Parmi les succès qui seront interprétés dans le cadre du spectacle, on compte l'incontournable classique My Girl de The Temptations.

Le rêve américain Motown

Motown The Musical retrace l'épopée en noir et blanc du label fondé à Détroit par Berry Gordy, fabrique à rêves de l'Amérique des années 60 et 70, devenu un empire légendaire.
Une soixantaine de classiques interprétés sur scène, presque autant de chorégraphies, 23 acteurs/chanteurs prêts à en découdre pour plus de 2 h 30 min de spectacle. Broadway exporte son arsenal musical du 25 au 30 juillet au Centre national des arts. Retour sur l'une des épopées majeures de la musique afro-américaine en compagnie de David Kaverman, chair et voix de Smokey Robinson.
Le spectacle débute par le rassemblement anniversaire des 25 ans de l'étiquette, explique le comédien, où se réunit une distribution cinq étoiles : Diana Ross, Michael Jackson, Stevie Wonder et Marvin Gaye, entre autres. « Bien plus qu'un concert, Motown the Musical fait découvrir les coulisses de la création de cette entreprise unique. » 
La Motown est reconnue comme un symbole de réussite dans l'histoire de la musique, née au coeur de bouleversements sociétaux aux États-Unis. Les années 60 connaissent un engouement pour les musiques interprétées par des Noirs : elle deviennent extrêmement populaires dans l'Amérique du combat pour les droits civiques et des discours enflammés de Martin Luther King. À Détroit, le compositeur Berry Gordy travaille pour Jackie Wilson et comprend mal pourquoi il touche des sommes misérables pour des tubes populaires.
Une Musique pour tous
The Miracles sera le premier groupe Motown à se hisser au sommet des palmarès.
« Les temps étaient difficiles pour ces artistes pionniers, raconte David Kaverman. Il s'agissait d'une époque où les gens s'attendaient à ce que la musique soit compartimentée entre la musique noire pour les Noirs et la musique blanche, pour les Blancs. Mais Berry Gordy a plutôt pensé que la musique était pour tout le monde, qu'elle ne faisait pas de distinction et parlait à tous de joies humaines, d'amour. »
Il décide de créer, en 1959, Tamla, sa propre maison de production, qui abritera bientôt d'autres étiquettes telles que Motown (contraction de Motor Town, surnom de Détroit), Gordy, Soul...
Parmi ses premiers poulains figurent Smokey Robinson, avec son groupe The Miracles.
« Berry Gordy et Smokey Robinson ont été les meilleurs amis pendant 50 ans, résume le comédien. Cette relation forte les a aidés en affaires parce qu'ils se faisaient vraiment confiance. Smokey a écrit beaucoup de musiques pour les artistes Motown, c'est d'ailleurs l'un des compositeurs les plus prolifiques du label. »
The Miracles sera le premier groupe Motown à se hisser au sommet des palmarès. «Smokey Robinson joue un rôle majeur dans le spectacle, il est l'un des jalons de l'histoire du label», précise son interprète.
Le son très léché des productions fait mouche. Lors de ses nombreuses recherches pour travailler le rôle, David Kaverman a trouvé cette analyse de Smokey Robinson fort à propos pour résumer le succès Motown : « Berry Gordy a su modeler les artistes qu'il produisait; certains étaient très jeunes, il les a aidés à se former en chant et en danse et en a fait des stars. Perfectionniste, il les encourageait à travailler encore plus fort. »
À 87 ans, Berry Gordy laisse un héritage précieux forgé sur la montée en puissance de la confiance afro-américaine. Dans la version musicale du « self-made-man », il aimait à dire : « Si tu travailles dur et traites les gens avec intégrité, tu peux vraiment réussir. »
Le gage ultime de son succès ? « On ne passe pas une journée sans entendre une chanson d'un artiste Motown, jouée quelque part, sous quelque forme que ce soit », conclut le comédien. 
Et parfois même, All Night Long...
Des titres inévitables
Chez Motown, le contrat avec la gloire n'a rien d'assuré. Il faut mouiller sa chemise pendant d'interminables tournées et remettre sans cesse son titre en jeu dans une compétition féroce entre les protégés de Berry Gordy : Smokey Robinson et Stevie Wonder ne laissent jamais Marvin Gaye en paix. Leurs succès se multiplient, que l'on entendra en entier ou par extraits lors du spectacle. En voici cinq incontournables : 
• My Girl 
The Temptations, 1964
Dancing In The Street
Martha & the Vandellas, 1964
I Heard It Through The Grapevine
Gladys Knight the Pips, 1967
ABC
The Jackson 5, 1969
What's Going On
Marvin Gaye, 1971
Pour y aller
Quand ? 25-30 juillet
Où ? Centre national des arts
Renseignements : Billetterie du CNA, au 613-947-7000, ou chez Ticketmaster, 1-888-991-2787