Michael Bublé est venu charmer les gens d’Ottawa pendant plus de deux heures au Centre Canadian Tire mardi.

Ottawa sous le charme de Michael Bublé

CRITIQUE / Dean Martin, Frank Sinatra et tous les crooners de cette époque d’après-guerre ont marqué l’histoire de la musique pop. Mardi soir, au Centre Canadian Tire (CCT) d’Ottawa, ils étaient des milliers pour dire à Michael Bublé que cette musique est éternelle.

Il faut le dire, malgré une voix qui semblait faire défaut à certains moments, il n’y en a pas beaucoup des comme lui. Le « chanteur de charme » qui est présentement au cœur de sa tournée Love a ravi ses fans, et ce, pendant plus de deux heures.

Le refrain de Feeling Good n’était pas entamé que déjà la foule du CCT était conquise. Haven’t Met You Yet, My Funny Valentine, I Only Have Eyes for You, Sway et Such a Night ont suivi non pas sans plusieurs interventions de la vedette de la soirée.

Parce qu’il jase beaucoup, le Bublé. Il raconte, il taquine, il charme. Bref, il est constamment en relation directe avec son public – une grande qualité pour le p’tit gars originaire de Burnaby, en Colombie-Britannique.

Et pour Kyle, un jeune homme de Mississauga, il n’oubliera pas de sitôt sa soirée puisqu’il a chanté la pièce Home avec Bublé, après avoir expliqué la chance qu’il a eue au début de sa carrière et qu’il aimerait bien en faire profiter à son tour un jeune chanteur.

Tout a débuté à Ottawa

À plusieurs reprises au cours de la soirée, il a mentionné à quel point Ottawa avait une place particulière dans son cœur.

D’abord parce qu’il y a vécu quelques mois, mais surtout parce que c’est ici, dans la capitale, que tout a vraiment commencé pour lui. D’ailleurs, celui qui a permis à Bublé de lancer sa carrière était dans la salle, mardi soir. Michael McSweeney, un proche de Brian Mulroney, avait présenté le jeune chanteur à l’ancien premier ministre qui l’a engagé au mariage de sa fille Caroline. Et on connaît la suite…

Pour revenir au spectacle, ce fut une grande célébration d’une musique qui ne semble pas vouloir se démoder. Mais Bublé est avant tout un grand entertainer. Tout au long de la soirée, il a enfilé les chansons tirées de sa dizaine d’albums studio. Plutôt interprète qu’auteur-compositeur, Bublé a offert de grands classiques jazz et pop. Entouré de 35 musiciens et de trois choristes, Bublé était solidement appuyé, mais on le sentait souvent à bout de souffle.

Par contre, croyez-nous quand on vous dit qu’un big band, ça sonne big ! On était bien loin d’un show pop où les séquences préenregistrées dominent.

Pas ici. Pas avec Bublé. L’orchestre joue un grand rôle, autant dans la performance musicale que scénique. D’ailleurs, le moment où quelques musiciens prennent place au centre de l’aréna, dans un moment fort intime et très rythmé, fut particulièrement réussi.

Une vingtaine de chansons complètent le setlist de la soirée. On a pu entendre, entre autres, (Up A) Lazy River et When You’re Smiling de même que Forever Now, Home et Cry Me a River.

En rappel, le crooner de 45 ans a ajouté trois pièces et pour finir, on a entendu You Were Always on My Mind.

Récipiendaire d’un Juno pour son dernier album, Love, Michael Bublé a visiblement repris goût à la musique et la tournée, lui qui avait annoncé sa retraite de la vie artistique pour se consacrer à sa famille et plus particulièrement à son fils aîné Noah, atteint d’un cancer. On l’a senti très émotif quand il a évoqué ce moment de sa vie, tout comme quand il a montré au public une vidéo prise dans la journée de sa petite fille faisant ses premiers pas.

Faisant escale à Ottawa après un passage à Toronto et à London ce week-end, Bublé s’installera à Montréal jeudi et vendredi pour ensuite passer par Québec samedi, avant de s’envoler pour l’Europe de l’Est à compter du 16 septembre.

Une soirée avec Michael Bublé, c’est tout sauf banal.