Alice Pascual dans Madame Catherine prépare sa classe de troisième pour l’irrémédiable.

La nouvelle Scène: une 20e saison «intense»

La Nouvelle Scène Gilles Desjardins a 20 ans. Pour son anniversaire, le diffuseur franco-ontarien s’offre une programmation variée et actuelle, qui se décline en théâtre, en danse, en spectacles interactifs et en réalité virtuelle.

Les 16 productions dévoilées mardi célèbrent trois anniversaires à la fois. Élaborée par les quatre théâtres fondateurs et résidents de La Nouvelle Scène, soit ceux du Trillium, la Catapulte, de la Vieille 17 et Vox Théâtre, la saison 2019-2020 marque aussi les 40 ans des deux dernières compagnies.

Cette sélection « est le plus beau cadeau dont on pouvait rêver pour cette vingtième saison », applaudit le directeur artistique du Théâtre du Trillium, Pierre Antoine Lafon Simard.

« On a une saison qui reflète le meilleur des productions des quatre compagnies, dont La Nouvelle Scène est la maison, le lieu de création et le lieu de diffusion, mais aussi qui accueille des artistes de partout au pays qui, à travers les formes, les genres, les styles, définissent le meilleur de ce qui se fait sur scène en ce moment. »

Après avoir plongé au cœur des intimités dans la saison qui se termine, La Nouvelle Scène braquera ses projecteurs sur l’actualité. Ainsi, Embrigadés ouvrira le bal le 4 octobre avec une partition à trois sur la radicalisation violente. Suivra Just In (24 au 26 octobre), fable kafkaïenne dans laquelle un homme se réveille et découvre qu’il est Justin Trudeau.

Du 6 au 9 novembre, le Théâtre du Trillium s’aventurera en terrain numérique dans Jeff Koons. Les acteurs sur scène seront coiffés d’un casque de réalité virtuelle. Ce qu’ils y voient sera projeté au-dessus d’eux.

Lamelles, de Cédric Delorme-Bouchard

« La danse cette année est particulièrement forte. » Lamelles (21 au 23 novembre) mariera les talents de chorégraphe et d’éclairagiste de Cédric Delorme-Bouchard. La production sera offerte en doublé avec le « solo pour tapis roulant » Running Piece. « C’est un spectacle qui fait le tour du monde en ce moment, précise le directeur artistique. On ne veut pas faire partie de ceux qui l’auront manqué ! »

Du 28 janvier au 1er février 2020, Un conte de l’apocalypse fera la chronique d’un régime de terreur imposé par des extrémistes du Parti vert. Pour le Mois de l’histoire des Noirs, la femme et la spiritualité haïtienne seront à l’honneur dans Manman la mer, de Djennie Laguerre (8 au 15 février).

Un deuxième doublé : du 27 au 29 février, Nombre et Foreign Radical réservent chacun au spectateur un rôle au premier plan. Tandis que Foreign Radical prend la forme d’un jeu de groupe, dans Nombre, « tout est fait pour créer des relations. Et à la fin, tout le monde sort de là en se prenant dans ses bras. »

Inspirée de l’univers visuel de l’artiste Stefan Thompson, Mishka Lavigne présentera ses Copeaux poétiques et imagés (10 au 14 mars). La pièce documentaire Panama (1er au 4 avril), fruit d’une enquête d’un an par l’actrice Marie-Ève Fontaine et le photographe Jonathan Lorange, se penchera sur les échanges épistolaires qu’ont réellement partagés une Américaine de 10 ans et le colonel panaméen Manuel Noriega.

En fin de saison, Madame Catherine, de Madame Catherine prépare sa classe de troisième pour l’irrémédiable, déménagera son tableau et son humour noirs à Ottawa (16 au 18 avril). La pièce « a eu un immense succès à Montréal. Elle pose des questions importantes sur la violence dans les écoles, particulièrement aux États-Unis. »

Pour les jeunes publics, Mots de jeux (25 avril) et L’écho de l’écume (2 mai) amuseront les plus petits. La plus grosse poutine du monde sera servie aux adolescents pour une deuxième année (30 novembre).

La plus grosse poutine du monde, adaptation du roman d’Andrée Poulin (récipiendaire du Prix littéraire Le Droit)

À la billetterie

La billetterie aussi proposera des nouveautés. Les résidents d’Ottawa ayant un code postal commençant par K1N auront droit à un « tarif voisin » réduit de 25 %. Enfin, les jours des premières, la formule « Nomme ton prix » laissera les spectateurs déterminer le coût de leur entrée en fonction des places disponibles.