La pièce Comment je suis devenu musulman est présentée au Centre des ars Shenkman, jeudi soir.

«Comment je suis devenu musulman»: mariage et clivages culturels

Aborder les clivages culturels qui peuvent naître d’une union mixte entre catholique et musulman, voici ce que propose avec humour et finesse la pièce autobiographique de Simon Boudreault, «Comment je suis devenu musulman».

La pièce présentée jeudi au Centre des arts Shenkman raconte l’histoire de Jean-François et Mariam, deux Québécois en couple depuis trois ans. Lui, catholique non pratiquant et athée. Elle, musulmane, d’origine marocaine. Alors que les amoureux attendent un enfant, les parents de Mariam paniquent et demandent qu’ils se marient sur-le-champ et que Jean-François se convertisse à l’islam. Et, pour couronner le tout, ce dernier apprend que sa mère à un cancer et qu’il ne lui reste que trois mois à vivre.

Inspirée de la propre vie du metteur en scène Simon Boudreault (Sauce brune), cette production de Simoniaques Théâtre se veut une comédie où des thèmes aussi profonds que la mort, la spiritualité, l’identité et la peur de l’autre sont abordés avec humour, finesse et surtout sans jugements ni complaisance.

« [Simon Boudreault] a fait le pari qu’on pouvait rire de nos travers et de nos maladresses quand on essaye de tendre la main à l’Autre », précise Jean-François Pronovost qui campe le rôle de Jean-François, l’amoureux de Mariam (Sounia Balha).

« Il aime faire tomber les tabous, et c’était important pour lui de les aborder même si c’était délicat. C’est fait avec sensibilité, doigté et respect. Donc c’est un spectacle très nuancé où il y a à la fois de l’humour et des moments très touchants », poursuit le comédien.

Sur les planches aux côtés de Jean-François Pronovost et Sounia Balha, Nabila Ben Youssef et Belkacem Lahbairi se glissent respectivement dans le rôle de la mère et du père de Mariam. Quant à Michel Laperrière et Marie Michaud, ils campent les parents de Jean-François.

Susciter des réflexions

Outre les clivages culturels, « il y a un conflit générationnel et un clash entre les croyances religieuses » dans la pièce. « Il voulait questionner les rituels et ce qui crée des divergences au-delà des croyances », explique Jean-François Pronovost.

La pièce Comment je suis devenu musulman est présentée au Centre des ars Shenkman, jeudi soir.

Ainsi la pièce n’est pas juste une comédie, mais suscite des réflexions et des discussions. « C’était indispensable pour lui d’engager ce dialogue. Mais aussi de porter ça sur scène pour que certaines personnes — comme les enfants d’immigrants — se reconnaissent et se disent que ces situations sont possibles. C’est une réalité d’ici », précise le comédien.

Comment je suis devenu musulman tourne depuis deux ans, mais Jean-François Pronovost, alias Passe-Montagne, a rejoint la pièce cet automne lors de l’ouverture de la saison du Théâtre du Rideau Vert à Montréal. Un rôle qui lui a permis de travailler de nouveau avec le metteur en scène Simon Boudreault.

« C’était aussi l’opportunité de jouer un personnage plus mature qui offre plus de possibilités de jeu dans le drame, dans le rire et de m’adresser à un public plus mature », confie celui qui a reçu, en 2019, un prix Gémeaux pour son rôle de Passe-Montagne dans la nouvelle mouture de Passe-Partout.

POUR Y ALLER

Quand : jeudi 9 janvier

Où : Centre des arts Shenkman à Orléans

Renseignements : mifo.ca