Adib Alkhalidey et Pierre-Luc Pomerleau étaient les têtes d’affiche de cette première soirée du FHG qui se déroule à la belle étoile jusqu’à samedi soir.

Humour et chaleur au rendez-vous

La brise qui soufflait sur la Place de la Cité à Gatineau jeudi soir et les blagues des comiques sur scène ont allégé les désagréments de la chaleur accablante pour les spectateurs présents au Festival de l’humour de Gatineau (FHG).

Adib Alkhalidey et Pierre-Luc Pomerleau étaient les têtes d’affiche de cette première soirée du FHG qui se déroule à la belle étoile jusqu’à samedi soir.

Malgré la chaleur, des amateurs d’humour se sont présentés sur les lieux dès 17 h afin d’être aux premières loges à l’ouverture du rideau à 20 h.

«On voit qu’il y a un intérêt, un engouement pour le Festival», a indiqué Pierre-Luc Pomerleau, humoriste et animateur de la soirée.

Marc-Antoine Massicotte, président et cofondateur du FHG, a indiqué que des mesures ont été prises jeudi pour aider les gens à tenir le coup devant la chaleur extrême en offrant des bouteilles d’eau à ceux qui le désirent et en laissant les fontaines fonctionner pour les personnes qui voulaient se rafraîchir. L’équipe de premiers soins était aux aguets, a aussi indiqué M. Massicotte.

Il s’agit de la deuxième édition du FHG où quelque 27 humoristes, établis et de la relève, fouleront la scène pour dérider la foule.

«Étant donné que nous en sommes à une deuxième année d’existence, nous n’en sommes pas à l’étape de se réinventer. Nous sommes dans la continuité», a partagé M. Massicotte.

«Les commentaires l’année dernière avaient été phénoménaux. L’expérience avait été superbe. Je pense que l’ajout de la relève de l’École nationale de l’humour, c’est l’fun. On a plus d’humoristes cette année. C’est définitivement l’une des clés», a continué M. Massicotte, tout en soulignant la diversité des types d’humoristes présents.

«Il y en a pour tous les goûts, a-t-il ajouté. Le but est que ce soit inclusif, que ce soit l’fun pour tout le monde».

Les spectacles extérieurs présentent certains défis pour les humoristes, a noté Pierre-Luc Pomerleau.

«Le fait qu’il n’y ait pas de plafond ni de murs, on n’a pas toujours la réaction et les rires des gens. Ça se perd dans la nature. Des fois, c’est difficile d’avoir le pouls du public. J’en ai fait des spectacles extérieurs. Des fois, on sent la réaction des gens super bien, d’autres fois on ne sent rien parce que les gens sont loin. D’après mon feeling et mon expérience, le set-up actuel ici est numéro 1. Les gens sont bien assis, tout le monde verra bien, il y a un écran géant, tout est là pour que ce soit super !», a commenté l’humoriste.

Mike Ward est l’artiste-vedette du spectacle de vendredi soir. Il sera notamment précédé du Gatinois Alex Bisaillon.

Alexandre Barrette, Marco Métivier, Réal Béland, Mehdi Bousaidan et des finissants de l’École de l’humour clôturent le FHG, samedi.