Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
La série signée Gilles Desjardins et inspirée de l'oeuvre de Claude-Henri Grignon est le premier titre québécois à entrer dans le catalogue de Walter Presents. Sur la photo: Vincent Leclerc dans le rôle de Séraphin Poudrier.
La série signée Gilles Desjardins et inspirée de l'oeuvre de Claude-Henri Grignon est le premier titre québécois à entrer dans le catalogue de Walter Presents. Sur la photo: Vincent Leclerc dans le rôle de Séraphin Poudrier.

Les pays d'en haut: Séraphin traverse les lignes

CHRONIQUE / Les Américains pourront bientôt suivre les péripéties de Séraphin, de Donalda, d'Alexis et de tout Sainte-Adèle. C'est que Les pays d'en haut, la série diffusée sur ICI Télé, a été acquise par Walter Presents, service de vidéo sur demande britannique, qui la rendra disponible aux États-Unis à partir de janvier prochain, me glisse à l'oreille mon rapporteur officiel. Une belle occasion de faire la piasse, dirait Séraphin.

Appartenant à la chaîne britannique Channel 4, Walter Presents a la particularité de proposer des séries étrangères qui ne sont pas en anglais et les présentent avec des sous-titres, ce qui sera le cas des Pays d'en haut, rebaptisée True North en anglais. C'est Walter Iuzzolino lui-même qui choisit les séries se retrouvant sur cette plateforme qu'il a cofondée, et à laquelle il a donné son prénom. Créée il y a quatre ans au Royaume-Uni, Walter Presents est maintenant disponible en Irlande, en Australie, en Italie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis. Walter Iuzzolino n'achète que les titres pour lesquels il a un coup de cœur, et Les pays d'en haut en fait partie.

Le sceau de qualité de Walter Presents est reconnu dans le milieu; la plateforme se targue de posséder les meilleures séries de partout dans le monde. La série signée Gilles Desjardins et inspirée de l'oeuvre de Claude-Henri Grignon est le premier titre québécois à entrer dans le catalogue de Walter Presents, qui se déploie aux États-Unis sur PBS Masterpiece, Comcast Xfinity X1 et Roku, pouvant atteindre une très large clientèle. Pour l'instant, seule la première saison a été achetée, mais les autres pourraient suivre, selon le succès obtenu par la série. True North pourra aussi être vue au Canada anglais, via Roku et PBS Prime Video Channel.

Les histoires les plus locales et typiques sont souvent celles qui obtiennent le plus de chances de voyager. François Rozon, d'Encore Télévision, qui coproduit la série avec Sophie Deschênes de Sovimage, était pourtant le premier à douter du potentiel d'exportation des Pays d'en haut. «Séraphin, le curé Labelle... on se disait, qui ça va intéresser à l'étranger? Mais Pagnol s'est exporté partout dans le monde, parce que c'est une bonne histoire, et une histoire universelle», explique François Rozon.

Walter Presents se spécialise entre autres dans les «period drama», ou drames historiques. Chef de la distribution internationale chez Encore, Chrystine Girard travaille depuis plus d'un an à vendre la série québécoise à cette plateforme, jusqu'à l'entente qui s'est conclue en mars, juste avant la pandémie. «Ils recherchent des séries de qualité qui connaissent un grand succès dans leur marché, mais qui ont un propos où le public étranger peut se retrouver. Partout au monde, il y a des défricheurs qui ont bâti leur pays, ce sont les mêmes enjeux à la base.»

Quant à nous, il faudra bientôt dire adieu aux personnages de Sainte-Adèle puisque la sixième saison, diffusée cet hiver, sera bel et bien la dernière. Le tournage, qui en est aux deux tiers, se conclura le 11 octobre, si tout va bien. Les producteurs ont trouvé des astuces pour faciliter les choses tout en respectant les règles de distanciation physique, notamment en attribuant les rôles d'Iphigénie Lepotiron et de Raphaël Lacour à Bianca Gervais et Sébastien Diaz, un véritable couple dans la vie.

DEUX CAS DE COVID CHEZ ICI PREMIÈRE

Annie Desrochers et une de ses collègues d'ICI Première à Montréal ont toutes deux contracté la COVID-19. Depuis lundi, l'animatrice du 15-18 a dû céder son micro à Karyne Lefebvre au moins jusqu'à mardi. En quarantaine, Annie Desrochers n'a pour l'instant que de légers symptômes, ce qui pourrait lui permettre de reprendre l'animation à partir de son domicile dès mercredi. «Le virus est sournois, restons solidaires. J'espère vous retrouver bientôt!» a-t-elle écrit sur Twitter, souhaitant que le reste de son équipe soit préservé. Lorsqu'elle a appris samedi dernier qu'elle avait été en contact rapproché avec une personne atteinte de la COVID-19, elle a aussitôt été testée, avant que la Santé publique l'informe le lendemain que ses résultats étaient positifs. À Radio-Canada, on a voulu rassurer les employés hier, après ces deux cas de COVID, pour un total de cinq à la radio depuis le début de la pandémie. «Nous sommes persuadés d'avoir pris toutes les précautions appropriées pour protéger nos employés. Ceci dit, nous révisons/améliorons constamment nos pratiques au fil de l'évolution de la pandémie en consultation avec les experts de la santé», a fait savoir Marc Pichette, directeur de la promotion et des relations publiques. Quelques heures plus tôt, le Dr Horacio Arruda venait de confirmer le début d'une deuxième vague dans la province. Le diffuseur n'a pas souhaité identifier la deuxième personne atteinte.