Jonah Hill et Emma Stone sont les vedettes de «Maniac».

C’est aussi de la TV

CHRONIQUE / De marginale il n’y a pas si longtemps, la proposition des différentes plateformes numériques devient désormais incontournable. La récente récolte de Netflix aux derniers Emmy nous en donne une nouvelle preuve. J’ai recensé neuf titres à surveiller cet automne, ailleurs que sur les chaînes télé traditionnelles.

Maniac (Netflix)

Dans cette série pour le moins psychédélique, Emma Stone et Jonah Hill — qui se retrouvent 11 ans après le film Supermalades — incarnent deux inconnus qui se rencontrent au cours d’un essai pharmaceutique hallucinatoire. Pour chaque pilule, on fait un clin d’œil à des œuvres cinématographiques, à vous de deviner lesquelles. Adaptée d’une œuvre norvégienne et réalisée par Cary Joji Fukunaga (True Detective), cette minisérie de 10 épisodes est déjà en ligne.

Léo (en ligne: 15 novembre, Club illico)

Fabien Cloutier s’est inspiré du «chum à Chabot» pour la série «Léo».

Très intrigante, cette nouvelle série humoristique de Fabien Cloutier s’inspire du personnage du «chum à Chabot», créé sur scène par le dramaturge et comédien. Nous verrons Léo procéder à de grands changements dans sa vie, entouré de son ami Chabot (Steve Laplante, aussi un des coauteurs), de son père (Julien Poulin), de la coiffeuse et mairesse du village (Anne Dorval), de son patron (Marc Labrèche) et de celle qui le charme plus que tout (Marie-Laurence Moreau). Jean-François Chagnon, des Appendices, réalise les 12 épisodes.

House of Cards (en ligne: 2 novembre, Netflix)

Pour sa dernière saison, le thriller politique revient, mais sans Kevin Spacey, il va sans dire. Veuve depuis peu, Claire Underwood (Robin Wright) prend donc la tête du pays, une suite logique, puisque la cinquième saison finissait sur la déchéance de son mari. «Le monde des vieux hommes blancs est révolu», lance la nouvelle présidente des États-Unis dans une bande annonce, une référence claire à la réalité. Seulement huit épisodes au lieu de 13. Télé-Québec a finalement entrepris la diffusion de la première saison, le jeudi à 22h.

Bébéatrice (en ligne: 14 novembre, ICI Tou.tv)

Depuis le temps que Guy A. Lepage relaie les propos les plus savoureux, mais aussi irrévérencieux de sa fille Béatrice sur les réseaux sociaux, voici qu’ils inspirent ces capsules animées, après un bouquin publié en 2015. Guy A. prête sa propre voix à Papa Guy, alors que Mélissa Désormeaux-Poulin prête la sienne à la maman de «Bébéatrice», Mamanie. Guillaume Lambert joue le frère, Théo, Muriel Dutil, la grand-maman, et Élia St-Pierre, Béatrice, 4 ans et demi. Les capsules seront regroupées en quatre demi-heures et diffusées durant les Fêtes sur ICI Radio-Canada Télé.

Plan B (en ligne: novembre, Véro.tv)

Autre saison, autre univers, mais toujours le même principe de retour réparateur dans le temps, dans cette série plébiscitée aux derniers Gémeaux. On suit cette fois Florence (Sophie Lorain), une populaire animatrice de radio, incapable de déceler la détresse de sa propre fille (Emi Chicoine), qui commet l’irréparable. En faisant appel à l’agence Plan B, elle souhaite plus que tout l’empêcher de poser ce geste de désespoir. Luc Guérin, Alex Godbout, Tammy Verge et Évelyne de la Chenelière font partie de la distribution de cette minisérie de six épisodes, qui prendra plus tard l’antenne d’ICI Radio-Canada Télé.

Making A Murderer 2 (en ligne: 19 octobre, Netflix)

Cette série documentaire a vraiment changé la donne lors de sa mise en ligne en 2015, relançant une affaire judiciaire censée être bouclée. Emprisonné une première fois par erreur, puis envoyé de nouveau derrière les barreaux, Steven Avery est le point central de cette série construite comme un suspense. La deuxième saison de 10 épisodes suit le nouveau procès du détenu vedette, et le combat de son avocate, Kathleen Zellner, reconnue pour avoir remporté le plus grand nombre de batailles en faveur d’accusés condamnés par erreur aux États-Unis.

Homecoming (en ligne: 2 novembre, Amazon Prime Video)

Julia Roberts incarne une travailleuse sociale dans «Homecoming».

Retour de Julia Roberts, cette fois dans une série. Elle y incarne une travailleuse sociale chargée d’aider des militaires à réintégrer la société. Quatre ans après avoir abandonné ses fonctions, elle est interrogée par un enquêteur du Département de la Défense. Amazon Prime Video aime tellement la série du créateur de Mr Robot, le réalisateur Sam Esmail, que deux saisons ont déjà été commandées. Un premier épisode a été présenté au Festival international du film de Toronto (TIFF).

La méthode Kominsky (en ligne: 16 novembre, Netflix)

Dans cette nouvelle comédie, Michael Douglas incarne un comédien has been reconverti en coach pour acteurs. Avec son agent de longue date, joué par Alan Arkin, il tente de tirer son épingle du jeu à Los Angeles, dans un univers qui a beaucoup changé depuis ses années de gloire.

Les nouvelles aventures de Sabrina (en ligne: 26 octobre, Netflix)

Onzième adaptation télévisée des aventures de l’apprentie sorcière, cette fois aux accents d’horreur, beaucoup plus sombre que les précédentes. La série bénéficie des talents d’une partie de l’équipe de Riverdale, autre série à succès inspirée de l’univers d’Archie. Vous reconnaîtrez dans le rôle de Sabrina la jeune actrice Kierman Shipka, qui jouait Sally, la fille de Don Draper dans Mad Men.