Machine de Cirque a présenté <em>La Galerie</em> au Diamant en mars.
Machine de Cirque a présenté <em>La Galerie</em> au Diamant en mars.

Machine de cirque lorgne les ciné-parcs

À l’instar des musiciens qui investiront les ciné-parcs cet été pour présenter des spectacles en mode distanciation sociale, la compagnie Machine de Cirque souhaite aussi se tourner vers les spectateurs-automobilistes pour relancer ses activités.

La troupe fondée dans la capitale a proposé l’initiative à plusieurs villes dont Québec, Rimouski, Sherbrooke, Shawinigan, Drummondville et Trois-Rivières. Reste maintenant à trouver les partenaires qui permettront de concrétiser le projet.

Forcée, comme tous les artistes de scène, de suspendre ses spectacles pendant la pandémie, Machine de Cirque misait sur l’automne 2020 pour une reprise : elle a programmé 112 représentations dans 24 villes situées en Angleterre, en Belgique, au Canada, en Corée du Sud, aux États-Unis, en France, en Norvège et en Suède.

Dans l’incertitude quant à la réouverture des frontières et même à la reprise des spectacles en salles ici comme d’ailleurs, Machine de Cirque sonne l’alarme : «la survie de la compagnie pourrait être en péril», avance-t-elle dans un communiqué diffusé lundi.

Et elle n’est semble-t-il pas la seule dans cette situation. Il y a quelques jours, le Regroupement national des arts du cirque En piste a publié les résultats d’un sondage mené auprès des professionnels du milieu. Les trois quarts des compagnies ont jugé que leurs activités seraient «en péril» à la fin juillet et 66 % des artistes et artisans sondés ont indiqué qu’ils envisageaient un changement de carrière.