Les changements pour cette 13e édition du Rockfest de Montebello ne risque pas de dépayser les visiteurs du festival.

Rockfest: des changements quasi invisibles

À l’exception du fait que le nombre de scènes passe de cinq à trois pour cette 13e mouture, le Rockfest de Montebello ne risque pas de dépayser les puristes de l’événement cette année.

Le site Web 99scenes.com révélait la semaine dernière que l’équipe de Piknic Électronik, qui se trouve sous l’égide du « collectif expérientiel » Mishmash, était désormais un nouveau partenaire du Rockfest, aux côtés de La Tribu, laquelle participe depuis 2016 à l’organisation du festival.

En entrevue avec Le Droit, le président, fondateur et directeur artistique du Rockfest, Alex Martel, a confirmé que Piknic Électronik héritait maintenant de la production et de la logistique complète de l’événement.

Afin d’assurer une transition efficace, la firme gatinoise Orkestra, qui était responsable de gérer les sites de camping et de stationnement dans le village depuis 2014, demeure consultante pour l’édition qui se déroule dans deux semaines. En ce qui concerne Juste pour rire, qui était partenaire financier du Rockfest depuis 2016, un terme a été mis à l’association entre les deux parties à l’automne dernier, dans la foulée des allégations de harcèlement et d’agressions sexuelles faites à l’endroit de Gilbert Rozon.

Alex Martel, président et directeur artistique du Rockfest.

« Ils (Piknic Électronik) remplacent Juste pour rire à titre de partenaire financier et ça été déterminé que leur équipe allait essentiellement reprendre l’ensemble de la production et de la logistique du festival. C’est vraiment tout, de A à Z, qui a été revu. On parle de tout ce qui touche la production sur le site, les spectacles, les scènes, le village au complet », explique Alex Martel.

« Tant qu’à les avoir comme partenaires, ils ont déjà leur expertise et leurs propres événements, nous sommes aussi bien d’en profiter. L’idée était aussi d’uniformiser l’ensemble des opérations pour que ç’a ait plus de sens au niveau de la planification et des coûts », poursuit M. Martel.

Malgré cette métamorphose en coulisses, le commun des mortels ne devrait pas voir de changements majeurs pendant le week-end. Ce changement de garde se fera essentiellement sentir à l’arrière des rideaux, assure M. Martel.

Par ailleurs, puisque la programmation 2018 est garnie de moins d’artistes que par les années passées — elles seront un peu plus de 70 formations à débarquer à la marina de Montebello, alors qu’elles étaient environ 130 en 2017 —, un remaniement du site s’imposait, note le fondateur du festival.

« Avec le concept d’avoir moins de groupes, mais plus de temps à chacun pour jouer, c’est sûr que c’était inévitable qu’il y ait moins de scènes. En fait, ce qu’on essaie, c’est d’améliorer le terrain et de repenser la disposition de certains trucs pour améliorer l’expérience des festivaliers. »

Prophets of Rage, Weezer, Five Finger Death Punch, Godsmack et Stone Temple Pilots sont parmi les têtes d’affiche attendues au Rockfest, du 14 au 16 juin.