Avant de se retrouver à la barre du NCGMO, David Buchbinder avait déjà travaillé avec Mervon Mehta, en 2010, sur un projet mariant les musiques juives et arabes de l'Andalousie du Moyen Âge.

Orchestre sans frontières

Initiative de Mervon Mehta et du Conservatoire royal de musique de Toronto, le tout nouveau New Canadian Global Music Orchestra (NCGMO) a ceci de particulier qu'il regroupe 12 musiciens issus des quatre coins du globe habitant aujourd'hui d'un océan à l'autre. Qu'ils soient originaires du Pérou, d'Ukraine, de Cuba, de Grèce, du Tibet ou du Burkina Faso, ils sont aujourd'hui Canadiens. Sous la direction artistique de David Buchbinder, le NCGMO s'arrêtera dans la capitale, ce dimanche, dans le cadre de Scène Canada et en collaboration avec le Festival de musique de chambre d'Ottawa.
David Buchbinder
Le directeur artistique du New Canadian Global Music Orchestra le déclare d'emblée: cet ensemble est «le premier pas vers le futur de ce que peut être ce pays».
«Dans quatre ou cinq ans, j'aimerais que dans les pièces que nous créerons et interpréterons, nous ne soyions plus capables de discerner où s'arrête la culture de l'un et où commence celle de l'autre musicien. Je suis pour ma part intimement convaincu que ce que nous sommes en train de bâtir ensemble s'avère une leçon d'innovation pour tout le pays!» clame fièrement David Buchbinder.
Avant de se retrouver à la barre du NCGMO, le trompettiste de formation avait déjà travaillé avec Mervon Mehta, en 2010, sur un projet mariant les musiques juives et arabes de l'Andalousie du Moyen Âge. Un projet qui a élargi leurs discussions jusqu'à l'idée de mettre sur pied un ensemble musical réunissant des artistes de tous les horizons, à Toronto.
«Pour moi, Toronto est l'Andalousie moyen-âgeuse d'aujourd'hui, par sa capacité à s'ouvrir sur le monde et à l'autre», fait valoir M. Buchbinder.
Encore leur fallait-il recruter les musiciens qui donneraient corps et vie à leur idée. Quelque 145 artistes ont donc été auditionnés, afin d'en sélectionner une douzaine au terme des quatre rondes d'auditions.
«Nous avons d'abord tenu à les entendre individuellement, afin d'évaluer leur talent technique dans leur style respectif», explique le directeur artistique.
Puis, dès la deuxième audition, ils ont été réunis en petits groupes. «Nous avions besoin de savoir s'ils étaient capables de s'adapter à d'autres genres musicaux, s'ils étaient aptes à improviser, à écouter les autres», souligne David Buchbinder.
Ce dernier devait aussi s'assurer d'un certain équilibre au sein de l'orchestre, entre sections rythmiques et acoustiques, par exemple.
«Nous souhaitions une réelle variété d'instruments, représentatifs d'autant de cultures et d'influences sonores.»
Cela dit, le directeur artistique avait une autre idée bien arrêtée en tête: il n'était pas question pour lui de plonger dans le répertoire traditionnel de chacun des musiciens choisis pour former le corpus des pièces que l'ensemble allait livrer sur scène. 
«Si on avait opté pour des airs déjà connus dans leurs pays d'origine, on n'aurait pas échappé aux comparaisons avec les interprétations originales.»
Le défi pour les 12 artistes a donc été de s'inspirer de leur héritage culturel personnel pour composer chacun de son côté des pièces inédites reflétant d'où ils viennent, tout en développant un espace commun où les 11 autres musiciens auraient leur place.
«Pour moi, c'est là l'essence-même de la culture canadienne: un lieu où les influences de tous et chacun se rencontrent pour créer quelque chose de nouveau. Le multiculturalisme est une première étape. La prochaine tient justement à la création interculturelle telle que nous la préconisions au sein du New Canadian Global Music Orchestra!» conclut David Buchbinder.
Pour y aller
Quand ? Le 23 juillet, 16 h
Où ? Centre national des arts
Renseignements : Billetterie du CNA; ou Ticketmaster, 1-888-991-2787, ticketmaster.ca