«Mon corps livré pour vous» met en scène le personnage semi-fictif de Caroline Yergeau et le suit à travers ses quatre années de recherche.

Les mille et une facettes de la prostitution

Au départ, Caroline Yergeau voulait faire une pièce de théâtre documentaire objective sur la prostitution. Changement de cap : après quatre années de recherche, «Mon corps livré pour vous» propose une trame fictive entrecoupée des portraits réels d’une réalité aux complexités infinies.

Mon corps livré pour vous est une production du Théâtre Belvédère en collaboration avec le Théâtre du Trillium. La pièce sera présentée à la Nouvelle Scène du 3 au 6 octobre.

En 2014, la directrice artistique du Théâtre Belvédère a écouté par hasard une émission de radio sur le projet de loi C-36, qui criminalise l’achat de services sexuels. Aux yeux de la justice, la prostitution serait désormais reconnue comme une forme d’exploitation.

Ce fut le déclic. La dramaturge a contacté le travailleur du sexe interviewé pour lui poser des questions à son tour. Puis elle a fait des lectures, regardé des vidéos, et rencontré des femmes. Beaucoup de femmes. Des intervenantes. Une professeure de l’Université d’Ottawa. Des femmes qui faisaient encore de la prostitution, d’autres qui n’en faisaient plus, qui ont accepté d’ouvrir leur univers à une « madame de théâtre » qu’elles ne connaissaient pas.

Toutes ces rencontres ont marqué l’auteure de la pièce, mais une entrevue en particulier avec une ancienne prostituée a laissé dans sa mémoire une empreinte indélébile. « Elle avait vraiment vécu l’expérience qu’on attend d’une femme prostituée, raconte-t-elle. Elle avait subi de la violence, elle avait eu un proxénète qui l’avait exploitée… Aujourd’hui, elle est traitée pour un choc post-traumatique. »

« Elle m’a fait comprendre que son histoire pouvait arriver à presque toutes les femmes. Il s’agit des fois de prendre une petite mauvaise décision, d’être au mauvais endroit au mauvais moment, et bang ! Tu te fais aspirer. »

Un « voyage émotif » dans la prostitution

Au fil des rencontres, il a été décidé que l’objectivité du théâtre documentaire ne serait « ni possible, ni intéressante ». Le sujet était trop riche pour l’aborder froidement. Mon corps livré pour vous s’est métamorphosé en « pièce de théâtre d’inspiration documentaire » qui parle de prostitution sous tous ses angles et coutures et qui transmet des opinions diverses sur la question.

La pièce met en scène le personnage semi-fictif de Caroline Yergeau et la suit à travers ses quatre années de recherche, avec ses états d’âme et les personnes qu’elle a rencontrées. Mais les entrevues, elles, n’ont rien de fictif : toutes sont les verbatims de ses rencontres avec des acteurs de l’industrie du sexe, les mêmes qu’elle a menées dans le cadre de sa recherche.

Les comédiens Elaine Juteau, Louis-Philippe Roy et Frédérique Thérien alternent entre les rôles des amis de Caroline et la lecture de ces verbatims. Sans jouer de personnages, ils les récitent mot pour mot, tels qu’enregistrés, les jurons compris. « Je ne voulais pas imposer mon point de vue, explique Caroline Yergeau. On ne voulait pas non plus jouer ces femmes-là. On ne voulait pas s’approprier leur vécu. »

« On veut que la parole prime. On voulait que rien d’autre ne dérange. On ne voulait pas de flaflas visuels ; c’est tellement fort ce que ces gens-là nous ont dit ! »

Caroline Yergeau promet tout de même des pointes d’humour. « Il y a quand même une certaine légèreté dans la parole. Ces femmes-là sont drôles ! »

Et après quatre années de recherche, quelles sont ses conclusions ? Les femmes qui se prostituent sont-elles victimes d’exploitation sexuelle, comme le sous-tend la loi C-36, ou le font-elles de façon délibérée ? Ce sera au spectateur de décider.

+

POUR Y ALLER

Quoi : La pièce de théâtre Mon corps livré pour vous

Quand : 3 au 6 octobre 2018, 19 h 30

Où :  La Nouvelle Scène Gilles Desjardins, Ottawa

Renseignements :  nouvellescene.com