Théâtre

L'homme de théâtre Albert Millaire s'éteint à 83 ans

L'acteur québécois Albert Millaire, dont la voix grave et le port altier ont sillonné pendant un demi-siècle le théâtre et la télévision au Québec et ailleurs au Canada, est décédé chez lui, entouré de ses proches, mercredi après-midi. Il était âgé de 83 ans.

Selon un communiqué publié par son agence Premier Rôle, il continuait jusqu'aux dernières minutes de sa vie à «parler de théâtre avec passion, de ses souvenirs d'une vie bien remplie par ce travail qui le comblait».

L'acteur avait été atteint d'un cancer en 2000, mais il avait repris ses activités par la suite, même si on le voyait moins.

Acteur «élégant», jouant davantage les dandys et les grands rôles classiques, il est surtout, pour les Québécois plus âgés, l'image d'Épinal du héros historique Pierre Le Moyne d'Iberville, qu'il avait incarné dans une populaire série télévisée en 1969. Il a aussi été Wilfrid Laurier dans une minisérie sur l'ex-premier ministre libéral en 1987.

Albert Millaire avait obtenu un prix Gémeaux en 2014 pour le meilleur rôle de soutien masculin dans le téléroman Mémoires vives.

Né à Montréal le 18 janvier 1935, Albert Millaire étudie au Conservatoire d'art dramatique du Québec, puis à Paris et à Londres. On dit qu'il a amorcé sa carrière professionnelle à l'âge de 20 ans en s'attaquant à de la grande pointure: Vladimir dans «En attendant Godot», de Beckett. Il visitera ensuite tous les grands rôles du répertoire classique et contemporain — Molière, Shakespeare, Musset, Claudel, Brecht, Shaffer, Dubé... Il sera ainsi tour à tour Lorenzaccio, Tartuffe, Hamlet, Figaro, Salieri, Dom Juan ou Alceste.

La télévision naissante vient le recruter rapidement pour interpréter dans les «téléthéâtres» des Beaux Dimanches les mêmes classiques - Racine, Shakespeare, Camus, et bien sûr «Cyrano», incontournable pour un acteur de son type. C'était l'époque glorieuse des grands réalisateurs-metteurs en scène de Radio-Canada - Carrier, Blouin, Fugère, Faucher...

Le nouveau genre des téléromans vient aussi le cueillir — Le Chenal du Moyne, de Guèvremont, Les Filles d'Ève — et il participe à des émissions jeunesse, Le Courrier du roy (1959-1961), Le Grand Duc (1959-1963).

Le Théâtre du Nouveau Monde se l'attache bientôt comme «acteur-résident» — il y sera d'ailleurs un temps directeur artistique adjoint, et on l'a même pressenti, beaucoup plus tard, pour remplacer Olivier Reichenbach. Il a aussi dirigé le Théâtre populaire du Québec, le Théâtre du bois de Coulonge à Québec et le Théâtre de Repentigny. Le Rideau vert, qui montait surtout à l'époque des pièces sur mesure pour son style, l'accueillera très souvent sur sa scène de la rue Saint-Denis.

Albert Millaire est aussi l'«acteur-résident» de la pièce La Céleste bicyclette, de Roch Carrier, qu'il a jouée des années durant, en français et en anglais — il avait commandé pour lui ce spectacle-solo après avoir monté à Stratford La Guerre, yes Sir!, du même auteur.

Plus récemment, il était de la distribution des Sorcières de Salem en 1998 au TNM, et de Célimène et le Cardinal en 1994, où il retrouvait, dans une pièce contemporaine, un Alceste vieilli, du Misanthrope de Molière, qu'il avait joué plus jeune.

Spectacles et théâtre

Voyage dans l’Empire du Milieu

C’est au tour du quatrième concurrent des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy d’envoyer ses bombes pyrotechniques au-dessus de la rivière des Outaouais. La Chine servira un Banquet de feu mercredi soir aux spectateurs installés sur les berges du Musée canadien de l’histoire.

Les signatures visuelle et sonore du spectacle ont été intégralement imaginées par son concepteur Louis Liu. Et contrairement aux autres compétiteurs, l’artificier et concepteur du spectacle a créé une trame sonore originale qui fera voyager le public au cœur de l’Empire du Milieu.

Spectacles et théâtre

40 ans de blues aux 4 Jeudis

Le grand spectacle 40 ans de blues soulignant le 40e anniversaire du Café Aux 4 Jeudis aura lieu ce mercredi 15 août, dès 17 h.

Ce concert en plein air (sur la terrasse de l’établissement) réunit le Paul Deslauriers Band (photo), Ricky Paquette, JW Jones et Cécile Doo-Kingué. 

« Depuis quatre décennies, de nombreux artistes de renom se sont produits sur la scène du 4 Jeudis. Nous voulions offrir à nos clients une expérience hors de l’ordinaire », mentionne le directeur général du Café, Alexandre Le Blanc, qui a prévu « trois heures de musique déchaînée ». 

Arts et spectacles

L'effondrement d'une plateforme à un festival en Espagne fait 300 blessés

MADRID - Plus de 300 personnes ont été blessées, dont neuf gravement, dans l’effondrement d’une plateforme dans la nuit de dimanche à lundi lors d’un festival de musique à Vigo (nord-ouest de l’Espagne), ont indiqué lundi les autorités locales.

La plateforme de bois et de béton, d’une longueur de 30 mètres et d’une largeur de 10 mètres, située au bord du port, était remplie de spectateurs regardant un concert de rap dans le cadre du festival O Marisquiño lorsqu’elle s’est soudainement effondrée dimanche peu avant minuit.

«Un total de 377 personnes ont été traitées» dont sept étaient encore hospitalisées lundi à 18h30 (16h30 GMT), a indiqué dans un communiqué le gouvernement régional de Galice, région où est située Vigo.

Dans la matinée, Jesus Vazquez Almuiña, chargé de la santé au sein de l’exécutif régional, faisait état de neuf personnes, deux d’entre elles mineures, dans une situation «grave, avec fractures, traumatismes crâniens, pneumothorax».

La grande majorité des autres victimes sont blessées légèrement, avec des contusions.

La police et les services d’urgence se sont mobilisés pour «sortir les jeunes hommes et femmes très rapidement», a déclaré le maire de Vigo, Abel Caballero. «Cela aurait pu être un accident beaucoup plus grave», a-t-il souligné.

Comme la plateforme était située au bord du port, les autorités ont déployé «des plongeurs» ainsi qu’une «caméra thermique car je craignais que quelqu’un ait pu être coincé dessous» mais «heureusement il n’y avait personne», a poursuivi le maire.

‘Les gens me tombaient dessus’

Les témoins et les victimes ont raconté dans les médias espagnols la panique qui a suivi l’effondrement.

«Le sol est descendu comme dans un ascenseur. Cela a duré cinq secondes. Il s’est dérobé et nous sommes tous tombés. Les gens me tombaient dessus», a témoigné Aitana Alonso dans le journal local El Faro de Vigo.

«J’ai eu du mal à sortir (...) mon pied était coincé dans l’eau. J’ai réussi à le retirer et un garçon m’a donné la main pour que je sorte», a-t-elle ajouté. «J’avais des gens sous moi qui criaient qu’ils ne pouvaient pas sortir. J’étais très nerveuse. J’essayais (de sortir) mais je retombais», a-t-elle encore dit.

Selon les témoignages recueillis par El Faro de Vigo, la plateforme a cédé durant la première chanson du rappeur Rels B, qui avait demandé au public de sauter.

«Beaucoup de courage à tous les blessés», a écrit l’artiste sur Twitter en déplorant l’accident.

Les organisateurs du festival gratuit de culture urbaine, qui attire chaque année 160.000 personnes à Vigo, ont assuré dans un communiqué que les concerts «remplissaient les conditions de sécurités requises». Les autorités locales tentaient de comprendre lundi les causes de l’accident.

«Cela peut être dû à un excès de poids, à une surcapacité», a indiqué à la télévision publique espagnole le président de l’autorité portuaire de Vigo, Enrique César Lopez Veiga. Il pourrait s’agir d’un «problème structurel car la partie supérieure est en bois mais ce qui est étrange est que le béton» ait lui aussi cédé, a-t-il ajouté.

Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a exprimé sur Twitter sa «solidarité aux blessés du festival», à qui il a souhaité «un rétablissement rapide».

Arts et spectacles

Correspondances : Eastman explose de bonheur

« Il y avait des gens partout, Eastman a vraiment explosé de bonheur, de mots et d’inspirations. Nous sommes sur un nuage, et des nuages il n’y en a pas eu trop dans le ciel au court des derniers jours », a indiqué Raphaël Bédard-Chartrand, directeur général des Correspondances d’Eastman, alors que l’événement s’achevait dimanche.

Il faut dire que quand le beau temps se marie au décor pittoresque de la petite ville des Cantons-de-l’Est pour la durée de l’événement littéraire et artistique, cela engendre un achalandage imposant. En 2018, il a été comparable à celui de l’an dernier, qui marquait une édition particulièrement réussie.

Les amoureux des mots et les friands du bon temps en ont pleinement profité tout au long des Correspondances. La majorité des spectacles ont affiché complet cette année, ce qui a grandement ravi l’équipe derrière la programmation. 

Des performances comme celles de David Goudreault (jeudi), de Catherine Major (samedi) et les brunchs littéraires avec Dominique Demers et Kim Thúy ont attiré énormément d’amateurs littéraires. 

« Nous avons eu accès aux coulisses de la littérature cette année, à celles de Marie-Louise Arsenault avec son émission Plus on est de fous, plus on lit! (voir autre texte en p. 18). Nous avons eu droit à des confidences, à des secrets, à des anecdotes et jamais il n’y a eu une seule anicroche », ajoute M. Bédard-Chartrand. 

Les Correspondances d’Eastman représentent un événement estival très important pour la région. L’équipe derrière celui-ci comptait sur plus d’une centaine de bénévoles, dont près de la moitié en étaient à leur première expérience. 

« Les citoyens participent à notre événement en nous permettant d’utiliser leurs terrains, qui sont magnifiques. En plus de ça, l’événement engendre des retombées économiques importantes pour Eastman », avoue M. Bédard-Chartrand.  

Virage jeunesse 

En sélectionnant une porte-parole comme Stéphanie Boulay, des Sœurs Boulay, il est évident que l’événement a voulu attirer une clientèle plus jeune, et surtout l’amener à participer aux différentes activités artistiques. 

Pour M. Bédard-Chartrand, cette édition a nettement réussi son virage jeunesse. 

« On a eu un achalandage record pour les familles dans le volet jeunesse qui est gratuit, et on va continuer d’améliorer cette facette de notre événement. Les camps de jour qui nous ont rendu visite ont été comblés, la chasse au trésor a attiré près de 600 jeunes. On a réussi à rajeunir notre public, tout en conservant notre clientèle habituelle », avance-t-il. 

De son côté, Stéphanie Boulay a adoré son expérience. 

« Ce sont des rencontres tout à fait remarquables. Les gens ont la chance de discuter avec les auteurs dans une ambiance très champêtre. Au début j’étais un peu hésitante puisque c’était Dany Laferrière le porte-parole l’an dernier, mais je ne regrette pas du tout ma décision aujourd’hui », explique-t-elle.

À venir l’an prochain

Les Correspondances d’Eastman ont pris le temps d’annoncer en primeur la thématique de l’année prochaine lors de la cérémonie de clôture : l’édition 2019 sera celle du « Ravissement ». « Avec cette thématique, on pourra aller chercher la beauté des choses dans la sensibilité. Du côté littéraire, le ravissement, ça inspire beaucoup. L’an prochain, on améliorera les installations pour l’envoi de lettres partout dans le monde, et on fera tout ce qu’il faut pour poursuivre sur notre lancée des dernières années », lance M. Bédard-Chartrand.

Musique

La renaissance de Notre Dame de Paris

Depuis sa création en 1998, «Notre Dame de Paris» n’a jamais cessé de tourner. La comédie musicale de Luc Plamondon et Richard Cocciante renaît sans cesse, dans huit langues et une vingtaine de pays. Pour ses 20 ans, une nouvelle tournée québécoise démarre samedi, au Grand Théâtre de Québec.

La genèse

Spectacles et théâtre

Un nouveau visage pour Phœbus

Martin Giroux est le nouveau Phœbus de Notre Dame de Paris (NDP).

Le Gatinois d’origine (il a quitté l’Outaouais en 2004, juste à temps pour intégrer la deuxième saison de Star Académie) a failli défendre ce rôle dès 2015, lors de la tournée asiatique de la comédie musicale.

Spectacles et théâtre

Les États-Unis enflamment la rivière des Outaouais

Après l’Espagne, c’était au tour de nos voisins du sud d’illuminer le ciel de la région.

Mercredi soir, la firme de pyrotechnie américaine Atlas PyroVision Entertainment présentait son spectacle Bridge of Hope and Light à l’occasion de la 23e édition des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy. 

D’une durée de 23 minutes, le spectacle américain misait sur l’aspect historique afin de remporter le prix Zeus, alors que les artificiers se sont inspirés de l’aspect géographique de la région. 

La musique a elle aussi été choisie en respectant le même concept. Des chansons récentes et des plus anciennes ont accompagné les feux d’artifice. 

Samedi, ce sera au tour de l’Allemagne de montrer de quel bois elle se chauffe alors que la compagnie pyrotechnique NiCo présentera son spectacle The Cinematic Odyssey. 

Spectacles et théâtre

Grands Feux du Casino: les États-Unis d’une rive à l’autre

Après les bombes de l’Espagne qui ont ouvert la 23e édition des Grands Feux du Casino du Lac-Leamy, c’est au tour des États-Unis d’illuminer, mercredi soir, la rivière des Outaouais et ainsi tenter de remporter le prix Zeus.

 Avec Bridge of Hope and Light, la compagnie de pyrotechnie américaine Atlas PyroVision Entertainment « promet un spectacle grandiose et plein de surprises pour les yeux et les oreilles » du public qui sera installé aux abords du Musée canadien de l’histoire.

Contrairement à ses autres spectacles, les artificiers américains souhaitaient avoir un thème plus historique, ils se sont donc inspirés de la situation géographique particulière des lieux. « La beauté de ce spectacle c’est que nous sommes entre deux provinces séparées par une rivière que des ponts enjambent. Et nous, nous allons les relier avec des feux d’artifice », explique Matthew Shea, vice-président d’Atlas PyroVision Entertainment. 

« Ce sont les photos et les vidéos des précédents feux où l’on voyait le pont, le parlement ainsi que les deux rives rivales tout en étant amies, qui les a inspirés pour le titre et la trame musicale », ajoute pour sa part David Hamon, directeur technique de Royal Pyrotechnie, entreprise québécoise qui assure entre autres la sécurité et apporte un soutien technique aux différentes équipes. 

Atout sonore

Et puisque le spectacle n’est pas pour le seul plaisir des yeux, la bande sonore qui supporte Bridge of Hope and Light a été conçu avec le souci du détail. « La bande sonore supporte le concept. Elle est composée de musiques récentes, mais aussi plus anciennes qui abordent tous genres de connexions. Il ne s’agit pas uniquement de ponts physiques, mais aussi de ceux qui permettent de rapprocher culturellement et qui peuvent créer des liens entre les personnes », précise M. Shea. 

Ainsi le public pourra entendre des titres comme Bridge of Light de Pink, Bridge of Troubled Water d’Elvis Presley ou encore de Believer d’Imagine Dragons et Black or White de Michael Jackson. 

Avec son spectacle de 23 minutes spécialement conçu pour les Grands Feux du Casino, la compagnie américaine est, aux dires de M. Hamon, « un très bon concurrent pour le titre ». D’ailleurs, les artificiers du New Hampshire ont glissé dans leurs bagages de petites nouveautés. « Il y a des bombes avec des formes particulières, des dessins qui seront sympas dans le ciel, en plus de créer des effets innovants », lâche M. Hamon qui ne manque pas de rappeler que la grande force des Américains est la synchronisation entre les feux d’artifice et la musique. 


POUR Y ALLER

Quand ? Mercredi 8 août à 21 h 15

Où ? Musée canadien de l’histoire

Renseignements : www.feux.qc.ca

Arts et spectacles

Chaleur et acrobaties au Buskerfest d’Ottawa

Le festival international d’amuseurs publics Buskerfest Ottawa 2018 s’est terminé lundi soir avec la grande finale où des artistes sont apparus en rafale devant quelque 300 personnes pour offrir une dernière prestation.

Une vingtaine d’artistes de rue ont animé la rue Sparks avec leurs acrobaties, de jeudi à lundi.