La spéciale d’une heure fait un bond en arrière de huit ans et raconte comment Karine et Patrick (Catherine-Anne Toupin et Antoine Bertrand) se sont rencontrés.

Fêter Noël, façon «Boomerang»

CHRONIQUE / On dirait que nos personnages de séries ne connaissent pas Noël, vous ne trouvez pas? Il fut un temps où ils se souhaitaient tous un joyeux Noël et une bonne année, mais c’est bien révolu. Sauf quand une équipe a la bonne idée de créer un épisode spécial du temps des Fêtes, comme on l’a fait pour «Les beaux malaises» il y a quelques années.

Au tour de Boomerang de s’imprégner de l’esprit des Fêtes avec Noël chez les Bernier, une spéciale d’une heure diffusée dimanche à 19h à TVA. Un prétexte pour retourner il y a huit ans, en novembre 2010, pour savoir comment Karine et Patrick (Catherine-Anne Toupin et Antoine Bertrand) se sont rencontrés. Pourtant, à l’approche des Fêtes, cette année-là, Karine a fait un «X» sur les hommes. Fini les chums bizarres à répétition. Sa famille en a soupé de ses grandes annonces — «C’est l’homme de ma vie!» — et ne la prend plus au sérieux. Au même moment, Patrick, lui, galérait pas mal, travaillait dans une pizzeria, et devait à contrecœur déménager avec sa blonde de l’époque (Geneviève Boivin-Roussy) à Berlin. Le hasard en voudra autrement, mettant Cupidon sur le chemin de nos deux protagonistes.

En amour par-dessus la tête, Karine profite donc de Noël pour présenter Patrick à sa famille. Évidemment, tout tourne à la foire, comme c’est la norme chez Monique et Pierre (Marie-Thérèse Fortin et Marc Messier), au centre d’un incroyable mais hilarant quiproquo. Au fond, huit ans, ce n’est pas si loin. Mais ça vous fera voir que, oui, Stéphanie et Richard (Magalie Lépine-Blondeau et Émile Proulx-Cloutier) ont déjà été complices et amoureux. Vous verrez aussi Sylvain (Fabien Cloutier), déjà le meilleur ami de Patrick, bien avant qu’il fasse la connaissance de Stéphanie. Notre Sylvain décrira ainsi Karine en la voyant: «Un croisement entre Marie-Mai et Cœur de pirate.»

Signé par les auteurs Karina Goma et Yann Tanguay et le script-éditeur Pierre-Yves Bernard, cet épisode m’a en quelque sorte réconcilié avec Boomerang, dont les dernières saisons étaient un peu trop burlesques à mon goût. Avec entre autres un petit clin d’œil charmant à La guerre des tuques, Noël chez les Bernier emprunte habilement les codes des comédies romantiques au grand écran. Le réalisateur Charles-Olivier Michaud, qui rêvait depuis longtemps de tourner un épisode de Noël, fait d’ailleurs un rapprochement entre le personnage de Patrick et celui du meilleur ami de Hugh Grant dans Coup de foudre à Notting Hill. Et pour vrai, certaines scènes sont réellement touchantes, dont une enveloppée de la chanson Marie-Noël de Robert Charlebois. Dommage qu’on craigne autant de donner dans le romantisme dans nos séries québécoises.

Pour les potins, sachez que la première rencontre entre Catherine-Anne et Antoine dans la vraie vie a eu lieu au théâtre et ne s’est pas passée du tout comme celle de leurs personnages. «Beaucoup de jokes, moins de romance!» tranche Catherine-Anne. «Il était loud, prenait beaucoup de place, je me disais : ‘‘Mon Dieu qu’il a besoin d’attention cet enfant-là!’’» poursuit l’actrice. La magie opère toujours. Par contre, c’est en couchant réellement dans le sous-sol des parents de Catherine-Anne que le couple a eu le flash de reconstituer la scène dans une comédie.

TVA a profité du moment pour annoncer que Boomerang, millionnaire depuis ses débuts en 2015 dans les sondages, sera de retour l’automne prochain pour une cinquième saison. Les cotes d’écoute de la comédie ont à peine baissé cette saison, réussissant encore à atteindre les 1017000 téléspectateurs, le lundi à 19h30. 

***

ENCORE PLUS DE RUPTURES

Une autre série fort appréciée du public, Ruptures, a aussi été renouvelée pour une cinquième saison mardi. Remarquez, l’œuvre aurait très bien pu se conclure avec l’épisode de lundi, qui sonnait comme une fin. Mais on ne peut que se réjouir de cette décision, en espérant que Claude (Isabel Richer) puisse un jour prendre sa revanche sur l’infâme Jean-Luc De Vries (Normand D’Amour). Et qu’Ariane (Mélissa Désormeaux-Poulin) ait enfin droit à la vie amoureuse qu’elle mérite. Déplacée le lundi à 21h, Ruptures a rallié 833000 fidèles cet automne sur ICI Radio-Canada Télé.