Les comédiens Marc-André Charette, Renée Aubin, Catherine Rousseau (en remplacement Marie-Ève Fortier, qu'on voit sur cette photo) et Patrick Potvin porteront la pièce <em>Personnages de légende</em> cet été.
Les comédiens Marc-André Charette, Renée Aubin, Catherine Rousseau (en remplacement Marie-Ève Fortier, qu'on voit sur cette photo) et Patrick Potvin porteront la pièce <em>Personnages de légende</em> cet été.

La pièce Personnages de légende sera rejouée à travers la Ville cet été

Le Théâtre Dérives Urbaines (TDU) s’apprête à offrir, devant public, des mises en lecture de sa pièce patrimoniale Personnages de légende

Il s’agira de mises en lecture «devant public», gratuites et en plein air, précise le TDU. Des mesures de sécurité seront prises pour respecter la distanciation sociale, souligne la compagnie. Le public est convié à apporter chaises pliantes, couvertures et crème solaire.

La première aura lieu 9 août à 13h30, à la Place de la Francophonie (à côté du Théâtre de l’Île, dans le secteur Hull).

Personnages de légende a été présentée à ciel ouvert chaque été, depuis 2017.

Contrairement à d'autres productions de Dérives urbaines, le public n’avait pas à marcher pour en découvrir les chapitres en suivant un itinéraire. 

Mais le nomadisme étant gravé dans l'ADN de Dérives Urbaines, la pièce sera présentée au Parc des Cèdres d’Aylmer la semaine suivante (15 août à 18h30) puis devant le Quai des Artistes, dans le secteur Gatineau (22 août à 13h30). Les trois représentations sont gratuites.

Écrite par Luc Moquin, cette pièce retrace l’évolution de la ville de Hull à travers diverses saynètes, tout en redonnant vie à plusieurs de ses résidents devenus des figures historiques de l’Outaouais. 


La belle époque des radio-théâtres

«Nous sommes très fiers de pouvoir continuer à faire vivre le spectacle sous une autre forme», indique le metteur en scène de Personnages de légende,  Mathieu Charette.

«Cet été, c’est essentiellement la voix des comédiens qui vous fera voyager à travers l’histoire de la région. C’est un retour à la belle époque des radio-théâtres, qui simplement par la force de l’interprétation des comédiens et sans l’aide d’un apport visuel, interpellaient directement l’imagination des spectateurs», évoque M. Charette, également co-directeur artistique de la compagnie. 

La pièce replonge dans les années 1800, époque de l’établissement de Philemon Wright dans la région, puis raconte l’évolution de la ville à travers différents fils thématiques. Ces «liens» font «ressortir les éléments qui fondent l’identité de la ville et de la région : le bois, le feu et l’eau. 

Ainsi, le bois renvoie à l’industrie forestière, aux « raftmen » et aux allumettières. Le feu se veut celui des forges de l’ère industrielle, et celui d’incendies dévastateurs. L’eau évoque les rivières qui ont « transporté les coureurs des bois comme les trafiquants de la prohibition, les « steamships » comme les billots».

Cette offre virtuelle de théâtre s’inscrit dans le cadre d’«Un été sans pareil», qui regroupe des activités culturelles présentées par la Ville de Gatineau.

Renseignements: derivesurbaines.org ; 819 595-3436 ; Facebook.