Maryanne Côté a choisi la simplicité guitare/voix pour se démarquer sans maquillage.

Maryanne Côté: en toute simplicité

Dès mercredi aux vitrines grand public, différentes visions artistiques en provenance de la francophonie canadienne convergeront au Centre des arts Shenkman.

Parmi elles, Maryanne Côté fera son entrée en représentant Rimouski, sa ville d’origine, et Varennes où elle a trouvé refuge professionnel et créatif. « Montréal, pas pour moi ! », s’exclame la jeune femme comblée, en concert le 19 janvier au Centre des arts Shenkman. 

Maryanne Côté avait un nom prédestiné. Depuis qu’elle s’est lancée en musique en 2014, l’auteure-compositrice-interprète chemine hors des sentiers battus : opératrice de chariots élévateurs dans un entrepôt de la région de Montréal, elle tient à conserver son emploi parallèlement à sa carrière artistique. Et loue la complémentarité qui en résulte.

« Je travaille de nuit et la fatigue me pousse à écrire, » résume-t-elle.

Dans un premier temps, Maryanne Côté est restée discrète sur cette double vie — « j’avais peur de perdre mon travail » — jusqu’au jour où ses collègues la voient passer à la télévision. Depuis, l’irréductible ouvrière a trouvé son équilibre créatif sans se cacher.

« Les concerts me font me sentir comme un superhéros. Il m’arrive d’être sur mon high après un spectacle, puis de rejoindre mon entrepôt pour y entamer mon service de nuit ». Méthode-choc pour garder les pieds sur terre, en somme. 

Son parcours atypique se dessine ainsi très tôt. Autodidacte, Maryanne Côté se lance dans un apprentissage tardif de la guitare. Moins d’un mois plus tard, une chanson écrite pour son ex fait le tour des réseaux sociaux. 1949 brouille déjà les attentes, qui réfère non à une date, mais bien aux derniers chiffres de son numéro de téléphone (le vrai). « Ça fait quatre ans que je l’ai écrite et je reçois toujours des appels, au moins une fois par semaine. »   

La chanteuse s’est taillé une solide réputation grâce aux réseaux sociaux et à l’engouement des radios : le premier extrait Ma Petite Sœur s’est retrouvé successivement Buzz du mois sur Énergie et Talent à découvrir sur Rouge FM. Ceci dit, Maryanne Côté n’a pas exactement vocation à inonder le marché de vidéos lascives. Elle a choisi la simplicité guitare/voix pour se démarquer sans maquillage et ça marche ! Résolument naturelle, elle entraîne le spectateur dans les abysses d’un mal-être qui, curieusement, ne vire jamais pour autant à l’exhibitionnisme souffreteux. 

Parallèlement aux tournées (elle s’est produite au Festival des montgolfières de Saint-Jean sur Richelieu, au Festival de la chanson de Granby et au FME entre autres), la Rimouskoise retransmet ses spectacles sur sa page Facebook. Et rejoint une communauté virtuelle de plus de 10 000 fans qui la suivent quotidiennement.    

Aujourd’hui, cette travailleuse invétérée songe à s’octroyer une pause pour écrire son deuxième album, après la parution de 1949 en mai 2016. « Faut que je vive des émotions ! Je vais peut-être me faire briser le cœur ou voyager. » De quoi poursuivre le journal de bord d’une jeune femme à flanc de précipice qui égrène, à son rythme, les affres du désespoir...


POUR Y ALLER

Quand ? 19 janvier

Où ? Centre des arts Shenkman

Renseignements : http://shenkmanarts.ca/fr/ ou 613-580-2700