Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Mehdi Bousaidan, Sophie Cadieux, Pierre-Luc Funk et Marie-Ève Morency reprendront du service dans la deuxième saison de Rue King, diffusée à partir du 12 janvier à TVA.
Mehdi Bousaidan, Sophie Cadieux, Pierre-Luc Funk et Marie-Ève Morency reprendront du service dans la deuxième saison de Rue King, diffusée à partir du 12 janvier à TVA.

Sophie Cadieux dompte les déséquilibres [VIDÉO]

Steve Bergeron
Steve Bergeron
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Déjà qu’en temps normal, la comédie Rue King équivaut, pour emprunter les mots de Sophie Cadieux, à se retrouver « dans une machine à laver, à se faire bousculer par tout ce qui se passe ». Au moins, lors du tournage de la première saison en février 2020, l’équipe de comédiens, qui doit improviser ses dialogues, pouvait s’appuyer sur les réactions d’un public en studio, élément de motivation non négligeable quand on est en constant déséquilibre.

Mais pour la deuxième saison, enregistrée l’automne dernier et diffusée à partir du 12 janvier à TVA, les consignes de distanciation étaient en pleine vigueur. Donc pas de spectateurs, des contacts physiques presque éliminés entre les interprètes, l’interdiction de partager des accessoires et l’obligation, pour les acteurs invités, de quitter les lieux aussitôt leur participation terminée.

« En revanche, toute l’équipe de concepteurs et du Groupe Entourage a travaillé très fort pour installer des conditions favorables à la folie, précise Sophie Cadieux. Par exemple, les figurants engagés nous regardaient comme s’ils étaient l’assistance. Tous les autres membres de l’équipe technique, dès qu’ils avaient un moment de libre, s’assoyaient dans la salle et réagissaient en riant ou en applaudissant. On nous avait aussi créé un public Zoom. On ne les entendait pas durant le tournage, mais on savait qu’ils étaient des dizaines à nous regarder et on allait jaser avec eux entre chaque prise. Certains se lançaient même des défis. Par exemple, on revenait discuter avec eux après une scène et ils s’étaient déguisés dans l’intervalle! »

« Et évidemment, ajoute-t-elle comme si cela allait de soi, dès qu’on a reçu les perches de deux mètres, Pierre-Luc et Mehdi se sont mis à faire des niaiseries avec elles! En résumé, le plaisir est revenu très rapidement, même si c’était plus exigeant. »

Certains acteurs, qui ne participaient pas à d’autres tournages au même moment, ont aussi eu droit à des scènes plus rapprochées. « Sylvie Moreau et Stéphane Crête ont pu ainsi se tenir la main. »

Se rappeler son nom

Pour ceux et celles qui n’ont encore jamais regardé l’émission, Rue King est l’adaptation d’un concept allemand, Schiller Street. Munis d’une oreillette, les acteurs doivent entièrement improviser leur texte, sans possibilité de reprise, tout en suivant les directives d’un maître de jeu (Stéphane Bellavance), lequel leur dicte ce qu’ils doivent faire. Et le capitaine se fait souvent un malin plaisir à compliquer la tâche de ses comédiens ou à leur préparer des surprises, par exemple l’apparition imprévue d’acteurs invités. Même si l’action se déroule à Sherbrooke, le tournage se fait entièrement en studio à Montréal.

Pour la deuxième saison, outre les acteurs principaux (Sophie Cadieux, Marie-Ève Morency, Pierre-Luc Funk, Mehdi Bousaidan, Stéphane Crête et Sylvie Moreau), on annonce des apparitions de Guylaine Tremblay, Laurent Paquin, Réal Bossé, Anaïs Favron, Claude Legault, Rachid Badouri, Édith Cochrane, Denis Lévesque, Sonia Vachon et Virginie Fortin. Certains personnages épisodiques de la première saison, interprétés par Marie-Soleil Dion et Léane Labrèche-Dor, seront également de retour.

Fait notable, la saison 2 a été tournée en cinq jours seulement, à raison de trois épisodes par jour. « On commençait à 11 h et on finissait à 23 h. Disons que, à 23 h 20, quand on se démaquillait, plus personne ne savait comment il s’appelait, illustre Sophie Cadieux en riant. Tu te couches à minuit, tu te relèves et tu retournes faire douze heures d’impro! Ça ressemblait au jour de la marmotte! »

Stéphane Bellavance sera encore le maître du jeu dans la deuxième saison.

Immersion sherbrookoise

Sophie Cadieux tient quand même à souligner que les scénaristes de l’émission (Justine Philie, Alex Veilleux et Vincent Bolduc) n’ont pas la tâche facile eux non plus. « Ils sont toujours derrière nous pour nous guider, mais si, dans l’improvisation de la scène, il y a une dispute qui éclate, qu’un personnage s’en va et que ce n’était pas prévu, ils doivent trouver un moyen pour qu’il soit de retour, par exemple ajouter une nouvelle scène où deux autres personnages essaient de le faire revenir. Eux aussi doivent donc improviser pour que le canevas de départ se tienne à la fin. Il y a quand même des boucles à fermer avec les intrigues. »

Étant donné qu’aucune scène n’est tournée à Sherbrooke, Sophie Cadieux a fait ses devoirs et s’est préalablement informée sur la ville afin de pouvoir glisser des anecdotes factuelles rendant la situation plus crédible.

« Je suis même devenue un running gag dans l’équipe : avant chaque début de tournage, j’essayais de donner un petit fait saillant aux autres, comme le nom d’un bar, d’un boulevard ou d’un parc. Par exemple : "OK gang, le pont des Grandes-Fourches!" Mais c’est quand même une ville que plusieurs d’entre nous visitent quelques fois par année. C’est là aussi qu’habite le chum de Sylvie Moreau, donc elle connaît très bien la ville elle aussi. »