui inspire l’interrogation qui lance son deuxième one-man-show, Une belle soirée qu’il présentera à la salle Odyssée les 4, 5 et 6 juillet.

La publicité, Simon Gouache n’est pas du genre à courir après. 

Et comme il ne se consacre qu’à la scène, sans projet télé ni web pour le faire rayonner, Gouache peut sembler émerger de la dernière cuvée d’humoristes. 

Mais après avoir assuré la première partie de deux spectacles de Louis-José Houde, l’overthinker assumé a convaincu en tout 50 000 spectateurs — un chiffre dont lui-même se dit surpris — d’aller voir son premier spectacle. 

Tout ça, rien que par la magie du bouche-à-oreille.

« Tout ça vient avec une pression qui est nouvelle pour moi », détaille l’ancien concepteur publicitaire, dont l’anxiété — aujourd’hui bien contrôlée — est devenue le moteur créatif derrière son style autodérisoire à l’américaine.

« C’est la première fois que je travaille avec des deadlines et des attentes. Je travaillais toujours sans but précis, en me disant que c’était parce que j’aime faire ça dans la vie. »

Mais le plaisir seul n’est-il pas une excellente raison de maintenir le cap ? 

« Absolument ! Mais quand tu commences à faire des one-man-show et à recevoir des commentaires de spectateurs qui disent “ma mère est à l’hôpital et ça m’a fait du bien d’aller voir ton show”, tu fais “attends minute, ce n’est pas juste faire des jokes de battes et se coucher tard, ce que je fais”. Et ça donne une vision différente de ton métier. »

« Quand tu commences à sentir ce lien-là avec le public et à voir à quel point ça peut être important dans la vie de certaines personnes, tu veux vraiment connecter le plus possible avec ces gens-là. Et expliquer le mieux possible comment tu es et ce que tu vis. »

Le processus de création d’Une belle soirée a été aux antipodes de celui de sa première offrande. Alors que Gouache par Simon Gouache était un montage peaufiné de sketches écrits au fil des ans — façon de parler ; l’humoriste ne couche jamais ses numéros sur papier, il les mémorise –, le matériel de son deuxième long jeu a été créé de A à Z en moins d’un an. 

« Tout ça a mené à une recherche intérieure très différente » qu’à l’habitude, qu’il a faite en discutant de ses réflexions pendant des heures avec les membres de son équipe.

De quoi a-t-il été question ? De la trentaine, de sa place en société, d’être adulte. Et de l’utilité d’être humoriste.

Alors, en bout de ligne, à quoi ça sert, cet étrange métier ? 

« Je ne le sais pas vraiment ! Moi, je vais juste travailler fort pour être le plus honnête possible avec moi-même et avec mon public. Ce dont je me suis rendu compte pendant le spectacle, c’est que ce n’est pas important. On peut seulement s’amuser et prendre ce qu’il passe. » 

Et simplement passer Une belle soirée.

Ce qu’il reste du Crossfit

En décembre dernier, Simon Gouache a reçu son premier Olivier pour Le crossfit, consacré sketch de l’année. Son numéro a récolté 2 millions de vues sur YouTube après le gala Juste pour rire de 2017.

Pour son deuxième spectacle, il n’a jamais été question d’essayer de recréer un autre Crossfit, un sketch qui deviendrait viral. 

La tâche aurait été impossible, a-t-il constaté. 

Et de toute façon, le rire immédiat n’est plus uniquement ce que l’auteur recherche. 

« C’est différent ce qui me rend heureux sur scène maintenant. C’est certain qu’un beau gros rire, il n’y a rien qui bat ça. Mais sentir que je connecte avec les gens, sentir qu’ils se reconnaissent et qu’ils m’apprécient en tant qu’artiste, c’est vraiment cher à mes yeux. »

Pour un curieux qui ne connaîtrait de Simon Gouache que Le crossfit, Une belle soirée se situe « dans la même logique », promet-il.

Somme toute, « c’est un numéro qui me représente bien, indique-t-il. Même un numéro beaucoup plus lent et plus deep aura la même efficacité parce que je me concentre toujours à être authentique. »

Simon Gouache reviendra présenter Une belle soirée à la Polyvalente Nicolas-Gatineau le 31 janvier 2020 et au Centre des arts Shenkman le 21 mai 2020.

+
POUR Y ALLER

Quand : 4, 5 et 6 juillet, 20 h

Où : Salle Odyssée

Renseignements : salleodyssee.ca