Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Dominique Pétin, Antoine Pilon, Marco Collin, Eve Ringuette, Mylène St-Sauveur, Samian, Virginie Fortin et Théodore Pellerin font partie de la distribution de <em>Pour toi Flora</em>.
Dominique Pétin, Antoine Pilon, Marco Collin, Eve Ringuette, Mylène St-Sauveur, Samian, Virginie Fortin et Théodore Pellerin font partie de la distribution de <em>Pour toi Flora</em>.

Les pensionnats autochtones au centre d'une série de fiction

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Connaissons-nous réellement l'histoire des pensionnats autochtones? Disponible au printemps 2022 sur l'Extra d'ICI Tou.tv, la minisérie Pour toi Flora racontera l'enfer de ces établissements religieux et les multiples ravages qu'ils ont causé dans ces communautés.

C'est la première fois qu'une fiction dramatique sera écrite, réalisée et produite par des créateurs autochtones au pays.

L'oeuvre de six épisodes d'une heure, qui s'annonce bouleversante, sera d'abord lancée en langue autochtone, avant d'arriver sept jours plus tard en version originale française. ICI Télé la diffusera au cours de la saison 2022-23. Partenaire de cette production, la chaîne autochtone APTN en fera autant par la suite.

Même si le sujet des pensionnats autochtones a laissé une immense tache dans l'histoire du pays, il est trop méconnu par la majorité d'entre nous et pratiquement absent des manuels scolaires. L'autrice et réalisatrice d'origine Mohawk de Kanehsatake, Sonia Bonspille Boileau, et le producteur Jason Brennan chez Nish Media, membre de la communauté des Premières Nations de Kitigan Zibi, se sont investis depuis une quinzaine d'années afin que cette histoire soit connue du plus grand nombre possible de personnes.

Au cours de la rencontre de presse, Sonia Bonspille Boileau nous a d'abord adressé la parole en langue mohawk. Pourtant, «je ne parle pas cette langue, ma mère ne parle pas cette langue parce que mon grand-père est allé dans un pensionnat», a-t-elle raconté. Voilà qui dit tout.

Jusqu'à la fermeture du tout dernier en 1996, ces établissements financés par l'État s'étaient donné comme mandat d'assimiler les enfants autochtones en les arrachant à leurs familles et à leur culture. Au pensionnat, loin des leurs, on les empêchait de parler leur langue en plus de leur faire subir de graves sévices.

Faisant le pont entre les années 60 et aujourd'hui par des allers-retours dans le temps, Pour toi Flora s'intéressera plus particulièrement à deux jeunes Anishinaabes (Algonquins), qui portent encore les blessures de leurs années au pensionnat mais aspirent à une vie meilleure.


« On n'est pas dans le misérabilisme mais tournés vers l'avenir. »
Sonia Bonspille Boileau

«On n'est pas dans le misérabilisme mais tournés vers l'avenir», précise l'autrice.

Pour raconter leur histoire dans le respect des survivants et de leurs familles, Sonia Bonspille Boileau a insisté pour leur faire lire les scénarios et obtenir leur sceau d'approbation, afin de bien traduire leur réalité.

Sept grands pensionnats du genre ont existé au Québec, mais l'autrice s'est inspirée d'un véritable pensionnat à Amos en Abitibi-Témiscamingue. «C'est la première fois qu'on verra autant de personnes autochtones à l'écran», affirme la réalisatrice, qui tounera sa série cet automne, en territoire Anishinaabe au Québec. notamment en Outaouais.

Pour attribuer les rôles d'autochtones, l'équipe de production devra procéder à un casting dans les différentes communautés. On organisera même des ateliers de jeu pour trouver les plus jeunes acteurs.

Une bonne partie de la distribution a toutefois été dévoilée mardi. Parmi les personnages principaux, Dominique Pétin, qu'on voit trop rarement à la télévision, jouera une femme apparemment en plein contrôle de sa vie, mais qui camoufle l'état de détresse qui la ronge.

Après Trop, Virginie Fortin revient cette fois dans un rôle plus dramatique, celui d'une éditrice bouleversée par le manuscrit d'un survivant des pensionnats, lui-même joué par un membre de la communauté innue de Mashteuiatsh, le comédien Marco Collin. Il tentera de faire la paix avec son passé en racontant son histoire dans une autobiographie.

Le rappeur et acteur Samian incarnera un personnage très proche de lui. «C'est ma réalité. En lisant le scénario, je retrouve une grande partie de ma vie», affirme l'artiste Anishinaabe, né au sein de la communauté de Pikogan en Abitibi-Témiscamingue.

Dans la portion d'époque, Mylène St-Sauveur jouera une institutrice du pensionnat. «Elle a des méthodes progressistes qui vont contraster avec les objectifs rigides de l'établissement, ce qui fait qu'elle ne sera pas appréciée de ses collègues de travail mais beaucoup de ses élèves», confie la comédienne.

Outre ces noms, on retrouvera au générique ceux d'Antoine Pilon, Théodore Pellerin et Eve Ringuette.

Bien qu'elle aborde un sujet lourd, Pour toi Flora ne manquera pas de suspense, promet l'autrice. Elle voit la série comme «une façon de se réapproprier notre langue, notre culture mais aussi notre place dans la grande sphère médiatique et artistique du Canada».


« C'est une série lumineuse malgré le sujet et aussi un devoir de mémoire. »
André Béraud

Premier directeur des émissions dramatiques et longs métrages à Radio-Canada, André Béraud promet d'autres oeuvres de fiction autochtones dans les années à venir.

À l'annonce de cette première oeuvre de fiction autochtone à la télévision, on a envie de dire qu'il était temps. Il y a bien eu Oka, un été indien, diffusée en 2008, mais la série avait été tournée en anglais. Ces dernières années, quelques scénaristes ont abordé la question autochtone, parfois avec maladresse, comme dans Épidémie, Fugueuse et Eaux turbulentes.

Pour toi Flora part réellement d'un point de vue entièrement autochtone; Sonia Bonspille Boileau et Jason Brennan souhaitent inspirer d'autres créateurs qui aborderont la question dans leurs séries par la suite.

Au fait, qui est la Flora du titre? L'autrice préfère nous garder la réponse lors de la diffusion de la série.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.