Diane Dufresne

En choeur avec Diane Dufresne au Franco [PHOTOS]

« Ne tuons pas la beauté du monde. Ne tuons pas la beauté du monde. »

Le souhait de Diane Dufresne aura finalement été exaucé, samedi soir, alors que des centaines de Franco-Ontariens se sont mis à fredonner en choeur avec elle lors de son interprétation de la chanson Hymne à la beauté du monde, à la 44e édition du Festival franco-ontarien.

En entrevue avec Le Droit vendredi, la chanteuse québécoise originaire de Montréal confiait souhaiter que les spectateurs chantent ladite chanson avec elle, ou au moins, qu’ils fredonnent l’air de celle-ci.

Accueillie chaleureusement par la foule, la diva septuagénaire a également interprété deux titres, en solo, qui se retrouvent sur son dernier album Meilleur après, soit Mais vivre et Comme un damné.

La chanteuse a ensuite livré une prestation énergique de son classique intitulé Oxygène avant de s’attirer une vague d’applaudissements.

Diane Dufresne.

Diane Dufresne était accompagnée de six artistes sur la scène du parc Major’s Hill, à Ottawa. Patrice Michaud, Brigitte Boisjoli, Mehdi Cayenne, Mélissa Ouimet, Pierre Guitard et Zaza Finger, se sont tous approprié quelques morceaux de la rebelle chanteuse afin de lui faire un « salut ».

Mise de l’avant en 2009 à l’émission Star Académie, Brigitte Boisjoli a particulièrement fait bouger la foule avec son interprétation de la chanson Rock pour un gars d’bicycle.

Cadeau de Dame Nature

Alors que la météo n’a cessé de s’acharner sur les festivaliers ces derniers jours, elle leur a tout de même donné un beau cadeau en délaissant la pluie au profit du soleil et de quelques nuages au moment de commencer le spectacle.

Mais Dame Nature aura tout de même eu son rôle à jouer, cette année, au Franco.

« Quand il pleut, c’est certain qu’il y a des gens qui sont moins portés à venir passer une après-midi ou une soirée dehors au festival », reconnait Kim Murray, directrice des communications pour le Festival franco-ontarien.

Mme Murray soutient malgré tout que l’organisation du Festival est satisfaite de la réponse des Franco-Ontariens.

« Il y a quand même plusieurs personnes qui se sont déplacées, dit-elle. On a des gros spectacles alors les gens se déplacent quand même et dans la pluie, on dirait qu’il y a une adrénaline de plus qui s’installe et qui rend le show encore plus intense.»

Cette année, pas moins d’une centaine de bénévoles ont participé à la mise en œuvre du Franco.

« On vous dit un gros merci, lance Mme Murray. Sans vous, le festival ne serait pas possible.»