Les arts en bref

Les événements du jour dans le monde des arts d'Ottawa-Gatineau, en quelques mots.

Un bouc dans les tranchées

Le Musée canadien de la guerre organise une série d’activités jeunesse autour du thème du Souvenir, le jeudi 7 novembre de 17 h à 20 h. L’événement est gratuit pour les groupes de jeunes, mais une inscription préalable est requise. Au menu : coquelicot à confectionner ; chasse au trésor autoguidée sur le thème de la Seconde Guerre mondiale ; jeu de stratégie tactique autour d’alliances militaires. On pourra aussi découvrir l’histoire du sergent Billy, tirée du livre signé par l’Ottavienne Mireille Messier et illustré par Kass Reich, qui sera racontée à 18 h en français (et à 18 h 45 en anglais). Ce conte d’une trentaine de minutes s’inspire de l’histoire véridique « d’un brave bouc, véritable héros de guerre », et de son parcours depuis sa petite ville des Prairies jusqu’aux tranchées de la Première Guerre mondiale. Les activités proposées sont liées aux programmes de Scouts Canada, de Guides du Canada et des Cadets.

Renseignements : museedelaguerre.ca ; 819-776-7000

+++

Guy Bélizaire lance Rue des rêves brisés

L’auteur gatinois Guy Bélizaire lancera son nouvau roman, Rue des rêves brisés, le samedi 9 novembre à 16 h à la salle de conférences de la bibliothèque de la Maison du citoyen. Ce roman à paraître le 6 novembre « explore à nouveau les thèmes de l’exil, du racisme et de la nostalgie », indique son éditeur, L’Interligne, chez qui l’auteur a publié le recueil de nouvelles À l’ombre des érables et des palmiers, en 2018. « Lecture essentielle pour comprendre le vécu des immigrants au Canada, l’adaptation, le déchirement, la désillusion et l’espoir », ce récit se penche sur un adolescent montréalais d’origine haïtienne, dont le monde s’écroule lorsque ses parents lui annoncent que la famille repart vivre en Haïti. Né à Cap-Haïtien, Guy Bélizaire vit au Québec depuis une quarantaine d’années.

RSVP : guybelizaire@gmail.com

+++

Guy Bélizaire

Les Servantes de Jésus-Marie : un patrimoine cloîtré

La Maison de la culture accueille une conférence sur lwa congrégation des Servantes de Jésus-Marie, dont la présence en Outaouais remonte à 125 ans. « Toujours vivantes, les servantes de Jésus-Marie font partie de notre patrimoine. À l’aube de leur 125e anniversaire de fondation, un retour sur leur présence permet d’en saisir l’ampleur », expose la sociologue Marie Roy, qui animera cette conférence, le 7 novembre à 19 h. « Communauté exceptionnelle par ses origines modestes et locales », la congrégation des Servantes de Jésus-Marie est née en 1895, « dans une étable avoisinant l’église de Masson, aménagée en un modeste couvent », rappelle-t-elle. La communauté s’établira à Hull en 1902, offrant à ses membres une vie contemplative et cloîtrée, retrace la conférencière, qui promet une « histoire captivante ». Mme Roy est présidente de la Table régionale du patrimoine religieux de Laval-Laurentides-Lanaudière et Outaouais. Auparavant, elle a été administratrice-économe du diocèse de Gatineau. La conférence est organisée en collaboration avec le Centre régional d’archives de l’Outaouais.

Réservations : info@craoutaouais.ca ; 819-243-2345 #3205