ALA.NI sera de passage à Ottawa le 30 juin en compagnie du guitariste Marvin Dolly.

Festival de jazz d'Ottawa: nos suggestions

Le Jazzfest prend d’assaut les rues et les parcs d’Ottawa, du 21 juin au 1er juillet. Les amateurs se précipiteront sans doute sur les spectacles des têtes d’affiche que sont Dee Dee Bridgewater, Herbie Hancock, Shaka Khan, voire Béla Fleck et le Français St Germain. Mais le festival recèle de nombreuses perles, parmi ses quelque 75 formations invitées. Voici quelques suggestions/coups de cœur rapides.

ALA.NI

30 Juin, à 20 h

Quatrième Salle (Centre National des Arts)

Londonienne aux origines caribéennes, mais ayant élu domicile à Paris, la chanteuse ALA.NI connaît un succès foudroyant depuis la parution de You & I, en 2016. Avant de lancer sa carrière solo, elle a accompagné à titre de choriste Andrea Bocelli, Mary J. Blige et Blur. Estomaqué par le talent brut d’ALA.Ni, Damon Albarn, pilier de Blur et Gorillaz, s’est empressé d’en faire sa protégée. Les enregistrements de You & I, au charme volontairement rétro, évoquent l’époque des gramophones qui craquent. Le velours délicat de la voix réveille les fantômes de Billie Holiday ou de Cole Porter. Et bien qu’elle métisse ses chansons jazz de soul, de blues, d’éléments trip-hop, de percussions traditionnelles ou de couches harmoniques, ALA.NI est toujours à fleur d’émotion. À Ottawa, elle se présente en compagnie du guitariste Marvin Dolly.

Bria Skonberg

21 juin, à 19 h 30

Scène Tartan Homes (Lisgar Field)

Bria Skonberg

Le directeur artistique du Festival de jazz d’Ottawa Petr Cancurra a invité plusieurs trompettistes extraordinaires, dont l’Ontarien Joe Sullivan, l’Américain Chris Botti et la chanteuse et trompettiste Bria Skonberg. Tout sourit à la Canadienne depuis qu’elle a migré à New York, en 2010. Le magazine Down Beat a classé la Britanno-Colombienne parmi les « 25 musiciennes de l’avenir ». Le Wall Street Journal porte aux nues sa versatilité. Sa finesse d’interprétation, mais aussi la sensibilité pop et l’approche moderne de cette « millennium », sont applaudies partout. Les jurés des prix Juno lui ont remis un trophée pour son premier album, Bria. On se greffe à ce concert de louanges : la brillante Bria n’a pas fini de secouer la planète jazz. À Ottawa, elle se produit en formule quartet.

Les Shake Stew

25 Juin, à 18 h

Quatrième Salle (Centre national des Art)

Les Shake Stew

Vous préférez les gros orchestres cuivrés qui décoiffent que les ambiances tamisées ? Pas de souci : le jazzfest en a plein, de ces bandes festives : Marsh Dondurma (16 musiciens venus de Jérusalem), The Soul Motivators (bande torontoise vautrée dans le funk, la soul et les parenthèses psychédéliques, tribales ou hip-hop), The Heavyweights Brass Band (un quintette torontois inspiré de la Nouvelle-Orléans, mais moderne et explosif), ou encore Les Bank Street Bonbons, d’Ottawa. Nous, on est particulièrement curieux de découvrir le Shake Stew, un septuor autrichien qui ose se pointer sur scène avec deux batteries et deux contrebasses, et qui est en train de conquérir la planète jazz grâce à un savant mélange de vibrations jazz et de grooves afrobeats, de compositions élégantes, d’improvisations sauvages et de paysages sonores qui finissent par se métamorphoser.