Arts et spectacles

Le chant du cygne d’un conquérant

CRITIQUE / Dans Le Tigre bleu de l’Euphrate, toute la mégalomanie et les parts d’ombre d’Alexandre le Grand ont été imagées dans un monologue signé Laurent Gaudé. L’ultime discours du conquérant sur son lit de mort, prononcé par Emmanuel Schwartz seul, devient un spectacle puissant et évocateur, à la conjecture de trois talents exceptionnels.

Le metteur en scène Denis Marleau a visé juste en confiant l’entière interprétation du spectacle à Emmanuel Schwartz. Le comédien a fait resplendir la matière brute Gaudé lors de la première représentation ottavienne, mercredi soir au Centre national des arts (CNA).

Spectacles et théâtre

Notre-Dame de Paris : joies et déceptions à la cour des Miracles

Non, les murs de Notre-Dame de Paris ne se sont pas défraîchis, en 20 ans. On parle, bien sûr, de la Cathédrale bâtie par Luc Plamondon et Richard Cocciante circa 1998, et qui s’est érigée mardi 16 octobre au Centre national des arts, où l’illustre comédie musicale a pris l’affiche jusqu’à dimanche.

À l’exception de sa distribution, cette tournée anniversaire reprend en tout point (ou presque ; l’œil aguerri pourra noter quelques changements cosmétiques mineurs dans la mise en forme, mais le grand public, à moins d’avoir une mémoire d’éléphant et le sens du détail, n’y verra que du feu) l’œuvre originale.

Arts et spectacles

Le Tigre bleu de l'Euphrate au CNA

Dans Le Tigre bleu de l’Euphrate, pièce que le Centre national des arts accueille ce mercredi 17 octobre, jusqu’à samedi, le tigre du titre n’est nul autre qu’Alexandre le Grand.

Mais un félin agonisant. Un Alexandre rendu à la toute fin de son parcours. Qui interpelle la mort et l’interpelle avec autant fatalité que de soubresauts énergiques.

Arts et spectacles

Les arts en bref

Les événements du jour dans le monde des arts d'Ottawa-Gatineau, en quelques mots.

Angela Hewitt : à mi-chemin de son Odyssée

Angela Hewitt lance la deuxième partie de son Odyssée Bach. jeudi 18 octobre, en l’Église Dominion-Chalmers (355, rue Cooper). La pianiste ottavienne interprétera «au complet» le deuxième livre du Clavier bien tempéré, dans un «concert marathon de trois heures». Il s’agit du septième récital que Mme Hewitt consacre à l’oeuvre de Johann Sebastian Bach. Le huitième récital – sur les douze prévus – inclura la Fantaisie chromatique et la Fugue en ré mineur, deux chefs-d’œuvre de Bach. Il aura lieu en janvier, toujours à Dominion-Chalmers. Il s’agit des seules représentations canadiennes de cette série sur Bach présentée à Londres et New York, souligne le Chmberfest, qui coprésente l’événement, en partenariat avec l’Orchestre du Centre national des Arts. 

Billets : chamberfest.com ; 613-234-6306 ; 4 rue Florence, bureaux 201

Théâtre

Benoit Roy quitte le Théâtre du Trillium

Le Théâtre du Trillium a annoncé mardi le départ «imminent» de Benoit Roy.

M. Roy, qui était directeur administratif et codirecteur général de la compagnie depuis 10 ans, ne s’éloigne pas: il prendra de nouvelles fonctions à La Nouvelle Scène Gilles Desjardins, mentionne le Trillium, qui accueille ce départ «avec un énorme pincement au cœur».

Durant son mandat, «en plus d’assurer une saine gestion de l’organisme, Benoit a défendu avec un engagement et une rigueur inébranlables de nombreux dossiers touchant l’ensemble du milieu culturel», a réagi l’organisme.

« Cette compagnie je ne la quitte pas parce que je n’y crois plus, mais plutôt parce qu’après tant d’années j’ai besoin de nouvelles aventures», a pour sa part exprimé M. Roy, qui demeure «convaincu que l’équipe saura se renouveler et continuera à défendre l’art sous toutes ses formes avec la ferveur qu’on lui connaît».

Théâtre

Explorer l’âme de l’aventurier

Le Centre des arts Shenkman recevra vendredi 19 octobre le comédien Rémi-Pierre Paquin, qui enfile le manteau de l’explorateur Frédéric Dion, dans la pièce «Antarctique solo».

La pièce est basée sur le périple – en solitaire – qu’a vécu l’aventurier québécois dans le Grand Nord, et dont il a tiré le livre du même nom, écrit à quatre mains avec Bryan Perro.

Théâtre

Tout le monde est malheureux

Du 17 octobre au 17 novembre, le Théâtre de l’Île échappera à la grisaille saisonnière avec «La Déprime», une production communautaire drôlement colorée.

Écrite en 1981, la pièce de Denis Bouchard, Rémy Girard, Raymond Legault et Julie Vincent avait connu un énorme succès populaire à sa création. La distribution avait alors passé plus de trois ans à faire rire les publics partout au Québec.

Arts

Lionel Messi inspire le Cirque du Soleil

Le Cirque du Soleil plonge dans le monde du soccer.

Le joueur de soccer argentin Lionel Messi sera partenaire d’un spectacle qui sera créé par le Cirque du Soleil l’an prochain.

Ce spectacle sera inspiré par le talent et les exploits de la vedette du FC Barcelone.

Messi fera ainsi équipe avec le Groupe Cirque du Soleil et PopArt Music pour la création de ce spectacle qui sera lancé en collaboration avec Sony Music.

Dans un communiqué, Messi a mentionné qu’il était impressionnant et incroyable que le Cirque du Soleil crée un spectacle basé sur sa vie, sa passion et son sport. Il s’est dit convaincu que ce spectacle émerveillera les gens.

Jonathan Tétrault, président et chef de la direction des affaires au Cirque du Soleil, s’est pour sa part dit convaincu que cette production, qui donnera vie à l’héritage de Messi sur scène, touchera les gens et interpellera tous les amateurs de soccer.

Arts et spectacles

D’autres dates pour Paquin et Levac

La Maison de la culture de Gatineau recevra Laurent Paquin en supplémentaire le 22 mai 2019 (son spectacle Déplaire est à l’affiche le 19 octobre).

Katherine Levac, qui foulait les planches de la salle Odyssée les 10 et 11 octobre et qui est déjà programmée les 31 janvier et 1er février 2019, reviendra présenter Velours à la MCG le 14 juin 2019.

Les billets seront en vente à compter de vendredi 12 octobre à 10 h (salleodyssee.ca ; 819-243-2525).

Arts et Spectacles

Carrefour culturel

Les événements à venir dans le monde des arts.

Frapper l’imaginaire

Le combat, premier court-métrage de la réalisatrice franco-ontarienne Léa Pascal, ouvrira la première année du Festival VisuElles d’Ottawa. La propriétaire d’une boîte de production et réalisatrice de documentaires préparait une série sur l’univers de la lutte amateur lorsque son chemin a croisé celui de la lutteuse Marie-Eve Charest (photo). La rencontre lui a inspiré un court-métrage dans lequel la réalisatrice voulait frapper l’imaginaire : « L’univers de la lutte est parfait, car on y retrouve des personnages inspirés de la mythologie avec des combats entre les forces du bien et du mal. J’ai voulu pousser plus loin ce concept et l’identifier à notre propre combat intérieur. » Le combat sera projeté le vendredi 12 octobre, à 19 h 30, à la Nouvelle Scène Gilles Desjardins. Léa Pascal sera présente lors de la séance de visionnement. Le Festival VisuElles se déroulera du 12 au 14 octobre.

Renseignements : visuellesfilmfestival.com