Philippe Laprise effectuera une première incursion dans l’univers du talk-show par l’entremise de l’émission Cuvée comique. Présentée à Z, la première saison comprendra dix émissions pendant lesquelles on verra défiler des duos d’humoristes ayant développé des liens d’amitié.
Philippe Laprise effectuera une première incursion dans l’univers du talk-show par l’entremise de l’émission Cuvée comique. Présentée à Z, la première saison comprendra dix émissions pendant lesquelles on verra défiler des duos d’humoristes ayant développé des liens d’amitié.

Cuvée comique, le nouveau défi de Philippe Laprise

Même le coronavirus ne viendra pas à bout de Cuvée comique, une nouvelle émission animée par Philippe Laprise. Certes, le sombre vilain a compromis la tenue des enregistrements devant public qui devaient se dérouler ce mois-ci, mais ce projet demeure fermement sur les rails. En juillet, les dix épisodes que Z entend diffuser à l’automne seront mis en boîte.

«Il n’y a jamais eu de doute. Les gens de Z et de Bell étaient convaincus que ça pourrait marcher parce que le concept est malléable. La différence est qu’on le fera à huis clos. La première saison sera plus conviviale», a mentionné l’humoriste saguenéen au cours d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Il se trouvait justement parmi les siens, pendant la semaine de relâche, quand on lui a proposé d’animer Cuvée comique. D’emblée, cette offre lui a souri, ne serait-ce que pour l’élément de nouveauté qu’elle comporte. Comme il y aura deux invités, des humoristes dont l’amitié a pris une dimension personnelle, pas juste professionnelle, son rôle sera différent.

«Cette formule est proche de celle du talk-show, ce qui constitue pour moi un beau défi. C’est seulement pendant l’introduction, quelque chose comme deux minutes, que je devrai puncher. Après, ce sont les autres que je ferai briller. Ma responsabilité sera de les accompagner, de mettre de l’avant les duos d’amitié», analyse Philippe Laprise.

À quelque chose, malheur est bon. Le délai imposé par la pandémie donne plus de temps à l’équipe pour peaufiner l’émission, dont chaque épisode durera 30 minutes. «Ça nous permet d’améliorer la formule et je trouve ça cool, vu que c’est peu fréquent d’avoir cette chance. Construire quelque chose, c’est ce qui me stimule le plus», confie l’humoriste.

L’identité des invités n’a pas été dévoilée, mais pour illustrer ce qu’on attend d’eux, Philippe Laprise fait état de son amitié avec l’humoriste Pierre Hébert. Puisqu’elle embrasse plusieurs strates de leur vie, il y aurait plein de dimensions à explorer si on leur faisait passer le test de Cuvée comique. Certes, les recherchistes baliseront un certain nombre de pistes, mais une fois rendu en studio, Dieu sait ce qui émergera.

«C’est pour cette raison que ce sera fait live, quitte à procéder à un montage. Si l’un des invités part sur quelque chose d’imprévu, c’est sûr que je vais le laisser aller, fait observer l’humoriste. En même temps, je m’assurerai que les gens abordent les épisodes de leur vie que je souhaite évoquer.»

Vers le quatrième spectacle

Côté scène, par ailleurs, Philippe Laprise se trouve dans une drôle de position. Il est coincé entre son troisième one-man-show, Je m’en occupe, et le quatrième, dont le rodage sera amorcé dans les premiers mois de 2021. Des sorties ont été annulées, notamment celles qui devaient le mener au Nouveau-Brunswick. D’autres ont été reportées, dans l’espoir que les normes sanitaires seront assouplies dans l’intervalle.

«La seule chose qui est sûre, c’est que je donnerai un spectacle près de Montréal afin d’enregistrer mon DVD, puisqu’il sera diffusé par TVA. Si ça ne fonctionne pas à l’automne, j’attendrai après les Fêtes», indique l’humoriste.

C’est à ce moment que pourraient s’entrecroiser la production finissante et celle en devenir. Le rodage du quatrième spectacle doit en effet débuter en janvier, toujours à proximité de la Métropole. Quant à sa sortie officielle, elle est prévue pour l’automne 2021, dans la mesure où le coronavirus voudra se tenir tranquille.

«Je travaille avec la même équipe depuis le début de ma carrière et ce printemps, nous avons beaucoup de temps pour travailler. Six numéros ont été écrits jusqu’à maintenant, ce qui représente deux heures de matériel. Il reste d’autres idées à développer, cependant. L’objectif est de les tester sur la route jusqu’au moment où on pourra ramener ça à 1h 40», décrit Philippe Laprise.