Lors de la dernière journée du Festival international des arts de la rue, l’Ottavien Chris Pilsworth a présenté des tours de magie qui l’ont fait voyager à travers le monde.

Arts de la rue: 40 ans de magie avec Chris Pilsworth

Depuis 40 ans, l’Ottavien Chris Pilsworth fait de la magie. Avec la passion, le temps et surtout avec beaucoup d’heures de pratique, cet art a mené Chris a voyager à travers le monde.

« J’ai fait des spectacles en Asie, en Europe et plusieurs en Amérique du Nord », souligne-t-il.

La dernière journée du Festival international des arts de la rue d’Ottawa se déroulait lundi sur la rue Sparks. 

Pour l’occasion, dame Nature a mis le paquet afin d’offrir aux passants une des plus belles journées de l’été. 

Un ciel bleu complètement dégagé, un soleil plombant et de la chaleur, Chris ne pouvait demander mieux alors que des centaines de personnes se sont déplacées sur la rue Sparks pour assister à son numéro. 

Après avoir épaté les nombreuses familles sur place avec des trucs comme celui des anneaux chinois, ou encore en scindant une corde en deux... puis en trois, avant de la réunifier, Chris a pris quelques minutes de son temps pour s’entretenir avec Le Droit.

« C’est la première fois que je me donne en spectacle au Festival des arts de la rue et c’est génial, lance-t-il. De présenter mes trucs, dans la ville d’où je viens, c’est quelque chose de spécial pour moi. »

Le tout a commencé alors qu’il n’avait que 11 ans.

« Mon grand frère avait pris quelques livres de magie à la libraire et c’est là que j’ai eu la piqûre, avoue-t-il le sourire en coin. Un peu plus tard, nous sommes allés voir un spectacle de magie au Centre national des arts et c’était tout simplement incroyable. Je suis donc retourné à la bibliothèque pour me procurer des livres et je me suis mis à pratiquer tout au long de mon secondaire. Quelques années plus tard, je suis allé à l’Université d’Ottawa en design industriel et quand j’ai terminé le programme, j’ai décidé de tenter ma chance et d’essayer de gagner ma vie en faisant de la magie. Aujourd’hui, ça fait 32 ans que je travaille à temps plein comme magicien. »

En 1975, le magicien originaire d’Ottawa apprenait son premier tour de magie.

« Ça commencé avec un paquet de cartes. Quelqu’un choisissait une carte et j’étais en mesure de découvrir laquelle il avait choisie, confie-t-il. C’était un truc bien simple, mais c’est comme ça qu’on commence, avec les bases. »

En 32 ans de carrière, Chris a appris à exécuter une panoplie de trucs, mais il a de la difficulté à trouver son préféré.

« Ça dépend vraiment de l’audience, explique-t-il. Si je fais un spectacle pour des enfants, c’est certain qu’il y a des trucs plus amusants et plus appropriés pour eux que si je fais un spectacle pour des adultes par exemple. Je n’ai pas vraiment un truc préféré, mais j’ai plusieurs favoris qui se moulent bien aux différents types d’audience devant qui je me produis. »

Mais pour Chris, la magie sert avant tout à émerveiller et détendre les gens.

« Que les spectateurs passent du bon temps et qu’ils se sentent mieux à la fin du spectacle qu’au moment où il sont arrivés, pour moi c’est tout ce qui compte. »