Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Spectacles et théâtre

Vaches, the musical: un Broadway vachement franco

Forte de sa récolte de quatre prix à l’occasion de la 39e édition de Contact Ontarois, la comédie musicale franco-ontarienne Vaches, the musical peut rêver en grand.

«[À Contact Ontarois] il y avait une énergie vraiment malade dans la salle. On sentait que le spectacle faisait résonner quelque chose. L’ovation était instantanée. C’était spécial comme moment», avoue, ému, l’auteur et membre du groupe d’humour Improtéine, Stéphane Guertin.

Arts

Alain Choquette reporte son spectacle à Gatineau

Dans la foulée de la crise cardiaque dont a été victime Alain Choquette mercredi dernier, le Groupe Entourage a annoncé que l’illusionniste devra reporter toutes les dates prévues en février et en mars de sa tournée «La mémoire du temps». Ainsi le spectacle initialement prévu à Gatineau le 15 mars à 19h, a été déplacé au 1er juin à 19h.

La salle Odyssée a annoncé, ce mercredi, qu’elle communiquera avec tous les détenteurs de billets afin de leur proposer soit un échange de billets pour la nouvelle date soit un remboursement. Néanmoins, la date limite pour obtenir de nouveaux billets ou un remboursement est le 14 mars 2020.

Le magicien dont la vie n’est plus en danger «devra toutefois subir une importante chirurgie [ce qui] l’obligera à arrêter toutes activités professionnelles pendant les deux prochains mois afin de bien se remettre sur pied», avait indiqué, la semaine dernière, dans un communiqué le Groupe Entourage. 

Renseignements : 819 243-2525

Humour

Martin Petit: l’instinct du «Pyroman»

Martin Petit a repris son «Micro de feu» pour s’offrir un quatrième one man show, Pyroman. L’humoriste remonte ainsi sur les planches près de 10 ans après son dernier spectacle solo – couronné, comme les trois précédents – de l’Olivier du spectacle de l’année.

«Pyroman est une suite logique de mon dernier spectacle, lance Martin Petit, qui visitera Gatineau et Trois-Rivières, cette semaine. J’ai commencé un cycle. Je ne suis pas trop sûr de quel cycle, d’ailleurs», si ce n’est que le show lui permet de continuer à jouer avec le thème du feu. Et la thématique du «chaud», l’«attrait pour les sujets chauds» de société n’ayant pas diminué d’un pouce, chez Petit, qui a longtemps été chroniqueur, notamment au micro d’NRJ, de 2002 à 2007.

Théâtre

Une nouvelle DG pour l’Association des théâtres francophones du Canada

Lindsay Tremblay succèdera en mai à Geneviève Pineault au poste de directrice générale de l’Association des théâtres francophones du Canada (ATFC).

Mme Tremblay a déjà œuvré comme agente d’événements artistiques au Centre d’excellence artistique de l’Ontario ainsi qu’en tant qu’agente de production et de tournée au Théâtre Catapulte.

Le conseil d’administration de l’ATFC a indiqué, par voie de communiqué, que parmi ses qualités, «sa compréhension authentique et palpable des dossiers les plus importants touchant actuellement [du] secteur ont fait d’elle le choix naturel à la direction générale de l’ATFC».

Spectacles et théâtre

Lancement de la 39e édition de Contact Ontarois

La 39e édition de Contact Ontarois a officiellement débuté mardi, pour les délégués de ce « grand marché » des arts de la scène. Pour l’auditeur moyen, les activités ne débutent toutefois qu’aujourd’hui, mercredi, au Centre des arts Shenkman d’Orléans, avec les deux premières vitrines destinées au grand public.

Trois Québécois (Mathieu Lippé, Simon Denizard et Jessy Benjamin) et trois Acadiens (Joey Robin-Haché, Joannie Benoit et Frank William) partageront la scène de la salle Harold Shenkman, tandis que le Français Sèbe, le Fransaskois Mario Lepage (alias Ponteix) et l’Acadienne Chloé Beault fouleront les planches du Théâtre Richcraft. 

Chaque artiste aura une vingtaine de minutes pour tenter, foule et applaudimètre à l’appui, de convaincre les diffuseurs ontariens de les incorporer dans leur prochaine programmation, dans le cadre des Tournées Réseau Ontario.

En après-midi, une poignée d’autres artistes se produiront à l’école secondaire De La Salle, dans le cadre des vitrines jeunesse, réservées au public scolaire.

L’événement se prolongera jusqu’à samedi 18 janvier. Au total, 53 artistes sont invités à Ottawa cette année pour montrer de quel bois ils se chauffent aux délégués des 35 diffuseurs ontariens.

Jeudi, au Centre Shenkman, le grand public pourra apprécier — plusieurs talents ontariens — Édouard Landry, Janie Renée et Créations In Vivo — qui se mêleront à Mélissa Bédard, Wilfred LeBouthiller, Charles Robert, Marc Anger, Jacques Surette et Christian De La Luna. 

Une dizaine d’autres artistes ou créations théâtrales bénéficieront jeudi de vitrines spéciales, les « présentations éclair », pour faire valoir leur pertinence, en mode télégraphique.

Vendredi, Nicola Ciccone, le Gatinois Phil G. Smith, Reney Ray, le Duo Fortin-Poirier, Les Chiclettes, De Flore, Kelly Bado, Les Jacks et Caracol seront à l’affiche des vitrines grand public, toujours du côté d’Orléans.

À la Nouvelle Scène, vendredi, Le théâtre Belvédère propose l’intégralité du spectacle Mon corps délivré pour vous.

Arts

Pearl Jam et ZZ Top à Ottawa ce printemps

Pearl Jam s’arrêtera au Centre Canadian Tire d’Ottawa le 20 mars 2020, a annoncé lundi le CCT, en précisant que les billets pour ce concert ne seraient mis en vente que vendredi 24 janvier, à 10h.

Au Canada, la tournée de Pearl Jam passera par aussi par Toronto (le 18 mars), Québec (le 22) et Hamilton, le 24.

Les billets ne seront disponibles que via smartphone, en passant part les sites ticketmaster.ca et canadiantirecentre.com. Aucun billet ne sera accessible en personne via la billetterie du CCT. Ils ne seront pas non plus transférables.

Pearl Jam s’apprête à faire paraître son 11e album studio, Gigaton, dont la sortie est prévue pour le 27 mars. Le plus récent matériel du groupe – le disque Lightning Bolt – date de 2013.

Par ailleurs, le CCT a également annoncé lundi qu’il accueillerait ZZ Top le 16 mai prochain. Les Tres Hombres offriront «A Celebration With ZZ Top», tournée dont les billets seront mis en vente vendredi 17 janvier, à 10h.

La tournée démarrera le 29 avril à Victoria, en Colombie Britannique. À Ottawa, le trio de rock sera épaulé par Cheap Trick, à titres d’invité spécial.

Le trio texan – il est composé des rockeurs «à barbes Billy F Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard – a produit 15 albums studio, qui se sont vendus à quelque 30 millions d’exemplaires, au fil d’une carrière qui s’étend sur cinq décennies. 

Spectacles et théâtre

Chilly Gonzales: du piano solo jusqu’au Pilates musical global

Frigorifié par la température montréalaise flirtant avec moins 18 degrés Celsius, Chilly Gonzales confessait accuser un «choc total», quand il a décroché le téléphone pour évoquer la minisérie de concerts qu’il s’apprête à donner au Canada.

Le pianiste, qui a établi ses pénates à Cologne, en Allemagne, venait d’atterrir dans sa ville natale. «J’ai grandi ici, alors Je sais comment m’habiller», souriait le musicien néoclassique passé maître dans l’art de s’acclimater... moins aux rigueurs de l’hiver qu’aux genre musicaux les plus variés et aux collaborations artistiques les plus azimutées.

Spectacles et théâtre

Le chemin des «Immortels» [VIDÉO]

Bécaud et Dassin d’un bord, Dalida et Piaf, de l’autre; et Halliday juste à côté. Cinq grands disparus de la chanson française... mais cinq «Immortels», aussi, de par l’ampleur du legs et du répertoire.

C’est certainement le qualificatif que choisirait Joël Legendre, qui a assuré la mise en scène de ce spectacle hommage, logiquement intitulé Les Immortels.

Arts et spectacles

Le Festival franco-ontarien a un nouveau président

Le Festival franco-ontarien (FFO) a un nouveau président. Mathieu Gauthier a été nommé président de son conseil d’administration.

M. Gauthier assurait la vice-présidence du c.a. depuis l’an dernier. Le gestionnaire – il est présentement directeur des comptes pour la firme Oracle – siège sur le c.a. du Festival depuis six ans. Sa nomination prend effet ce mercredi 8 janvier.

Il succède à Josée Vaillancourt, qui présidait le c.a. depuis six ans, et dont le mandat a été caractérisé par une hausse de la clientèle scolaire, grâce aux liens qu’elle a tissé avec les conseils scolaires.

Le Franco accueille désormais «4 000 élèves par année et la demande continue d’augmenter», a précisé le FFO mercredi, par voie de communiqué.

«J’accueille avec beaucoup d’enthousiasme ce nouveau mandat. Je vois le Festival évoluer d’un autre œil depuis les six dernières années [...] et j’ai de belles idées pour le futur », a réagi M. Gauthier.

Justice et faits divers

«Courageuses»: Rozon gagne en appel

Le fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, a gain de cause contre «Les Courageuses» : la Cour d’appel a renversé le jugement de la Cour supérieure qui avait autorisé l’action collective du groupe de femmes contre lui pour 10 millions $.

Dans sa décision rendue mercredi, la Cour d’appel est toutefois divisée : deux juges ont accueilli l’appel de Gilbert Rozon, mais la troisième, Dominique Bélanger, l’aurait rejeté et laissé l’action collective se rendre jusqu’à procès.

Les fautes alléguées contre Gilbert Rozon dans cette poursuite sont des «questions individuelles qui devront être prouvées au cas par cas», et pour cette raison elles ne se qualifient pas pour une action collective, écrit la Cour d’appel.

Aucun tribunal ne s’est penché sur les gestes reprochés à l’ex-producteur de 65 ans par Les Courageuses. Cette décision rendue mercredi ne porte que sur la possibilité pour les femmes de se regrouper et de poursuivre ensemble, en se servant du mécanisme de l’action collective.

Et cela ne signifie pas forcément la fin des procédures.

Le juge Stephen Hamilton de la Cour d’appel — qui a rendu la décision pour la majorité — écrit dans le tout dernier paragraphe du jugement : «je réitère que cette conclusion ne porte que sur le véhicule procédural choisi par l’intimée, soit l’action collective, et ne concerne en rien le fond de l’affaire, sur lequel il ne m’appartient pas de me prononcer. D’autres moyens légaux sont à la portée des membres qui souhaitent entreprendre une action contre l’appelant, le rejet de l’action collective ne devant pas nécessairement entraîner un abandon des procédures ou une négation de la responsabilité de l’appelant».

Sans plus attendre, «Les Courageuses» ont fait savoir leur déception par communiqué, ainsi que leur intention de demander à la Cour suprême du Canada la permission de faire appel de ce jugement, dans «ce dossier d’importance pour toutes les victimes d’agression sexuelle au Québec», écrivent-elles.

Le jugement attaqué

L’action avait reçu le feu vert du juge Donald Bisson de la Cour supérieure en mai 2018.

Elle était portée par un groupe de femmes qui se sont elles-mêmes donné le nom «Les Courageuses». Elles accusent l’ex-producteur de harcèlement et d’agressions sexuelles. Elles avaient été autorisées à réclamer jusqu’à 10 millions $ en dommages punitifs, en plus des dommages moraux et pécuniaires.

Selon le groupe, M. Rozon aurait fait au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016, ce que réfute fermement l’ex-producteur.

Dans sa décision, le juge Bisson écrivait que selon lui, «le véhicule procédural de l’action collective a démontré son efficacité dans les dossiers d’agressions sexuelles puisqu’il a permis à des centaines de victimes d’avoir accès à la justice au Québec». Si «Les Courageuses» n’étaient pas autorisées à intenter leur action, «il est fort probable que de très nombreuses victimes seraient privées de l’exercice de leurs droits», poursuivait-il.

En juillet, Gilbert Rozon avait signalé son intention de contester ce jugement qu’il considérait être truffé d’erreurs. Il a finalement eu gain de cause.

En appel, le juge Hamilton a rappelé que pour que le véhicule procédural de l’action collective puisse être utilisé, plusieurs conditions doivent être remplies, dont celle-ci : les différentes personnes qui poursuivent de cette façon doivent soulever des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes.

Il donne un exemple-type d’une action collective : un produit défectueux. Toutes les personnes qui l’ont acheté ont la même cause contre le fabricant, pour les mêmes motifs et les dommages réclamés sont souvent les mêmes.

Mais ici, ce n’est pas le cas, selon la Cour : «Les gestes et les paroles reprochés auraient eu lieu à différents moments sur une période d’au moins 34 ans envers différentes personnes. La nature des gestes varie grandement d’une personne à l’autre. Le contexte n’est pas toujours le même. Ces gestes devront être prouvés de façon individuelle et non de façon commune».

Le juge Hamilton rappelle que le juge Bisson avait aussi mentionné que Gilbert Rozon avait un «modus operandi». Mais il estime que ce modus operandi se limite au «statut» de Gilbert Rozon, soit sa position de pouvoir et d’influence, notamment dans le monde artistique. Mais ici aussi, il n’y a pas d’élément commun à toutes les présumées victimes, car il faudra qu’il soit démontré, pour chacune d’entre elles, qu’elles étaient au courant de son influence.

Finalement, le préjudice subi par les femmes n’est pas le même. Il peut «varier grandement», écrit le magistrat de la Cour d’appel, en fonction de nombreux facteurs, dont la nature de l’agression, ses impacts physiques et psychologiques, et mêmes financiers.

La juge Bélanger, dissidente dans cette affaire, est d’avis que la décision du juge Bisson est bien motivée et ne contient aucune erreur de droit.

Cette action civile est distincte des accusations criminelles qui ont été portées contre l’homme. Il fait actuellement face à un chef d’accusation de viol et à un autre d’attentat à la pudeur pour des gestes qui auraient été posés en 1980. Ce procès criminel aura lieu en juin.

Théâtre

«Comment je suis devenu musulman»: mariage et clivages culturels

Aborder les clivages culturels qui peuvent naître d’une union mixte entre catholique et musulman, voici ce que propose avec humour et finesse la pièce autobiographique de Simon Boudreault, «Comment je suis devenu musulman».

La pièce présentée jeudi au Centre des arts Shenkman raconte l’histoire de Jean-François et Mariam, deux Québécois en couple depuis trois ans. Lui, catholique non pratiquant et athée. Elle, musulmane, d’origine marocaine. Alors que les amoureux attendent un enfant, les parents de Mariam paniquent et demandent qu’ils se marient sur-le-champ et que Jean-François se convertisse à l’islam. Et, pour couronner le tout, ce dernier apprend que sa mère à un cancer et qu’il ne lui reste que trois mois à vivre.

Arts

Unikkaaqtuat au CNA: Quand le Nord rencontre le Sud

Donner vie aux légendes du Grand Nord en unissant le talent d’artistes autochtones et allochtones, c’est ce que propose Unikkaaqtuat (Histoires des temps anciens). Fruit de la collaboration entre la troupe de cirque de Montréal Les 7 doigts de la main et celle d’Igloolik (Nunavut) Artcirq, le spectacle sera présenté dès jeudi en première mondiale au Centre national des arts.

Musique, chants de gorge, cirque, théâtre, vidéo animée, les dix d’artistes inuits et non inuits ont uni leurs forces pour mettre sur pied un spectacle multidisciplinaire unique qui met en lumière le peuple Inuk et sa culture qui s’envole petit à petit avec les aînés.

Unikkaaqtuat s’inspire de 12 mythes fondateurs du Nord pour inviter le public à un voyage culturel dans les contrées de l’Arctique. 

«Le public entre dans la culture inuite comme s’il entrait dans une petite tente ou un igloo et qu’une famille l’accueillait. Et on y passe une soirée à se faire imbiber d’histoires», précise Guillaume Saladin, surnommé Ittuksarjuat (le petit vieux qui deviendra grand), codirecteur artistique d’Artcirq qui a grandi à Igloolik avec ses parents anthropologues. 

Ainsi du premier mythe de Création jusqu’«au monde dans lequel on vit aujourd’hui», le spectacle revisite pendant 90 minutes les premières histoires inuites quand la mort n’existait pas et que le jour ne connaissait pas la nuit. 

Collaboration culturelle

Pour habiller ces mythes et légendes, les illustrations de l’artiste peintre et dessinatrice inuite Germaine Arnaktauyok – à qui l’on doit notamment l’ours polaire en arrière de la pièce de 2 $ –, sont projetées sur l’écran géant en arrière de la scène par la compagnie d’Iqualuit Taqqut Productions.

D’ailleurs, ce spectacle multidisciplinaire est né il y a environ cinq ans lorsque Guillaume Saladin et Neil Christopher (Taqqut Productions) ont eu l’idée de fusionner des projections et des animations. «Et de fil en aiguille, je leur ai dit qu’on pourrait joindre nos forces et faire un show de plus grande envergure, se rappelle le cofondateur des 7 Doigts, Patrick Léonard. L’objectif c’était de réunir tout le monde et de raconter ces histoires de façon visuelle.»

Si ce spectacle est le premier projet de cette ampleur issu de cette collaboration, les deux amis Guillaume Saladin et Patrick Léonard se connaissent depuis 2002 et ont souvent travaillé ensemble. «Je vais à Igloolik régulièrement pour différents projets avec Artcirq», indique Patrick Léonard. Et Guillaume Saladin d’Artcirq d’ajouter : «On a toujours collaboré depuis près de 20 ans qu’on existe. Alors je ne vois pas pourquoi ça s’arrêterait.»

Spectacles et théâtre

Réal Béland fête 30 ans de scène

Pour souligner ses 30 ans de carrière, Réal Béland se lance cet hiver dans une tournée «cadeau» intitulée 30/30/30, en référence aux 30 villes que l’humoriste visitera en proposant un prix d’ami de 30$.

Les Gatinois devront attendre au printemps avant de déballer son présent: Réal Béland visitera la salle Odyssée, le 19 mai 2020.

Spectacles et théâtre

Mishka Lavigne: apothéose théâtrale

Pour Havre, la dramaturge a choisi de situer l’action ans le quartier Côte-de-Sable. Pourtant bien que la pièce, publiée aux éditions L’Interligne en 2019, se déroule à Ottawa, elle n’a toujours pas été présentée sur les planches de la région. Peut-être que 2020 remédiera à ce manque. Havre a néanmoins été jouée à Saskatoon et en Suisse ainsi que traduite en anglais et en allemand en 2018.

À quelques jours de Noël, Le Droit s’est entretenu avec Mishka Lavigne. L’occasion de revenir sur son année et d’évoquer les différents enjeux qui ont marqué le milieu des arts dans la région.

Arts

Suggestions de partys du 31 décembre dans la région

OTTAWA

Veille du jour de l’An au CNA

Au Centre national de arts, un repas quatre services (repas servi à 19h30) et vin mousseux sont prévus pour le toast de minuit. Soirée dansante dès 21 h en compagnie du « Big Band Ottawa » (dans le Foyer du Canal) ou au son des années 1980 (Salle Canada). Tenue de ville ou déguisements (prix pour les meilleurs costumes). Entrée: 129$. Accessoires de fêtes fournis. Service au bar. Enfants déconseillés.

Théâtre

«Waitress»: concocter sa vie

Farine, œufs, cassonade, vanille, ajoutez-y une tasse de solidarité féminine, une bonne cuillère d’amitié et une pincée d’amour. Et le tour est joué ! C’est avec des ingrédients tout aussi simples — dont certains sont encore rares — que la comédie musicale de Broadway Waitress a trouvé la recette du succès qu’elle connait depuis 2016.

« On ne voit pas beaucoup de spectacles sur la féminité et la solidarité féminine. Pourtant, on est en 2019, mais c’est encore rare », souligne, à l’autre bout du fil, Bailey McCall, qui tient le rôle principal de Jenna dans la tournée canadienne de Waitress.

Spectacles et théâtre

Justin Bieber à Ottawa le 1er septembre 2020

Justin Bieber a profité de la journée de Noël pour annoncer, sur Instagram, qu’il préparait une nouvelle tournée nord-américaine, laquelle concordera avec un nouvel album à paraître en 2020.

Sa tournée comprend pour l’instant 45 dates. Un arrêt à Ottawa est prévu le 1er septembre prochain, au Canadian Tire Center. Elle passera ensuite par Québec le 3 septembre et par Montréal le 14.

Commençant à alimenter ses plates-formes officielles, le chanteur ontarien a mis en ligne sur Youtube une video dans laquelle il annonce pour le 3 janvier prochain la sortie d’un nouveau single intitulé Yummy. En lui associant le mot-clic #Bieber2020 sur les réseaux sociaux, il laisse entrevoir la parution prochaine d’un album qui pourrait s’intituler «Super-trailer».

Cette vidéo le montre sortant d’une vieille cabane poussiéreuse, puis marchant à travers des paysages désertiques pour rejoindre une station d’essence qui semble désaffectée.

Arts et spectacles

Calendrier de l'avent — 24 décembre 2019

Mononc’ Serge propose «spécial de Noël» au Minotaure (3, rue Kent), le 30 décembre à 20h.

Le chanteur vient resservir le «show» de son plus récent album, «Réchauffé», sur lequel il ressort du fourneau de vieux succès de son cru, «de vieilles tounes réarrangées et réinterprétées avec ben de la distorsion».

«Attendez-vous à avoir aussi chaud que du bacon dans la poêle pis à entendre toutes sortes de vieilleries onclesques remises au goût du jour. Comme le pâté chinois, Mononc’ Serge, c’est encore meilleur réchauffé!» écrit le chanteur.

Spectacles

«Noël, une tradition en chanson» s’arrête à Gatineau

La musique est indissociable du temps des fêtes. Preuve en est, à peine l’Halloween terminée, les chansons de Noël se font écho à la radio, dans les commerces et les chaumières. Alors, rien d’étonnant que la troisième édition du spectacle «Noël, une tradition en chanson», de passage mercredi à la salle Odyssée, affiche complet.

Cette nouvelle mouture, qui tourne au Québec jusqu’à lundi et qui aura été présentée pas moins de 21 fois, réuni sur scène Marie Michèle Desrosiers, Brigitte Boisjoli, Marie Denise Pelletier, Nathalie Simard, Marie-Élaine Thibert, Christian Marc Gendron et Yoan ; auxquels s’ajoutent six musiciens. 

« Les gens aiment voir la chimie qu’il y a entre nous sur scène. Et, cette année, elle est particulièrement bonne. On a l’impression de faire un beau party de famille », confie Marie Michèle Desrosiers. 

Celle qui participe pour une deuxième fois au spectacle chante Noël chaque année depuis 1996. Et elle ne s’en lasse pas. 

« J’ai toujours aimé Noël. Je trouve ça rafraîchissant de s’arrêter et de chanter ces belles chansons tous ensemble. C’est juste un petit souffle qui apporte un peu de lumière et de bonté dans ce monde qui est de plus en plus difficile, cruel et parfois inhumain », précise Marie Michèle Desrosiers qui se qualifie de « fille de Noël ».

Au cours de Noël, une tradition en chanson, les sept chanteurs reprendront des classiques du temps des fêtes en solo, en duo et en medleys. 

« On aura un medley de chansons qui ont bercé notre enfance dans la période de Noël, un autre qui évoque l’hiver et les paysages que l’on connaît très bien et enfin le dernier sera des chansons de party de jour de l’an. Ça swing ! », lance Marie Michèle Desrosiers. 

Pour sa part, elle reprendra, entre autres, Sainte Nuit, Noël blanc et une de ses chansons préférées Have Yourself a Merry Little Christmas. « Elle a été interprétée la première fois par Judy Garland, c’est un bijou de chanson », clame-t-elle. 

Si beaucoup de chansons originaires d’Europe et des États-Unis sont reprises, les chansons québécoises ne manquent pas au répertoire du spectacle. 

« On retrouve celles de La Bolduc, Marie-Noël, de Claude Gauthier et Robert Charlebois ou encore Le sentier de neige. Il y a aussi beaucoup de traduction américaine, comme J’ai vu maman embrasser le père Noël », énumère Marie-Michèle Desrosiers. 

Impossible de passer à côté de la célèbre 23 décembre du groupe Beau Dommage. « Je la chante chaque année depuis 1996. Elle fait partie de mon ADN et je pense qu’on peut dire qu’elle fait parti aussi de celui des Québécois », indique l’ancienne membre du groupe. 

La chanson Baby it’s cold outside qui a suscité la polémique en plein dans le mouvement #MoiAussi fait également parti de la setlist. « C’est Brigitte [Boisjoli] et Christian Marc Gendron qui la font. C’est splendide, c’est drôle, c’est sympathique ! », s’exclame Marie-Michèle Desrosiers. 

Un spectacle où les amoureux du temps des fêtes se retrouveront le temps d’une soirée pour reprendre en cœur des chansons de Noël.

Spectacles et théâtre

Maxime Landry: faire briller les émotions sombres

Ne voulant pas passer à côté de son 10e anniversaire de carrière sans «remercier» ses fans, Maxime Landry a souligné l’événement en lançant, le 22 novembre dernier, un 6e album intitulé 10 ans déjà.

Et il a travaillé fort pour que ce disque puisse paraître coïncider avec la sortie de son premier opus, Vox pop, sorti 10 ans plus tôt jour pour jour...

Arts et spectacles

Le calendrier de l'avent — 12 décembre 2019

Les généreux concerts des Chanteurs Stairwell : Les Chanteurs Stairwell offriront leur traditionnel concert de Noël à deux endroits. Un Noël a capella sera d’abord donné samedi 14 décembre, à 19h30, en l’Église unie Southminster (coin Bank et Aylmer).

Une deuxième représentation est prévue mercredi 18 décembre, à 19h30, en l’Église anglicane St. Columba (24, chemin Sandridge).

Au programme: des cantiques de Noël et de la musique sacrée, mais aussi des compositions originales signées par le directeur musical des Stairwell Carollers, Pierre Massie, et trois de ses choristes.

Chœur multigénérationnel, amateur mais de haut calibre, l’ensemble a été maintes fois primés. Les recettes de ses concerts sont remis à des œuvres de bienfaisance de l’Outaouais.

Le 14 décembre, un don de 2000 $ sera remis à l’organisme Cornerstone – Logements pour femme.

Billets : chanteursstairwell.com ; 819 561 5198 ; Compact Music ; Books on Beechwood ; à la porte (gratuits pour les enfants de moins de 12 ans)

Arts

Carotté à Alma et Jonquière, en attendant l’Olympia

L’Olympia, la scène mythique où Piaf et Brel ont livré le meilleur d’eux-mêmes, où les Rolling Stones ont joué dans leur jeune temps et aussi dans la version actuelle. Où Robert Charlebois a fait scandale en « pitchant son set de drums » dans l’assistance, pour employer l’expression consacrée. C’est dans cette salle que six gars qui ont un pied dans le punk et l’autre dans le trad effectueront leurs débuts à Paris : les membres du groupe Carotté.

Ils fouleront les planches sacrées le 22 février, un privilège découlant de leurs fréquentations avec la formation Marcel et son orchestre. Originaire de Lille, elle aussi fait dans le punk rock aux accents festifs et pour ouvrir la soirée, l’idée lui est venue de solliciter ses camarades québécois qui, bien évidemment, ont accepté cette proposition avec enthousiasme.

Théâtre

«Conversations avec mon pénis»: le meilleur ami de l’homme

Un gigantesque phallus arpentera la scène de la Salle Jean-Despréz, samedi. L’engin — en réalité, une comédienne costumée d’un étui phallique tout ce qu’il y a de plus réaliste — discutera même avec son « propriétaire », Tom, dans la pièce «Conversations avec mon pénis», présentée à 20 h.

Conversation avec Marc-André Thibault, traducteur de cette pièce néozélandaise et interprète de Tom.

Théâtre

Nicolas Noël: le père Noël répond à nos questions

Une tournée au Québec de son spectacle «Les livres des enfants du monde» par-ci, une émission de télé et des balados par-là, le mois de décembre est plutôt occupé pour le héros des enfants, Nicolas Noël.

Bien que très occupé, le personnage adulé par tous les enfants, Nicolas Noël saupoudre quand même à chacune de ses apparitions sa bonne humeur et nous rappelle à quel point il est facile de s’émerveiller. Le temps d’une entrevue, on s’est laissée porter par la magie du temps des fêtes et replonger en enfance pour poser quelques questions au père Noël.

Arts et spectacles

Être Groulx, ce n’est pas un luxe

Patrick Groulx peut dormir sur ses deux oreilles. Les angoisses qui le tenaillaient avant son retour sur scène, après cinq années loin des planches, sont maintenant derrière lui. Non seulement son public est encore au rendez-vous, mais son quatrième effort solo, baptisé simplement Groulx, est sélectionné deux fois au prochain gala Les Olivier, pour le spectacle de l’année et pour les meilleurs textes, que l’humoriste a signés avec l’aide de François Avard, Pierre Fiola et Julien Tapp.

« J’avoue que la deuxième nomination me fait très plaisir. Pierre Fiola et moi, ça va faire 20 ans qu’on travaille ensemble. François Avard s’est occupé de la script-édition et il s’est avéré encore extrêmement pertinent. C’est incroyable, le talent de ce gars-là! Il a tellement une belle façon de voir le spectacle d’en haut, illustre-t-il. Nous, les auteurs, on a toujours le nez collé sur le texte. Puis François débarque avec sa vision globale et il est déjà capable de te dire si tu vas trop loin ou dans la mauvaise direction. »

« J’avais un numéro qui faisait beaucoup rire. Lui, il arrive et il te lance qu’il l’enlèverait. Pour un humoriste, ôter un truc qui marche, c’est presque sacrilège. On lui a tenu tête un peu, le plus qu’on le pouvait, et à la fin, on a fini par conclure qu’il avait raison et on s’est débarrassé du numéro », raconte-t-il en riant de bon cœur.

Au fil des années, Patrick Groulx a pris goût aux plaisirs du travail d’équipe. « Quand on commence dans le métier, on veut se prouver comme auteur, montrer qu’on peut être drôle tout seul, mais pour mon précédent spectacle, j’ai décidé de m’entourer davantage et j’ai adoré ça. Je trouve que ça nous permet d’aller plus loin. Une fois que tu as fait le tour de ta propre tête, c’est extraordinaire d’avoir accès à quelqu’un qui a une autre vision. Tout à coup, tu t’aperçois qu’il y avait une fosse à gags à côté que tu aurais pu rater », dit-il... son analogie faisant évidemment référence à une fosse à saumon.

Humour

Mike Ward en résidence au cégep de l'Outaouais

L’humoriste sera à l’auditorium Alphonse-Desjardins du cégep de l’Outaouais tous les vendredis et les samedis du 7 au 29 août 2020.

Il présentera son nouveau one-man-show Noir où il aborde des thèmes comme le suicide, les agressions sexuelles ou encore la dépression, mais avec la même envie de provoquer le rire des spectateurs.

Les billets sont en vente dès vendredi.

Renseignements : mikeward.ca

Arts

Gad Elmaleh de retour sur scène après la polémique

PARIS — Il avait promis de revenir avec un spectacle évoquant la question du plagiat «de manière drôle, honnête» : l’humoriste franco-marocain Gad Elmaleh a annoncé mercredi son retour sur scène au printemps 2020 avec un one-man-show intitulé «D’ailleurs».

«Dès le 28 avril 2020, Gad Elmaleh sillonnera la France durant près de deux ans avec un sixième spectacle mêlant stand-up et personnages», indiquent les organisateurs du spectacle. Il se produira également à Genève le 15 décembre 2020 et à Bruxelles le 6 février 2021.

L’humoriste est dans la tourmente depuis des mois en raison d’accusations de plagiat, faites par un internaute anonyme, CopyComic, sur YouTube.

Face à l’ampleur de la polémique, le comique et acteur s’était d’abord contenté de répliquer sous les traits de son personnage fétiche Chouchou. «Qu’ils aillent tous se faire bien... cajoler», avait-il lancé mi-février dans une vidéo à ses fans.

Il a fini par briser le silence en septembre dans les pages du Parisien, reconnaissant «une partie de vrai» dans ces attaques qui ont mis un coup de projecteur sur les pratiques pas toujours reluisantes dans le milieu concurrentiel du stand-up.

Si c’était à refaire, «je ne le referais pas, mais je ne le regrette pas parce que je n’ai jamais été dans une démarche malicieuse». «J’ai des rapports avec ceux dont je me suis inspiré, aucun ne s’est jamais plaint», affirmait-il.  

Arts

Emilio Estevez et Margaret Trudeau à Ottawa pour la Journée Unis

Le duo Elijah Woods x Jamie Fine (deux nominations aux derniers prix Junos) et Tyler Shaw monteront sur la scène du Centre national des arts (CNA), mardi 10 décembre, pour offrir une prestation dans le cadre de la Journée UNIS (WE Day).

«Plus grand événement d’autonomisation des jeunes au monde», selon les organisateurs, la Journée UNIS rassemblera à Ottawa quelque 2 000 jeunes et membres du personnel éducatif. Les élèves invités– dont plusieurs sont issus des écoles francophones de la région – ont mérité leur billet en accumulant des heures de bénévolat.

L’événement au CNA se tiendra de 9 h 30 à 13 h 45. Outre les prestations musicales, une vingtaine de personnalités prendront la parole à titre de conférenciers. Parmi eux: le comédien américain Emilio Estevez et Margaret Trudeau, ainsi que le chanteur et acteur Tylar Shaw, la chanteuse Abeille Gélinas (soeur de Mitsou, l’artiste et producteur originaire de la communauté Kitigan Zibi Jay Odjick. L’activiste Craig Kielburger, cofondateur du WE Day, prendra également le micro.

Il n’est pas possible d’acheter un billet pour cet événement. Seuls les jeunes les plus méritants peuvent obtenir leur billet en s’investissant au fil de l’année scolaire dans une cause locale et une cause internationale, dans le cadre du programme UNIS de leur école.

La Journée UNIS est désormais constituée d’événements produits dans 15 villes en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et dans les Caraïbes. Plus de 200 000 élèves ont participé aux célébrations de la Journée UNIS, au cours de la dernière année, estiment les organisateurs.

Arts

Jack Johnson et Marshmello au Bluesfest d'Ottawa en 2020

Jack Johnson et Marshmello seront parmi les têtes d’afiche du prochain Buesfest d’Ottawa.

Les organisateurs du RBC Bluesfest ont levé le voile, mardi matin, sur cinq des invités qui honoreront de leur présence l’édition 2020 du festival.

Le songwriter (et environnementaliste) Jack Johnson est attendu sur les Plaines le Breton le 14 juillet, date où l’on pourra aussi entendre Vance Joy et la jeune britannique Jade Bird.

Le Bluesfest accueillera aussi le très populaire artiste masqué Marshmello, le 16, en même temps que la star émergente du rap américain Lil Tecca, nom de plume de Tyler-Justin Anthony Sharpe, qui aura presque atteint la majorité, lors de son concert à Ottawa.

L’édition 2020 du festival se déroulera du 9 au 19 juillet. Ce dévoilement concorde avec l’annonce du début d’une «prévente de Noël» de billets et de bracelets. La promotion échoit le 24 décembre à minuit. 

Renseignements: ottawabluesfest.ca