Luc Poirier, Normand Veillette, Guillaume Cormier et SImon Carrière.

Les pères rockeurs de Bonhomme sept heures [VIDÉO]

Les plus vieux savent que, lorsque les parents faisaient appel au Bonhomme sept heures, il valait mieux filer doux ! Mais cette fois, c’est à la musique que font appel les quatre papas qui forment le groupe gatinois Bonhomme Sept Heures.

Et c’est pour répondre à ce besoin de créer et de faire de la musique ensemble que les quatre Bonhommes se réunissent dans un garage, une fois les enfants couchés.

Luc Poirier, Normand Veillette, Simon Carrière et Guillaume Cormier ont tous une « vie en dehors du rock », disent-ils en chœur. « Pour nous, la flamme du rock et du grunge ne s’est jamais éteinte avec l’arrivée de nos responsabilités parentales, bien au contraire », confiait Normand, chanteur et guitariste.

Le groupe est justement né de ce besoin de liberté et de faire sortir l’énergie créative de quatre pères de famille dans la trentaine.

Et cette flamme se consume dans une musique rock qui puise dans toutes sortes d’influences, mais qui reste résolument bien enracinée dans la culture grunge des années 90. Et qui plus est, cette musique est déclinée en français. Ce qui, ma foi, rend les Bonhommes encore plus sympathiques.

Ces papas se décrivent également comme des « forgerons des sons et des mots ». « Nous tentons d’offrir des textes bien aiguisés, appuyés dans des riffs magnétiques, ajoutait bien candidement Normand lors d’une entrevue avec Le Droit. Et sur scène, on se distingue par un désir de faire vivre un happening aux gens qui viennent nous voir et nous entendre ».

Difficile de corroborer les dires de Normand quant aux « riffs magnétiques » et des « textes aiguisés », mais la meilleure façon de s’en faire une idée juste est d’aller les voir sur scène et d’écouter leur premier EP qui fut lancé au printemps 2017.

L’album comprend quatre titres soit Sur le pouce câlisse, Vagabonde forêt, J’étais là et Nouveau monde. Le groupe continue d’explorer et de composer. D’ailleurs, sur scène, les Bonhommes ne se gênent pas pour offrir des nouveautés à leurs fans, question de tester la marchandise.

Créé en 2013, le groupe a fait véritablement sa marque au cours des deux dernières années. Ils ont pris part à Gatineau prend la scène et monté sur les planches une bonne trentaine de fois, ce qui leur confère une bonne maturité scénique tout en se gardant une nonchalance qui fait leur charme.

Des entrepreneurs

Comme la grande majorité des artistes et des groupes, l’industrie de la musique au Québec ne leur fait pas de cadeau et de ce fait, Bonhomme Sept Heures ne se berce pas d’illusions.

« Aujourd’hui, les artistes doivent devenir des entrepreneurs, explique Normand Veillette. Par contre, nous croyons qu’il y a un revirement dans le domaine musical. Certaines personnes veulent vivre convenablement en ayant un bon emploi et en produisant de la musique de qualité comme loisir. On fait partie de ce groupe et on veut être un modèle pour tous les jeunes qui désirent poursuivre leur rêve artistique, tout en désirant bâtir une fondation familiale forte. »

Et les Bonhommes poussent la réflexion sur la place de musique locale dans le paysage artistique outaouais encore plus loin.

« On aimerait beaucoup participer à la mise en place d’une scène locale pour les 12 à 17 ans. Un endroit où, pour quelques dollars, les adolescents pourraient aller écouter des bands et échanger avec eux, explique Normand. Si nous avons des patinoires extérieures pour initier les jeunes au hockey, ne devrait-on pas avoir une scène où l’on peut initier les jeunes à la musique, autant comme artiste que comme spectateur ? »

Voilà une bonne question.

Voilà aussi ce qui définit bien Bonhomme Sept Heures et leur côté « papa poule ».

Pour en savoir plus, il est simple de le trouver sur le web et partout sur les réseaux sociaux où le band est très présent.

+

BONHOMME SEPT HEURES

Description : groupe grunge-rock francophone originaire de Gatineau

Membres : Luc Poirier (guitare, voix et harmonica), Normand Veillette (guitare et voix), Simon Carrière (basse et voix) et Guillaume Cormier (batterie)

Prochain spectacle : samedi 1er décembre à 20 h au Minotaure (Vieux-Hull)

Infos : bh7h.com

+

À VOIR EN OCTOBRE

Jeudi 25 octobre : Hommage aux Colocs au Mex (Cantley)

Vendredi 26 octobre : Shawn Jobin avec Sam Faye et D-Track au CNA (Ottawa)

Samedi 27 octobre : Michel Pagliaro au Gainsbourg (Vieux-Hull)

29 octobre : The Telegrams au Irene’s Pub à 20 h (Ottawa)

Prochain artiste : Les Moindres