L’amour médecin de Molière, présenté gratuitement au parc Fontaine, met en vedette Virginie Houet, Sébastien Lajoie, David Bélizaire et Sylvain Sabatié.

Molière à l’ombre des arbres

Après le succès qu’a connu l’année passée Molière dans le parc, le Fâcheux théâtre réitère son initiative de théâtre en plein air. Cette fois-ci la petite troupe revisite, toujours au parc Fontaine, L’amour médecin du dramaturge français de la cour de Louis XIV.

À la surprise de l’instigateur du projet et directeur artistique du Fâcheux théâtre, Sylvain Sabatié, la première édition à vu défiler chaque soir plus d’une centaine de spectateurs à l’occasion des six représentations gratuites de La jalousie du Barbouillé, de Molière. « Vu le succès et le plaisir qu’on a eus, on a décidé de le refaire cette année. Idéalement, j’aimerais que ce soit une activité annuelle », précise Sylvain Sabatié.

Cette année, c’est L’amour médecin, mise en scène par Sariana Monette-Saillant, qui est présenté – gratuitement – tous les soirs à 19h30, jusqu’au 28 juillet, dans le parc du Vieux-Hull. Une comédie en trois actes « avec une histoire simple et facile à suivre », défendue par Virginie Houët, Sébastien Lajoie, David Bélizaire et Sylvain Sabatié.

La jeune Lucinde est atteinte d’une grande tristesse, que rien ne semble pouvoir faire passer. Désespéré, Sganarelle, son père, fait appel à des médecins pour la soigner… Mais si l’origine de ce grand chagrin n’était pas médical, mais plutôt d’ordre sentimental ? Alors que Sganarelle ne veut rien entendre, Lucinde, elle, est bien déterminée à épouser Clitandre.

Diversifier l’offre
Inspiré des Shakespeare in the Parc qui existent au Canada (et qui se déclinent à Ottawa), le projet est né il y a trois ans, alors que M. Sabatié a voulu pallier à un manque dans le milieu théâtral. « Il y a plusieurs compagnies qui font ça, mais on n’avait pas d’équivalent en français. L’idée était donc de créer un pendant francophone », explique-t-il.

Molière s’est imposé de lui-même. Si Shakespeare est LE dramaturge de la langue anglaise, Molière, lui, est d’équivalente stature en français. « Les grands auteurs ne meurent jamais. Molière comme Shakespeare font partie de ceux qu’on continue de monter dans toutes les langues. [...] Même si on parle d’une pièce écrite il y a 400 ans, il y a dans l’analyse du genre humain quelque chose qui résiste au temps », indique le directeur artistique.

Molière dans le parc vise aussi à diversifier l’offre théâtrale de la région, puisque la grande majorité des compagnies font du théâtre de création. « J’avais cette envie de rééquilibrer les choses, tant pour le public qui a moins l’occasion de voir les artistes d’ici jouer des classiques, que pour les artistes eux-mêmes, puisque c’est très enrichissant, formateur et plaisant de jouer des classiques », souligne celui qui est également comédien.

L’essence de Molière
Avec le désir de proposer « un spectacle populaire avec un grand P», accessible au plus grand nombre, Sylvain Sabatié a apporté quelques adaptations à la pièce de Molière. « C’était important pour moi de garder la verve de Molière. Mais il y a eu tout un travail d’adaptation pour le rendre plus actuel tout en conservant le plus possible l’essence de la langue », insiste-t-il.

En se servant du parc Fontaine comme cadre pour les représentations, le directeur artistique souhaitait également garder le décor à sa plus simple expression. « On voulait faire un clin d’œil à la troupe de Molière dont tout le matériel tenait dans une charrette. » Ainsi la petite troupe de Gatineau, soucieuse du respect de l’environnement, transporte tout son attirail dans une remorque tirée par un vélo. Les costumes, eux, sont de la récupération. Un spectacle en plein air, sans électricité, respectueux de l’environnement, à l’image de L’Illustre théâtre, la troupe itinérante de Molière.

Une campagne de sociofinancement est en cours sur gofundme.com pour aider le projet à perdurer (Molière dans le Parc : 3e édition ).

POUR Y ALLER

Quand ? Jusqu’au 28 juillet, du jeudi au samedi à 19 h 30

Où ? Parc Fontaine

Renseignements : www.facheux.ca