Lors du spectacle de lutte en plein air qui se tenait le 31 juillet dernier, dans le Vieux-Hull, une femme a affronté un homme dans le ring.

Lutte à Gatineau: «Comme une scène émergente»

La remontée de la lutte professionnelle à Gatineau est vue comme l’émergence de certains groupes musicaux.

La musique émergente a la cote depuis quelques années. Même que Gatineau a présenté un festival de musique émergente pendant plusieurs années, dans le Vieux-Hull.

Coïncidence ou non, le responsable du retour de la lutte en Outaouais, Steven Boivin, était justement à la direction du Festival Outaouais émergent.

Lors du spectacle de lutte en plein air qui se tenait le 31 juillet dernier, dans le Vieux-Hull, une femme a affronté un homme dans le ring.

« Oui, je fais une certaine comparaison entre la scène de la musique émergente et la lutte, avoue-t-il. Il y a beaucoup d’amateurs qui sont de vrai “geek” de la lutte et d’autres qui sont là par curiosité ou simplement pour passer une bonne soirée. »

Lutte 07 ne se berce pas d’illusion non plus. Cette vague de popularité de la lutte a une date de péremption. « Oui, c’est une vague et présentement, on en profite bien, constate le promoteur. Un jour, cet engouement perdra de son intensité et l’intérêt du public s’estompera. Par contre, la lutte sera toujours vivante. Il y aura un creux de vague comme on en a vu à toutes les époques. »

Égalité homme-femme

La lutte professionnelle a son lot de stéréotypes. Le vilain, le bon, le lutteur masqué, l’obèse ou la lutteuse sexy ne sont que quelques clichés utilisés à profusion dans les soirées de lutte. Mais, la recette fonctionne encore bien. Les spectateurs se laissent prendre au jeu et embarquent dans le scénario sans se faire prier.

Pour Lutte 07, mettre une femme dans le même ring qu’un homme n’est pas non plus un problème. « Dans notre événement du Vieux-Hull, une lutteuse affrontait un lutteur. Dans la foule, on a entendu des femmes s’indigner de voir une des leurs se faire malmener par un homme dans le ring. Mais après quelques minutes, la lutteuse a pris le dessus et du coup, les femmes qui assistaient au spectacle se sont toutes mises de son côté. Les jeux étaient faits. On a gagné des fans instantanément », se rappelle avec humour M. Boivin.