Guillaume Girard, Léane Labrèche-Dor, Mickaël Gouin, Magalie Lépine-Blondeau et Mathieu Quesnel.

SNL: oui pour la livraison, moins pour les textes

CHRONIQUE / On voulait faire revivre la formule, le temps d'un soir, question de voir si un retour plus régulier serait souhaitable. Mais «Le SNL de Magalie Lépine-Blondeau», diffusé sur ICI Radio-Canada Télé samedi soir, ne m'a convaincu qu'à moitié. Comme à Télé-Québec, la livraison y était, mais les textes, trop souvent décevants.

Disons tout de suite que Magalie Lépine-Blondeau, qui ne fait pas de «stand up» dans la vie, a su exploiter à merveille son potentiel comique. «C'est bien connu, je suis un feu roulant de rigolade. Dans le milieu, on m'appelle la petite Poune», a-t-elle ironisé au sujet des nombreux drames de ses personnages. Elle a été ovationnée dès son monologue d'ouverture par un public heureux de la voir dans ce contexte très différent. Pourquoi l'avoir choisie, elle? «Le facteur Éric Salvail ouvre bien des portes. Il travaillait pour 10.» Là où elle a été la meilleure, c'est dans ce sketch emprunté à la formule originale, en fille qui aime beaucoup trop les surprises-parties, jouée aux États-Unis par Kristen Wiig. L'actrice, d'un enthousiasme débordant, y était particulièrement drôle.

Par-dessus tout, mon sketch préféré reste celui du numéro musical de Léane Labrèche-Dor, qui chante, désespérée: «Chu pas abonnée à Netflix!» Avec Pier-Luc Funk, vêtu d'un léotard, qui danse avec un ruban. Le moment fort de Virginie Fortin: l'imitation de sa collègue de Code F. Mariana Mazza, qui répète «vagin» aux trois mots. Parfaite dans la gestuelle et dans le ton de voix. C'était dans un sketch de magazine de cinéma, un prétexte pour évoquer les dénonciations de harcèlement. SNL ne s'est pas déguisé en Bye Bye, quoique certains sketchs revenaient sur des sujets de la dernière année, comme celui-là et un autre sur les déboires du Canadien.

Un des gags bien sentis qui a marché le plus dans l'assistance, déjà hilare, a été celui-ci de Guillaume Girard dans Les Nouvelles SNL, sur la séparation d'Adamo et Alexandra d'Occupation double: «Cette nouvelle s'ajoute à la longue liste de nouvelles récentes dont je me câlisse!» On sentait le ras-le-bol dans la livraison de l'acteur et dans la réception du public.

On va se le dire, c'est toujours risqué de s'aventurer dans les blagues de caca. SNL a eu son segment scato, avec le sketch pas très drôle sur les toilettes trop proches de la salle à manger. Puis, cette infopub de papier de toilette pour blanchir «l'anu», plus réussi, surtout grâce à ses interprètes, Virginie Fortin et Magalie Lépine-Blondeau. Aussi dans la catégorie «mal de cœur», on allait ramener la famille Loiseau, du SNL original, qui mastique la nourriture avant de la recracher dans la bouche de l'autre, cette fois à l'épicerie. Moins drôle que la première fois et trop long.

D'autres sketchs n'étaient pas mauvais, comme celui de Phil Roy en génie malcommode qui sort de la lampe. Ceux qui attendaient Katherine Levac, une des meilleures de la troupe de SNL Québec, ont été déçus. L'humoriste n'a eu que deux courtes apparitions sur vidéo, ramenant brièvement Paidge Beaulieu, son personnage légendaire, dans Les Nouvelles SNL. Personnellement, sa présence m'a beaucoup manqué samedi. En prestation deux fois plutôt qu'une, Daniel Bélanger n'a pas déçu, comme toujours.

Si le diffuseur souhaite ramener une édition régulière de SNL, il faudra «repimper» l'équipe d'auteurs. Parce qu'il y a certainement de la place pour ce type de variétés d'humour dans notre télé, mais pas avec des textes aussi quelconques. On en revient toujours à ça.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.