Le CNA se questionnera sur l'empreinte écologique du théâtre

Le Centre national des arts (CNA) sera l’hôte – virtuel – d’un grand événement destiné à «repenser le théâtre»... dans le sens de «repenser son empreinte» dans le contexte de la lutte contre le réchauffement climatique.

Trois pays participeront à cet événement d’envergure qui se déroulera – en anglais – du 10 au 12 juin sous le titre «Green Rooms» ( ou «The Earth is Watching… Let’s Act » dans sa version complète, qui signifie Les salons verts: la Terre nous surveille... Agissons).

Le CNA a dévoilé lundi 1er juin les premiers détails de cette expérience numérique au cours de laquelle des artistes et des organismes artistiques chercheront à «repenser leurs pratiques et leur programmation» en  explorant comment « réduire leur impact environnemental, promouvoir le développement durable et la justice sociale, et investir dans le bien-être de notre planète».

On y attend 120 participants, artistes et praticiens, mais aussi «dirigeants et scientifiques». Ceux-ci proviendront de six villes canadiennes (Vancouver, Winnipeg, Toronto, Kingston, Montréal et Halifax) ainsi que Londres et New York.  Leurs discussions et seront diffusée en direct.

Cette «expérience numérique» chapeautée par le Théâtre anglais du CNA est organisée sous l’égide des co-commissaires Sarah Garton Stanley et Chantal Bilodeau. 

Directrice artistique associée du théâtre anglais du CNA, Mme Garton Stanley est à la l’origine du Cycle, une trilogie d’initiatives de recherches menées par des artistes autour de grands enjeux sociaux. Dramaturge et traductrice, Mme Bilodeau est directrice artistique du Cycle arctique.

«Alors que nos communautés théâtrales livrent un combat pour assurer leur avenir [dans un contexte de pandémie mondiale], la Terre mène un combat pour assurer le sien. [...] The Green Rooms espère faire partie des éléments positifs qui pourront en ressortir» estime Sarah Garton Stanley.


Création collective

Dans le passé, les sujets d’études du Cycle ont été Le spectacle autochtone (2014-2015) et Les artistes sourds, handicapés ou vivant avec une maladie mentale et l’inclusion (2016-2017). Pour la saison 2019-2020 le champ d’intervention du Cycle concerne Les changements climatiques

Ce rassemblement virtuel de taille inusitée, ses organisateurs le décrivent comme un « espace mouvementé de pique-nique, de rassemblement et de co-création ». Via des appels conférences Zoom, les participants auront l’occasion d’entendre des chefs de file en action climatique, en économie écologique et en humanités environnementales, ainsi que des artistes ayant «trouvé des moyens innovateurs de s’attaquer à la crise climatique». En groupe, ils «créeront ensemble à l’aide de sons et d’éléments visuels». Les diffusions en direct seront accessibles au public dès le 10 juin, à 16 h 30 (HAE), sur le site web du CNA.

L’horaire détaillé (et encore sujet à changements, note le CNA) se trouve ici.

L’initiative est le fruit d’un partenariat entre le CNA, le Conseil des arts du Canada, le Festival of Live Digital Art (FOLDA), la Ville de Kingston, l’École nationale de théâtre, et HowlRound Theatre Commons.


Un CNA plus «vert»

En marge du Cycle des changements climatiques, le CNA fait valoir qu’il a pris des «mesures concrètes et mesurables» pour réduire son empreinte carbone. 

«Grâce à de meilleures pratiques de gestion énergétique», le CNA dit avoir «réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 12,5 % entre 2017 et 2019». Son objectif pour 2020 est de réduire de «plus de 1 200 tonnes» ses émissions de CO2, ce qui représente «une réduction de 17 % par rapport à 2019».