Le spectacle Toruk du Cirque du Soleil présenté à Québec en janvier 2016

Le retour du Cirque du Soleil en Arabie saoudite dérange des employés

MONTRÉAL - Les récentes tensions géopolitiques en Arabie saoudite ne sont pas suffisantes pour convaincre le Cirque du Soleil d’annuler les spectacles prévus dans ce pays le mois prochain, ce qui soulève un malaise chez certains de ses employés, a appris La Presse canadienne.

Après des arrêts en Italie, en Allemagne et en Croatie, la troupe québécoise fera un arrêt à Riyad du 17 au 29 décembre afin d’y offrir 17 représentations de «Toruk, le premier envol», inspiré du film Avatar, réalisé par James Cameron. Pour l’occasion, le président et chef de la direction de la compagnie, Daniel Lamarre, sera sur place.

Mais à la lumière des récents événements ayant déclenché une crise politique internationale, des artisans se demandent comment le Cirque, qui planifie son passage en Arabie saoudite depuis environ un an après une première tentative qui ne s’est pas concrétisée, refuse de changer son fusil d’épaule.

«L’approche est dogmatique et le message envoyé par l’entreprise est «nous sommes une entreprise, nous voulons faire de l’argent et nous somme une compagnie apolitique»», a expliqué à La Presse canadienne un des artisans de «Toruk», sous le couvert de l’anonymat, par crainte de représailles.

Celle-ci, ainsi que d’autres employés de cette tournée, ont décidé de faire part publiquement de leur mécontentement après avoir pris connaissance des propos du fondateur du Cirque, Guy Laliberté, qui, le 25 octobre, avait exprimé un certain malaise vis-à-vis la performance offerte par la troupe dans ce pays le 23 septembre dernier. Des approches ont été tentées par les artisans auprès des dirigeants de la tournée dans l’espoir que ces derniers changent d’idée. Rien n’a fonctionné, ont-ils déploré.

Au cours des dernières semaines, le royaume est devenu la cible de virulentes critiques de la part des membres de la communauté internationale pour le meurtre brutal du journaliste dissident Jamal Khashoggi dans un consulat à Istanbul, en Turquie, le 2 octobre. Par exemple, de nombreuses personnalités avaient annoncé un boycottage, à la fin octobre, d’une importante conférence économique, surnommée le Davos du désert, qui s’est déroulée en Arabie saoudite.

Un des quatre piliers du Cirque, selon son site web, est de se «conduire comme un acteur responsable des changements dans les communautés».

«Nous ne sommes plus des agents du changement, a déploré un autre employé de la troupe. Nous ne pensons plus que l’Arabie saoudite a pris des moyens pour se moderniser. C’est une décision d’affaires. Le Cirque n’est désormais qu’une entreprise.»

Cette personne s’explique mal la décision de l’entreprise, alors qu’en 2016, elle avait annulé plusieurs représentations de son spectacle «Ovo» en Caroline du Nord afin de protester contre une loi limitant les protections anti-discrimination offertes aux membres de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT).

Controversée et difficile

En entrevue avec La Presse canadienne, la directrice principale des relations publiques du Cirque, Marie-Hélène Lagacé, a affirmé que la troupe avait signé une entente, précisant au passage que cela n’avait pas empêché la haute direction de jongler avec l’idée d’annuler son passage en Arabie saoudite.

«Ce serait mentir de dire que cela n’a pas créé un malaise, a-t-elle dit. Nous avons aussi eu des discussions avec nos employés là-dessus. Les réactions entourant ces événements sont très émotives.»

Si la décision d’aller de l’avant a été «très difficile à prendre», Mme Lagacé a affirmé que le Cirque avait, après des semaines de discussions, décidé d’adopter une approche «cohérente» dans ses «choix d’entreprise par rapport à l’ensemble des marchés dans lesquels elle offre des spectacles.»

«En le faisant (de se retirer) pour l’Arabie saoudite, on va devoir le faire ailleurs si nous voulons être cohérents, a-t-elle analysé. Comment on justifie qu’on ne va pas dans ce pays, mais que nous allons dans d’autres marchés, où, potentiellement, il y a d’autres enjeux aussi graves?»

Celle-ci a rappelé que l’entreprise présentait ses différents spectacles dans plus de 60 pays.

«Nous en sommes venus à la conclusion que ce que l’on fait dans la vie, c’est de présenter des spectacles, c’est d’offrir du divertissement qui sert à inspirer les gens, a dit Mme Lagacé. C’est important pour nous que notre présence dans n’importe quel marché du monde ne soit pas un geste politique.»

Résignés, les artisans de «Toruk» ayant contacté La Presse canadienne envisagent d’accompagner la troupe en Arabie saoudite. Selon eux, changer d’idée à ce moment-ci pourrait se traduire par l’annulation de leur contrat pour le reste de la tournée, qui doit se terminer à la fin juin à Londres.

«Pour des artistes qui vivent grâce à des contrats, c’est difficile de savoir quel sera notre prochain emploi, a raconté l’un d’entre eux. Aussi, pour ceux qui espèrent travailler à long terme avec le Cirque, cette situation pourrait avoir des répercussions sur leur relation à long terme avec l’entreprise.»

Image intacte

Si le Cirque risque d’être écorché à court terme pour son passage en Arabie saoudite, son image devrait néanmoins demeurer intacte à long terme, croit Caroline Lacroix, professeure du département de marketing de l’École des sciences de la gestion.

«Dans la foulée des événements récents, c’est certain que cela va affecter l’image de la marque, du moins, à court terme, car l’incident est grave, a-t-elle dit. Je pense que ça affectera notamment l’image auprès des Québécois, mais qu’il n’y aura pas nécessairement d’impact pour l’entreprise sur le plan financier.»

Depuis 2015, la firme d’investissement américaine TPG Capital détient 60 pour cent du Cirque, alors que la part de la firme chinoise Fosun Capital Group est de 20 pour cent. La Caisse de dépôt et placement du Québec possède 10 pour cent de l’entreprise, soit la même part que M. Laliberté.

La propriété étrangère du Cirque n’a «aucunement» joué un rôle dans la décision qui a été prise entourant la présence de la troupe en Arabie saoudite, a dit Mme Lagacé.

Le fondateur de la troupe n’a pas voulu commenter le passage de l’entreprise dans ce pays à compter de la mi-décembre.