David Thibodeau, Jean-Denis Scott et Martin Vanasse récidivent pour les #Autopsie 2018.

#Autopsie 2018: s’amuser en terrain miné

Foi de coroners comiques, 2018 fut l’année de toutes les sensibilités. Jean-Denis Scott, David Thibodeau et Martin Vanasse transgressent à cœur joie les nouvelles règles de la rectitude politique dans le spectacle #Autopsie 2018, pour le plaisir libérateur de tous.

L’insolente revue de fin d’année, la seule en Outaouais, s’est visiblement forgé une place unique comme rendez-vous culturel des fêtes. Pour sa cinquième année, #Autopsie sera présenté en tout dix fois jusqu’au 16 décembre. Les gags ont été testés mercredi soir au Théâtre de l’Île devant une salle pratiquement comble. Et la cuvée en est une de qualité, a-t-on pu constater à la première.

La recette reste la même d’une année à l’autre ; une heure et demie de caricatures de l’actualité régionale, nationale et internationale dérident les spectateurs en stand-up, en sketches filmés d’avance et en musique. Comme 2018 fut l’année de l’appropriation cuturelle, une première vidéo a démarré l’autopsie dans les règles de l’art. Les trois radio-canadiens étant hommes et blancs, les rôles de « Jean-Denis », « David » et « Martin » ont été confiés à des minorités visibles, soit une femme autochtone, un Noir joué par le député Greg Fergus et... un roux. Mais comme les trois n’arrivaient pas à s’entendre sur laquelle des trois causes est la plus sensible, il a fallu que les « trois hommes blancs privilégiés » reviennent faire grincer les social justice warriors avec leurs « propos hétéronormatifs », vidéoclip d’ouverture savoureux à l’appui. Mesdames et messieurs, désolés, et bonsoir !

Parmi les manchettes régionales, les ours noirs ont volé la vedette et les collectes de déchets encombrants ont été servis à toutes les farces.

On aura entendu plusieurs vagues d’indignation amusée parcourir la salle, façon pour le public de jouer le jeu de l’offensé. Les tornades ont été au cœur d’un sympathique sketch dans lequel Jean-Denis explique le phénomène et ses impacts à son fils.

Le même concept a été repris pour l’actualité nationale, lorsque le garçon s’est questionné sur le travail désormais légal du papa de son ami devenu « tireur de joints ». Thème inévitable, le cannabis a saupoudré plusieurs gags — et comme l’ont souligné les hôtes de la soirée sur les défis de sa légalisation, avec des ours, des tornades et les « plantes en forme de chien » aux Mosaïcultures, en a-t-on vraiment besoin à Gatineau ?

Des moments forts de la soirée : les caméos auxquels se sont livrées plusieurs personnalités régionales. Du côté du conseil municipal de Gatineau, Louise Boudrias et Jocelyn Blondin ont été gentiment ébouriffés et ont rendu la pareille à leurs collègues lors de deux « épisodes » de Le temps d’une clope. On a découvert en Jocelyn Blondin un auteur de punchlines formidable dont les flèches ont décoché les rires parmi les plus hilares de la soirée.

Le nouveau ministre responsable de l’Outaouais Mathieu Lacombe a montré son sens de l’autodérision dans un sketch particulièrement succulent. L’ancien chef d’antenne à TVA Ottawa-Gatineau était omniprésent dans un téléjournal qu’il animait et qui fut suivi d’une publicité d’une agence de redressement financier. Et qui en était le « client satisfait » qui livrait son témoignage ? On vous laisse deviner...

L’actualité de 2018 a offert un terreau fertile aux gags, et les auteurs d’#Autopsie ne se sont pas gênés pour s’y aventurer. Les trois l’ont écorchée à coups de jeux de mots plus doux, de blagues grivoises et de cinglantes fessées verbales. Le spectacle mord, mais reste dépourvu de coups bas inutiles. Et les quelques moments d’hésitation, soir de première oblige, ont fait ressortir le talent d’improvisateur naturel des trois « gars de radio ».

Martin Vanasse, Jean-Denis Scott et David Thibodeau

+

POUR Y ALLER

Quand ? Plusieurs dates jusqu’au 16 décembre, à 20 h

Où ? Théâtre de l’Île

Renseignements et billets : ovation.qc.ca